Comment télétravailler avec les enfants, sans écrans ?

Comment télétravailler avec les enfants, sans écrans ?

Deuxième confinement, deuxième huis clos familial avec mari et enfants et l’impression que votre patron et vos collègues vous attendent juste derrière la porte de votre chambre…Voici quelques astuces pour relever les défis du télétravail en famille, avec les enfants, sans écrans. Votre objectif est clair : vous avez besoin de temps et de calme. Les écrans vous apporteraient tout ça mais avec un peu de lâcher prise et quelques efforts mesurés, vous arriverez au même résultat.

Publicités

De l’espace

Si vous le pouvez, délimitez au moins un espace calme (idéalement 2, un par parent). Un peu comme en open space où il y a des petites alcôves pour passer des appels confidentiels, créez votre « phone booth » familial et partagez-le équitablement et intelligemment avec votre mari.

De la même façon, choisissez votre espace de travail. Si c’est la table de la salle à manger familiale sur laquelle votre ado fait aussi ses devoirs et votre dernier colorie, n’hésitez pas à séparer clairement votre territoire. Cela évitera que vos tableurs Excel finissent en papier mâché. Cela évitera aussi que votre petit dernier vous chipe vos stylos qui sont tellement mieux que la mallette de feutres dans laquelle vous avez investi pour ce confinement.

Expliquez à vos enfants que ces espaces sont les vôtres. Pour les plus petits qui sont visuels, l’affichage est important. Nous avions ainsi mis en place un signal extérieur avec mon mari. Si j’accrochais une feuille rouge sur la porte, j’étais en appel important – si possible éviter de rentrer.

Si vous avez votre espace, les enfants vont vouloir le leur et c’est assez normal. L’expérience nous a appris qu’il est trop rare que des enfants jouent dans leurs chambres alors acceptez qu’un coin du salon, que la salle à manger, que le sous-sol,…se transforme en salle de jeux. C’est le jeu ma pauvre Lucette !

Un grand travail d’acceptation à faire pour mieux vivre ce confinement : le bazar. Ça va être le bazar…il est utopique de croire le contraire. Vous pouvez cependant maîtriser le bazar, à la fois en identifiant des zones où il est interdit comme votre espace de travail et en disséminant un peu partout des rangements rapides et faciles d’accès. Les crayons n’ont pas à être rangés dans une belle mallette dans laquelle ils ont un emplacement individuel ; une boîte à chaussures fait bien l’affaire et elle évite à votre petite de 3 ans de se décourager au moment de ranger. Bacs, paniers, coffres, grandes boîtes sont vos meilleurs amis. Disposez-les stratégiquement. Comme dans un couloir par exemple – puisque c’est évidemment dans le couloir que vont s’établir les campements de petits soldats…mieux vaut contourner un gros panier que zigzaguer dangereusement au risque de vous faire bien mal…De la même façon, nous avions improvisé des bibliothèques mobiles un peu partout. Sur notre lit, dans la cuisine, sous la table de la salle à manger,…et les livres ont été proprement empilés en chaque lieu plutôt que bien rangés dans les étagères prévues à cet effet dans leurs chambres.

Enfin, il est aussi probable que les oreillers de votre lit, les coussins de votre canapé, les couettes et autres couvertures finissent en cabanes, nappes, tapis volants, luges (véridique) – à vous de savoir où est votre limite, ce que vous tolérerez. Mais vous n’aurez pas le temps ou l’énergie de faire la police. Et, entre la construction de la cabane et la durée du jeu dedans, vous aurez gagné une demi-heure pour revoir un powerpoint…c’est précieux. Nous vous conseillons simplement d’isoler ce à quoi vous tenez, de mettre en hauteur ce qu’ils ne doivent pas toucher/casser, ce avec quoi ils pourraient se blesser et d’investir dans les crochets qui permettent de maintenir tiroirs ou placards fermés.

Du temps

Plus les enfants sont petits, plus le temps va leur sembler long et moins ils ont conscience de celui dont leurs parents ont besoin…Il existe plein de solutions pour accompagner vos enfants à prendre la mesure du temps et donc à respecter celui pendant lequel vous travaillerez.

