Une recette de carême spéciale vendredis !

Une recette de carême spéciale vendredis !

Qui dit carême dit jeûne et abstinence le mercredi des Cendres et les vendredis de carême. Avant de vous proposer ma recette de carême, voici un petit rappel rapide de ce que dit l’église.

Que dit l’Eglise sur le jeûne et l’abstinence durant le carême ?

Prenons une source sûre, le Code de droit canonique :

Canon 1251 : « L’abstinence de viande ou d’une autre nourriture, selon les dispositions de la conférence des Évêques, sera observée chaque vendredi de l’année, à moins qu’il ne tombe l’un des jours marqués comme solennité ; mais l’abstinence et le jeûne seront observés le Mercredi des Cendres et le Vendredi de la Passion et de la Mort de Notre Seigneur Jésus Christ ».

Canon 1252 : « Sont tenus par la loi de l’abstinence, les fidèles qui ont 14 ans révolus ; mais sont liés par la loi du jeûne tous les fidèles majeurs jusqu’à la soixantième année commencée. Les pasteurs d’âmes et les parents veilleront cependant à ce que les jeunes dispensés de la loi du jeûne et de l’abstinence en raison de leur âge soient formés au vrai sens de la pénitence. »

En bref, voici le minimum demandé par l’Eglise :

-le jeûne, qui consiste à faire un seul repas pendant la journée, avec une alimentation frugale le matin et le soir… le Mercredi des Cendres et le Vendredi Saint. Y sont soumis tous ceux qui ont entre 18 et 59 ans. En sont dispensés les personnes de plus de 60 ans, les jeunes de moins de 18 ans, les femmes enceintes et les personnes malades.

-l’abstinence, qui consiste à se priver de viande (rouge, blanche ou dérivée)… le Mercredi des Cendres et chaque vendredi de l’année, en souvenir du jour de la mort de Jésus sur la Croix. Y sont soumis tous ceux qui ont 14 ans accompli et plus. Pourquoi la viande ? Car c’est un plat gras, un plat de fête à l’époque du Christ. Il est vrai qu’aujourd’hui, la viande n’est plus un met riche et délicat comme autrefois. Les chrétiens sont donc invités à élargir leur abstinence de manière plus générale : lutter contre une addiction ou renoncer à quelque chose à laquelle on tient particulièrement. Néanmoins la tradition de la viande demeure.

 

Mais ce qui compte le plus durant le carême c’est…

… l’amour avec lequel je vis le jeûne et l’abstinence. Certes, au départ, le jeûne peut être perçu comme quelque chose de négatif puisqu’il constitue une privation momentanée de quelque chose qui nous est nécessaire ou très agréable. Pourtant, si nous décidons de jeûner à l’image de Jésus dans le désert, il nous ouvre à Dieu et à notre prochain. Quand Jésus jeûnait dans le désert, il le faisait uni au Père et en pensant à l’Humanité. De même, notre jeûne aura du sens s’il nous rapproche de Dieu et si nous le faisons pour les autres. Le jeûne devient ainsi un acte d’amour.

Voici donc une recette de carême, pour la journée de jeûne ou d’abstinence

Recette de carême : gratin de thon

INGREDIENTS (pour 6 personnes)

  • 1 kg de pommes de terre
  • 2 boites de thon de 140 g
  • 5 œufs durs
  • 1 sauce béchamel
  • Sel, poivre, noix de muscade
  • Gruyère râpé

RECETTE

Eplucher les pommes de terre, les couper en petits morceaux, les faire cuire dans de l’eau salée bouillante pendant 10/15 minutes.

Faire cuire 5 œufs pendant 10 minutes dans de l’eau bouillante pour qu’ils deviennent durs.

Egoutter 2 boites de thon et émietter.

Dans un plat à gratin, mettre les pommes de terre cuites, les œufs durs épluchés et coupés en morceaux et le thon émietté. Mélanger le tout.

SAUCE BECHAMEL

  • ½ l de lait demi-écrémé
  • 60 g de farine
  • 40 g de beurre
  • Sel, poivre, noix de muscade

Mettre le tout dans une casserole. Sur feu doux, fouetter jusqu’à obtention de la consistance voulue.

Ajouter la sauce béchamel dans le plat à gratin au mélange pommes de terre, thon, œufs durs. Parsemer de gruyère râpé.

Faire chauffer au four à 180°C pour que le gruyère soit fondu ou gratiné selon vos envies.

Bon carême à tous.

 

Florence COURCIER – @laplumedeflo

Crédit Photo : @le-renard.fr

Florence Courcier

Addicte au rangement et spécialiste de l’organisation. Diplômée en communication /événementiel, elle a monté sa petite entreprise de prêt-à-porter pour enfants, pour enfin devenir assistante de son mari. Mère de 3 enfants (bientôt 4), Florence aime se détendre en buvant (du café), en cousant, en tricotant et en écrivant.

Ses sujets de prédilection ? L'éducation et l’organisation.