Parents-enfants, tout ce qui se joue dans le regard

Parents-enfants, tout ce qui se joue dans le regard

Le regard du nouveau-né fascine, attire, intrigue. Comment le recevoir en tant que parent et y répondre pour ne pas « l’abîmer » ? Lorsque l’enfant grandit et apprend, comment l’accompagner des yeux sans l’envahir ? Quelles émotions circulent dans ces regards entre parent et enfant ? N’oubliez jamais de regardez vos enfants. Ce regard que vous portez sur eux est tellement important, nécessaire, et ce dès le tout premier jour.

Le regard fondateur

Dès les premiers instants qui suivent l’accouchement, le bébé cherche votre regard. Lorsque vous répondez à cet appel en posant vos yeux sur les siens, la rencontre a lieu. Ce premier contact visuel unique est « caressant » : il rassure, inspire le calme et la sérénité. C’est le premier regard, intense et chargé d’émotion, celui qui introduit véritablement le bébé dans la relation humaine et lui donne sa place d’enfant. De la même façon, c’est grâce à ce regard que l’on se sent devenir mère/père. Ce regard a donc un rôle humanisant pour le bébé qui prend vie dans vos yeux et un rôle parentalisant puisqu’il crée l’élan maternel et paternel. Cette reconnaissance réciproque est un vrai moment fondateur : lorsque votre enfant vous regarde pour la première fois, il fait le lien entre deux univers, le milieu protégé du ventre maternel et le nouvel espace qui s’offre à lui. Pour vous et votre bébé, une histoire commence.

En cas de naissance par césarienne, ou lorsque l’enfant a été emmené loin de sa mère pour des soins urgents : ne vous inquiétez pas, cet instant aura lieu plus tard, à l’occasion d’un moment calme et d’échange avec votre nouveau-né.

Si la situation ne permet pas cet échange bienveillant, par exemple si le parent détourne les yeux très souvent ou fixe trop intensément son enfant, le regard du bébé, en réponse, peut devenir un peu flottant, fuyant. Certaines mamans, du fait d’un passé traumatique (fausse-couche, par exemple) ou d’une pathologie anxieuse, scrutent leur enfant les premiers jours de sa vie pour savoir si tout va bien. Ce type de regard peut créer une gêne. Le mot « dévisager » renvoie à une forme de déconstruction, développe Daniel Marcelli.

Le regard pour découvrir

Toutes les étapes importantes du développement de l’enfant, des premières découvertes à l’acquisition du langage, s’accompagnent subtilement d’échanges de regards. C’est une vraie danse, un ballet où votre regard et celui de votre enfant se posent ensemble ou séparément sur le même objet de l’attention, circulent de l’un à l’autre, se répondent. C’est vous en tant que parent qui pilotez cet échange, comme une sorte d’éducation sociale du regard qui participe à la découverte du monde de votre tout petit !

Lire l’article jouer-avec-votre-enfant-serait-le-meilleur-moyen-pour-laider-a-se-developper

Le regard pour se construire

Votre regard bienveillant joue aussi un rôle dans la construction de soi chez votre tout petit. Il lui permet de se sentir reconnu, se sentir considéré à des moments-clés de ses apprentissages. A contrario, votre indifférence pourrait créer un vide, un manque, voire des carences affectives fortes. Parce qu’être regardé, et pas seulement être vu, fait partie des moyens de satisfaire un des besoins de base de l’enfant : celui d’être aimé, celui d’exister à vos yeux et d’être important pour vous.

Le regard pour grandir

L’enfant, au-delà de 3 ans, acquiert de plus en plus d’autonomie. Le regard du parent devient alors petit à petit celui qui partage de nouveaux moments forts, celui qui accompagne, qui guide avec bienveillance, avec amour et sécurité.

Les enfants savent comment stimuler et mobiliser notre regard. A nous, parents, de tout faire pour que nos regards soient suffisamment bienveillants, rassurants, stimulants et encourageants pour les aider à bien grandir et à poser un joli regard sur la vie.

 

 

© crédit photo MAMAN VOGUE

Charline Jouint-Lesassier

Psychologue clinicienne et maman de 3 enfants.
Mère au foyer et inspirée par la maternité, elle est l'auteur du livre « La Naissance d’une Mère » (Editions Edilivre, mai 2016)