Témoignages : l’immense culpabilité de ces mères qui reprennent le travail…

Témoignages : l’immense culpabilité de ces mères qui reprennent le travail…

Certaines mamans ont des avis bien tranchés et d’autres n’ont financièrement pas le choix quant à la reprise de leur travail après la naissance de leur enfant. En revanche d’autres font face à un véritable dilemme. Voici les témoignages de plusieurs mamans, qui nous exposent leurs propres point de vue.

Marie, maman de trois enfants et institutrice

« j’ai toujours travaillé, mais j’ai fait des pauses après les deux premières naissances. Pour mon mari et moi! » le travail d’une maman n’est pas un dogme, la priorité reste l’équilibre familial. On a choisi d’acheter une maison sans prendre en compte mon salaire, donc plus petite, mais pour me permettre de m’arrêter ou de reprendre comme je voulais. Après la naissance de mon troisième enfant je n’avais pas le courage de reprendre, de me lever tôt, de déposer trois enfants à différents endroits avant 7 h 30, surtout que parfois travailler me coute plus cher entre les frais kilométriques, la cantine, les frais de garde, etc que de ne pas travailler. Mais avec le confinement j’ai eu envie de prendre l’air. Je suis remplaçante et j’ai miraculeusement obtenu une place en crèche, ce qui me coûte beaucoup moins cher. Les ainées sont dans une école publique en face de la maison. J’arrive à me garder une journée pour moi. Mon mari gère les enfants quand je ne suis pas là, ainsi que les trajets de la crèche.

J’étais partagée entre l’envie d’avoir le temps de tout faire à la maison (rangement, cuisine, déco…) et de pouvoir profiter des enfants, ou d’avoir une activité intellectuelle. Mon emploi me permet de ne pas travailler pendant les vacances et de ne pas chercher de mode de garde à ces moments-là. Il nous apporte le petit supplément financier qui nous permet de payer nos petits travaux sans plomber notre budget. Bon parfois on mange des plats tout faits et les chambres ne sont pas impeccables, je ne suis pas superwoman, mais nous arrivons à nous organiser. »

Camille, juriste, maman de deux enfants, a un autre parcours 

« J’ai toujours été plutôt carriériste et il m’était impensable de m’arrêter. J’ai repris très rapidement après la naissance de mon ainé et tout s’est bien passé. Quand mon deuxième est né j’ai eu l’impression de découvrir ses tout-premiers moments comme si je les vivais pour la première fois et que je n’avais pas assez profité de mon premier bébé. J’avais plus de remords à le déposer chez sa nourrice le matin et finalement au dernier moment j’ai décidé de prolonger mon congé parental de plusieurs mois. J’ai adoré ces moments en tête-à-tête avec lui et j’en ai profité pour faire plein de choses pour moi, pour la maison et notre famille, que je ne regrette pas du tout. »

Cécile, maman de quatre enfants, s’est posé la question après chaque naissance 

« Je suis infirmière et j’adore mon travail. Après chaque naissance j’hésite à reprendre. Je veux être pleinement disponible pour mes enfants, les voir grandir, les élever et ne pas louper leurs premières années, mais j’ai aussi très envie de reprendre une activité « pour moi », plus valorisante et faire ce que j’aime. Pour le moment je n’ai pas repris et ça me convient très bien, mais je sais que quand tous mes enfants seront à l’école (mon dernier a 18 mois), je travaillerais à nouveau. Chaque chose en son temps ! »

Marion, elle, a décidé de couper la poire en deux après la naissance de son petit garçon 

« je suis pharmacienne, je voulais continuer à travailler, mais question organisation c’était un peu trop compliqué. J’ai décidé de reprendre seulement à mi-temps, comme ça je suis disponible pour mon fils, bien qu’il ne soit pas gardé exclusivement par moi et je peux continuer mon activité professionnelle en parallèle. C’est un compromis qui nous plaît bien ! »

Témoignages recueillis par Alice de Champs

Alice de Champs

Alice, 26 ans et maman de trois (tout-)petits garçons. Elle est infirmière, mariée avec un militaire qui lui fait voir du pays (4 déménagements en 4 ans) et lui assure de ne pas avoir de vie monotone !