« Je n’ai pas le temps »

« Je n’ai pas le temps »

Dans notre quotidien qui défile à un rythme effréné, dans nos journées à mille à l’heure, nous avouons souvent que nous « n’avons pas le temps ».

Qui que nous soyons, quel que soit notre métier, PDG d’une grande entreprise, aide-soignante, courtier, mère au foyer, institutrice,… nos journées durent 24 heures, soit 1440 minutes ou 86400 secondes qui s’écoulent toutes à la même vitesse.

Pendant ces 24 heures, il nous faut réussir à caler une nuit correcte de sommeil, un éventuel emploi, des tâches ménagères, des rendez-vous divers et variés, de l’administratif, des courses en tout genre, des conduites, la gestion de ses enfants si on en a, des études, des coups de fil, des soins d’hygiène,… bref, de nombreux impératifs. Et très souvent, pris dans notre routine, nous oublions des tâches, soit parce que dans le flot de choses auxquelles nous devons penser elles sont vraiment sorties de notre esprit, soit parce que, considérées comme « non essentielles », elles ont été reléguées au rang des « choses à faire quand j’aurais le temps ».

Mais nous savons pertinemment que ce temps nous ne l’aurons pas si nous ne le prenons pas, si nous ne choisissons pas volontairement de le prendre. Car la nuance est là : au lieu d’attendre d’avoir le temps de faire les choses, prenons le temps de les accomplir. En réalité nous disposons bien de ce temps, seulement nous choisissons de le consacrer à autre chose (même si parfois notre « choix » est limité car influencé par une urgence, des engagements ou d’autres impératifs). Prenons le temps de nous poser quelques minutes pour souffler, prenons le temps de faire ce que nous avons à faire. Nous vivons dans une société perfectionniste qui peut nous pousser à être compétitif, à se challenger, à accomplir beaucoup de choses, à être présent partout à la fois et à tout réussir… mais cela peut aussi nous éloigner de l’essentiel. A nous de savoir prendre, parmi les minutes dont nous disposons, quelques instants pour prendre soin de nous, de nos proches mais aussi pour accomplir ce que nous devons vraiment faire.

La technique la plus concrète pour cela, est de se fixer chaque jour une liste de choses à faire, courte mais non négociable, et d’y caser tout ce que l’on veut faire. S’il y a écrit « repriser chaussette, trier photos juillet-décembre 2020 et appeler X », vous devez vous coucher le soir venu en ayant tout fait, et pas seulement « appeler X ». Délestez votre charge mentale en l’inscrivant directement sur un créneau de votre emploi du temps, et pensez à y noter également des tâches qui peuvent paraître évidentes comme une sieste ou un véritable apéro avec votre mari. Ainsi notées sur votre agenda, vous ne devriez plus les occulter.

« Prendre le temps » au lieu « d’avoir le temps » est une réelle démarche à accomplir, mais elle pourrait vous permettre de (re)trouver un équilibre dans vos journées, et de vous recentrer sur ce qui compte et ceux qui comptent véritablement ; vous ne pourriez que mieux vous épanouir.

Alice de Champs

Je suis donc Alice, mariée à un militaire et maman de trois petits garçons. Infirmière au foyer pour le moment, je gère ma petite famille au gré des mutations régulières (nous fêterons nos 5 ans de mariage dans une 5éme maison...) et essaye de prendre la vie du bon côté malgré les difficultés qui peuvent survenir. Plutôt sereine dans la vie, je suis une maman décontractée qui ne se pose pas 50 mille questions, mais organisée au quotidien.