Parler à son bébé pendant la grossesse, c’est croire à l’amour

Parler à son bébé pendant la grossesse, c’est croire à l’amour

C’est un test de grossesse, une prise de sang ou encore ce sont des signes physiques plus ou moins agréables qui nous permettent de savoir que nous sommes enceintes… C’est bien souvent pour nous une information purement intellectuelle, conceptuelle, avant de s’incarner de plus en plus en nous, au fil des semaines, des mois qui passent…
Bien souvent, nous ne sentirons ce petit être bouger en nous qu’au bout de 3-4 mois, même si une première échographie nous aura permis de se le représenter….

Mais qu’en est-il pour ce petit être en devenir, depuis sa conception et durant toute cette gestation ? Que sait-il ? Que sent-il ? Que comprend-il ? Que se représente-t-il ?

Une conscience d’amour dès le début de notre vie

Mieux qu’un 6ème sens, tous les bébés ont « une conscience d’amour » (1). Celle-ci résulterait d’une expérience d’Amour parfait et absolu que nous faisons tous à l’instant où commence notre vie. C’est cette première expérience qui va servir de référence à tout ce que le bébé va désormais vivre.

Pour prendre une image, cette conscience d’amour est un peu comme un « thermomètre d’amour » pour lui : quand il va sentir des choses agréables (une maman reposée, détendue qui a un bon moral), cela lui rappellera un peu ce qu’il a connu initialement et, de fait, pourra continuer à croire à l’amour.

Mais si le bébé sent une maman qui est fatiguée (car malade), stressée (par son travail), triste (à cause d’une mauvais nouvelle), le bébé ne pourra pas comprendre pourquoi il ressent toutes ces choses désagréables (il n’a pas encore de conscience de raison) et comme cela ne ressemblera pas du tout à ce qu’il a connu initialement, il en conclura, à tort, que l’amour s’est éclipsé.

Durant toute la période de gestation, le bébé vit en totale symbiose avec sa mère (physique, psychique et spirituelle) et va donc éprouver tout ce qu’elle éprouve.

Enceinte, parler à son bébé le comble d’amour

Dès le début, la maman peut faire sentir à son bébé des vagues d’amour en pensant à lui, en lui parlant tout haut ou dans son cœur, peu importe, car le bébé va tout sentir et s’il sent tous ces messages d’amour, il en sera bien sur comblé.

Mais les vies des mamans aujourd’hui sont loin d’être tranquilles, sereines, et confortables tout le temps… loin de là ! Alors, si la maman prend l’habitude de parler à son bébé chaque fois qu’elle se sent fatiguée, stressée, triste… elle lui évitera de mal interpréter ces sensations désagréables : elle peut lui dire « si tu me sens triste, c’est parce que je viens d’apprendre une mauvais nouvelle, mais ce n’est pas du tout de ta faute et, même si je me sens triste, je continue toujours à t’aimer et je suis capable toute seule ou avec l’aide de ton papa de me consoler, toi tu peux continuer à bien grandir, tu peux être tranquille ».

Plus la maman parlera à son bébé tout au long de sa gestation, avec son cœur profond, sa capacité à aimer, plus celui-ci se sentira investi et pourra croire plus facilement à l’amour. De plus, cela va atténuer les inévitables chocs plus ou moins importants auxquels il est confronté.

De même, cette communication verbale peut de plus en plus s’accompagner, au fur et à mesure que se déroule la grossesse de gestes, de caresses sur le ventre.

Toute cette communication verbale et/ou gestuelle ne peut que contribuer à la sécurité affective du bébé et, plus tard aussi, à sa confiance en lui qui n’est autre que la confiance dans l’amour, donc dans la vie !

 

Véronique Lemoine Cordier
Psychologue – psychothérapeute pour enfant et adolescents
Co–fondatrice et présidente de l’association MCAdS (Mieux connaître l’Angoisse de Séparation)

 

(1) C’est le Père Thomas Philippe qui, le premier, en a montré l’existence et l’importance, notamment dans son petit livre L’éveil à l’amour du tout-petit. (Edit. St. Paul) et dans un livre plus important Les âges de la vie : l’enfance (Edit. Les chemins de l’Arche).

© pinterest