Vous pouvez établir des routines pour organiser/rythmer la journée. C’est une solution qui fonctionne pour toute la famille, dans laquelle les enfants peuvent être impliqués (à partir d’un certain âge). La routine va vous permettre d’identifier avec vos enfants les moments où ils pourraient avoir besoin de votre présence (pour certains devoirs), pour superviser une activité,…ou tout simplement pour faire ensemble les tâches ménagères.

Pour des plus petits qui sont très visuels, vous pouvez dessiner le cadran d’une horloge et découper le temps en petites phases très claires : une phase de préparation-petit/déj puis une phase de jeux, un temps calme et la préparation du déjeuner. L’aiguille indique à l’enfant où on en est. Définissez avec vos enfants quelles sont vos activités et les leurs pendant ces phases. Vous privilégierez les temps calmes ou siestes pour vos travaux nécessitant le plus de concentration et les autres tâches pour les temps plus bruyants et mouvementés de jeux.

Il existe aussi un outil qui marche très bien dans certaines familles : le minuteur. Vous avez besoin de 30 minutes de concentration intense, vous mettez un minuteur et vous dites aux enfants que vous souhaitez ne pas être dérangée pendant ce temps. Vous le serez de toute façon mais probablement bien moins que vous l’auriez été sans l’outil. A utiliser cependant avec parcimonie sinon ils flaireront l’arnaque.

Astuce lue, lue et relue : le lâcher-prise…voyez-le ici comme un gain de temps pour travailler, pour profiter d’un jeu avec vos enfants ou pour vous reposer. Les repas sains sont souvent plus longs à préparer qu’une pizza surgelée, le temps passé à aspirer est perdu à la première biscotte, le rangement compliqué est long et pas fait. Simplifiez-vous la vie, c’est déjà assez difficile d’être un parent qui travaille de la maison.  

Des occupations

Il existe une quantité folle de ressources grâce à des parents, des éducateurs, des illustrateurs, des bibliothécaires, des instituteurs, … qui ont eu la gentillesse de publier des tutoriels, des jeux, des activités, des coloriages pour occuper vos enfants. Oui mais voilà, revenons au principe de réalité. Vous ferez peut-être des moutons en coton démaquillant pour la crèche de noël mais ce sera tout. Ne vous mettez pas la barre trop haute. Une activité avec papa ou maman c’est vraiment chouette mais ça reste exceptionnel – parce qu’en semaine, papa et maman travaillent.

Identifiez des activités de jeux et de temps calmes. En bref,  le temps calme c’est le temps d’écrire votre PPT, lire ce rapport super complexe qui vous attend, animer un atelier de travail. Les jeux c’est le temps de réponse aux emails, de petits appels de suivi de projets, de petites tâches séquentielles pouvant être interrompues par un Playmobil à asseoir dans une voiture, une bagarre pour une poupée, un pot de peinture renversé ou un tablier à nouer. On pourrait être tenté de glisser les coloriages et le bricolage dans la case « temps calmes » mais ils sont souvent source d’interruptions pour changer de feuille, tailler LE crayon, coller le dessin fini –que dis-je l’œuvre – au mur, pour partager la pâte à modeler et évidemment superviser le rangement.

Pour les jeux, nous vous conseillons de les faire tourner, pour que vos enfants ne s’en lassent pas et s’ennuient. Vous en emprisonnez un lot dans un placard quelques jours par ci par là (en cachette, ça va sans dire) et vous échangez régulièrement les lots. Ils auront l’impression de redécouvrir leurs jeux. Attention, cependant, nos enfants ont souvent des « phases » alors ne supprimez pas le jeu coup de cœur du moment, malheureuse !

