Frottis : ce qu’il ne faut pas oublier !

Frottis : ce qu’il ne faut pas oublier !

Bonjour Septembre, c’est l’heure de la rentrée scolaire, l’heure de reprendre des bonnes habitudes, de se fixer des objectifs pour cette nouvelle année à venir. Il peut être important aussi de faire un check-up médical histoire de commencer cette année du bon pied. Au point de vue gynécologique il faut s’intéresser à savoir si vous êtes à jour dans votre frottis et si vous vous êtes attelée à faire votre rendez-vous annuel avec votre praticien.

Et le frottis, quèsaco ?

A quoi sert le frottis ?

Le frottis est un examen gynécologique de dépistage et de prévention qui consiste à prélever quelques cellules au niveau du col de l’utérus et à les observer au microscope afin d’en analyser l’aspect dans le but de déceler un cancer ou des lésions précancéreuses.

Qui peut vous le faire ?

 

Le frottis est un acte médical ; seulement trois professionnels de santé sont aptes à vous le faire. Votre médecin traitant, si celui-ci arbore dans sa pratique de la gynécologie. Votre gynécologue et votre sage-femme, qui pourra également faire tout le reste de votre suivi gynécologique dans la limite de la physiologie.

Quand faut-il le faire ?

Les frottis sont recommandés qu’à partir de l’âge de 25 ans chez toute femme et jusqu’à l’âge de 65 ans et plus si jugé nécessaire par votre praticien.

Pour ne pas fausser les résultats, il faudra éviter :

  • de réaliser le frottis pendant les règles,
  • d’appliquer des crèmes, des gels, des ovules durant les deux jours précédant le frottis,
  • d’utiliser un tampon hygiénique durant les deux jours précédant le frottis,
  • d’avoir des rapports sexuels non protégés durant les deux jours précédant le frottis.

Une fois les résultats reçus par votre professionnel de santé, celui-ci vous les communiquera. Si les résultats du frottis sont normaux, le prochain sera à réaliser dans trois ans. Et c’est essentiel car on peut ainsi dépister des lésions cancéreuses à un stade précoce et les guérir.

A la moindre anomalie, il sera peut-être nécessaire de faire une biopsie (examen plus poussé dans la recherche de lésions cancéreuses qui consiste en un prélèvement de la zone jugée anormale du col), et en fonction du résultat la suite du suivi pourra être différente selon chacune.

Même en cas de vaccination contre le cancer du col de l’utérus, les frottis doivent être réalisés de manière régulière car le vaccin ne permet pas une protection totale contre le papillomavirus (cancer du col de l’utérus).

Après la ménopause cet examen reste nécessaire.

Sachez que le frottis vous sera remboursé de 70% par la sécurité sociale.

Comment cela se passe ?

Votre praticien va vous installer de manière optimale pour réaliser l’examen et il fera en sorte que vous soyez la plus à l’aise et la mieux installée possible.

Il va alors mettre en place un speculum qui va permettre d’écarter les parois vaginales et d’avoir la visibilité sur votre col utérin. Dès lors, il installera une petite brossette, à l’entrée du col, qui va permettre de prélever les cellules. Le prélèvement se fait dans le col utérin, zone de jonction entre la muqueuse du côté du vagin, que l’on appelle l’exocol, et l’endocol qui est du côté du col de l’utérus. La brossette sera tournée plusieurs fois à cet endroit pour récolter le plus de cellules possibles.

Le prélèvement est ensuite placé dans un flacon rempli d’un liquide de conservation puis envoyé dans un laboratoire pour une analyse au microscope.

Il faut compter un minimum de dix à quinze jours avant d’avoir les résultats.

Cet examen médical reste un classique, il est important d’être à jour dans ce genre de recommandation médicale. N’hésitez pas à demander à votre sage-femme d’autres informations concernant le frottis et sa réalisation pour qu’elle vous rassure sur le sujet et que vous y alliez en toute décontraction !

Marie Péché