Porter son bébé quand on est pas douée !

Porter son bébé quand on est pas douée !

Ce que l’on s’imagine VS la réalité

Avant la naissance de Coline, je m’étais renseignée sur les différents moyens de portage pour les nouveau-nés. J’avais envie de porter ma fille lorsqu’elle serait là, aussi bien pour les bienfaits que cela peut apporter aux bébés que pour une question pratique.

Je vis sur les hauteurs de l’île de la Réunion et si je veux me déplacer dans mon quartier, ne serait-ce que pour aller à la boulangerie à pied, le dénivelé des rues est tel qu’une simple balade en poussette peut vite devenir une vraie épreuve de force. Ce type de moyen de transport me semblait donc tout indiqué.

Enthousiaste, je me suis donc équipée par anticipation et j’ai trouvé la liste des solutions de portage très bien faite : écharpe, sling (écharpe à anneaux de type hamac, la mienne est une Sukkiri, adaptée donc pour nos baignades dans le lagon), et documentée à travers différentes lectures.
J’étais fin prête à devenir une de ces super mamans, capable en un tour de main de lover artistiquement son enfant contre elle en toute situation !

Echarpe de portage quand on a deux mains gauches ?

Lorsque ma fille est née je me suis vite rendue compte que la réalité était différente. Dans mes préparatifs j’avais omis un détail, ma maladresse habituelle. Mon mari vous dira que j’ai deux mains gauches. Si je fais semblant d’être vexée je sais au fond qu’il a raison.

Au retour de la maternité, pleine de bonne volonté j’ai donc déployé mon écharpe, dans l’espoir d’y installer Coline et l’emmener faire notre première promenade en famille, un simple tour de quartier pour me dégourdir un peu les jambes.
Je me suis trouvée maladroite, empêtrée dans ces longueurs de tissu qui me semblaient sans fin, et surtout j’avais peur de faire tomber ma fille en l’y installant.

Je ne savais vraiment pas comment m’y prendre, alors que sur la vidéo Youtube que j’avais lancée pour m’aider, la jeune femme enveloppait son nourrisson en 2 temps 3 mouvements avec une aisance admirable.
Face à mes essais infructueux et mon air dépité, Romain est donc rapidement venu à mon secours. Bien entendu, il est rapidement parvenu à nouer l’écharpe et c’est finalement lui qui a porté bébé pour la balade.

Au cours des premières semaines de la vie de Coline j’ai réitéré plusieurs fois l’expérience, armée de manuels, schémas et tutoriels vidéo en tous genres.
Avec de l’entrainement j’ai fini par savoir installer notre fille dans l’écharpe, et plus facilement dans le sling.

Cependant, cela me prenait un temps fou à chaque fois, et pour être certaine que les noeuds étaient correctement faits et suffisamment solides et ajustés je devais très souvent m’y prendre en plusieurs fois. Autant vous dire que la désillusion était amère : envolée la vision idyllique de la madone portant son chérubin niché contre elle avec un air béat. Lorsque j’avais enfin réussi à caler bien Coline contre moi, nous étions toutes les deux tellement transpirantes et énervées que toute perspective de sortie devenait compromise et surtout la finalité apaisante du portage très relative.

Porte-bébé physiologique, la résurrection !

Et Dieu créa… l’Ergobaby ! Pour moi, cela a été la révélation ! Nous n’avons pas toutes les mêmes attentes et ne vivons pas toutes au même endroit c’est pourquoi il est bon que chacune teste ce qui lui semble le mieux bien sûr… Porter son bébé ne doit pas être une aventure de cascadeuse !

Quand Coline a eu 3 mois, j’ai découvert grâce à une de mes soeurs le sac de portage physiologique Ergobaby.
Au début, il m’a semblé un peu imposant et trop sportif à mon goût. Cependant, très vite je m’y suis habituée et il est devenu l’allié indispensable de nos sorties.
Avec l’habitude, cela me prend moins d’une minute montre en main, sans exagérer. J’ajuste ma ceinture, place Coline dans le tablier, remonte les bretelles et ferme la sécurité avec une facilité déconcertante.
Pour moi c’est vraiment le compromis gagnant entre un porte-bébé « classique » et une écharpe.

La facilité d’installation, parfait pour une maman peu habile comme moi, et les avantages d’un portage physiologique.

Une course à faire ? Hop, bébé dans son sac et nous voilà à fureter dans les rayons des magasins. Pas besoin de la poser pour porter les sacs de courses.
En plus ma fille s’y plait énormément. Bien assise, elle en profite pour observer tout autour d’elle et participer à sa manière. J’adore la voir regarder de tous côtés d’un oeil intéressé.

Et le porte-bébé a un effet très apaisant sur elle. Blottie contre sa maman, le nez enfoui contre mon décolleté, il ne lui faut souvent pas longtemps avant de s’endormir.
C’est ainsi que j’ai trouvé une autre fonction à l’Ergobaby. C’est notre sauveur lorsque Coline est agitée ou bien ne trouve pas le sommeil.

Je la promène dans le quartier ou bien tout simplement dans le jardin, la capuche du sac relevée afin qu’elle soit dans l’obscurité, et je viens ainsi souvent à bout de ses gros chagrins et petites crises.
Récemment, elle a eu des nuits compliquées à cause de sa première poussée dentaire.Rien ne la consolait, malgré toutes nos cajoleries. J’ai donc dégainé en plein milieu de la nuit mon Ergobaby et fait les cent pas avec dans la maison, de la cuisine à la salle-de-bain, en chantonnant des berceuses jusqu’à qu’elle se calme enfin.

Porter son bébé et ses possibilités infinies

Depuis j’ai eu l’occasion de tester différents moyens de portage, mais le porte-bébé physiologique reste pour moi le plus adapté à mon mode de vie.
Le principal concurrent de l’Ergobaby, le Manduca n’est pas mal non plus, les deux se valent à mes yeux et je pense que cela est une question de goût personnel.

Concernant les systèmes de portage plus traditionnels, le sling est pour l’instant mon favori, pour des petites durées.
J’ai également essayé le Mid-Tai de Ling-Ling d’amour. J’aime bien, surtout au niveau esthétique. Je trouve les modèles à tomber, mais encore une fois je préfère le porte-bébé, plus rapide à installer pour une impatiente comme moi. Et puis pour les éventuels petits-frères et soeurs de Coline, peut-être que cette fois je prendrai des cours de portage pour pouvoir enfin utiliser mes écharpes !

Et vous, vous êtes plutôt portage traditionnel ou bien comme moi vous préférez les préformés ? Vous les utilisez dans votre vie quotidienne ? Racontez-moi !

Marie O’Kelly