Occuper les temps calmes sans écran c’est possible. Il y a déjà ceux qui feront des siestes, ceux qui aiment rêver dans leurs lits, ceux qui s’inventent une vie avec leurs doudous (pareil, on vous conseille d’ouvrir les vannes et de libérer le stock de peluches), ceux qui papotent ensemble, ceux qui lisent/feuillettent (laissez-leur lire vos Astérix et vos Yakari, vous serez gagnants) et ceux qui écoutent des histoires. A ce sujet, la pandémie aura eu le mérite de développer une offre très vaste et diversifiée de podcasts pour les enfants de tous les âges. Maman Vogue vous en a même proposé une liste très fournie. Parmi nos préférés : « Emma raconte » pour les classiques et « Encore une histoire » pour du plus moderne.

Laissez libre cours à leur créativité. Si vous ne pouvez/voulez pas superviser des bricolages qui sont parfois sources de dégâts, laissez-les jouer aux métiers (cuisinier avec votre verre doseur, sportif avec votre short, jardinier avec votre râteau) ou se transporter ailleurs (pourquoi serait-ce si dérangeant qu’ils mettent leurs manteaux d’hiver à l’intérieur si ces derniers sont relativement propres ? cela permet de s’imaginer explorateur au pôle nord) ou inventer de nouveaux moyens de locomotion (le train avec nos chaises de table à manger est devenu un grand classique de la maison) ou simplement se déguiser (ouvrez une partie de votre penderie, prêtez certaines choses qui ne craignent pas trop, vous n’imaginez pas l’espace et le temps que vous allez gagner en plus d’un bon moment de rigolade).

Dernier conseil : dans la mesure du possible, ne dérangez pas un jeu en cours. Laissez la magie opérer et profiter des quelques minutes supplémentaires de tranquillité.

Petit coup de pouce

Expliquez à vos enfants : j’ai été très surprise pendant le premier confinement de découvrir que mes enfants ne comprenaient absolument pas le concept de « travail ». Pour eux, je partais au « bureau » mais sans que cela veuille dire grand-chose. Expliquez-leur comment s’organisent vos journées, ce que vous devez accomplir et pourquoi ces tâches requièrent du calme et de la concentration.

Dédouanez-vous ! Attention conseil non politiquement correct mais ça passera beaucoup mieux si une fois de temps en temps, vous dites à vos enfants que c’est la faute du patron, du collègue que vous devez rendre ce document. Ils enregistrent « ce n’est pas le choix de maman » et ce n’est pas si grave si Martine de la compta en prend pour son grade, ce qui compte c’est que vos minis seront plein d’abnégation, au moins pour un moment.

Calibrer leurs attentes : Nous avons tendance à nous tirer une balle dans le pied avec des effets d’annonce extraordinaires que nous ne sommes pas capables de tenir… « On va passer plein de temps ensemble », « On va pouvoir faire ceci ou cela »,…Plein de bonnes intentions mais attention au retour de bâton si vous ne tenez pas vos engagements – parce que ce qu’ils vont enregistrer c’est que vous avez fait une promesse que vous n’avez pas tenue. Alors baissons le niveau de la jauge et offrons plutôt du bonus.

Laissez faire le temps : les premiers jours sont une étape nécessaire de calibrage familial. Ce que vous aurez mis en place ne va pas marcher en un claquement de doigt et le confinement ne sera pas linéaire. Il y aura des jours avec et des jours sans, à la maison comme au boulot (puisque la frontière est plus que jamais poreuse).

Choisissez un ou deux principes ou exigences auxquels vous ne dérogerez pas et c’est tout! Ne pas manger de surgelé, avoir une sieste coordonnée tous les jours, sortir seule pendant votre heure à moins d’1km, faire un jeu de société ensemble par jour, aucun écran sauf le dimanche après-midi,…

Quand vous êtes avec eux, essayez de l’être vraiment. Sans interruption, sans téléphone, sans discuter avec votre conjoint, sans faire autre chose en même temps. Ils ne respecteront pas vos temps sans eux s’ils ont l’impression que vous n’êtes jamais totalement avec eux.

Les meilleurs podcasts pour enfants

 

Photo : @Virginiehamon

 

Paola Marceau

Working mum de 2, la maternité est pour elle un sujet intarissable d'échanges et de questionnements et une aventure galvanisante au quotidien.

Elle partage avec joie son vécu, ses interrogations et ses petits tips !