Enfant angoissé : ces phrases qu’il vaut mieux éviter de lui dire

Enfant angoissé : ces phrases qu’il vaut mieux éviter de lui dire

Le sentiment d’angoisse fait partie du développement normal de l’enfant. Néanmoins, quand il s’installe, devient trop présent et handicape le quotidien, cela peut devenir un vrai calvaire pour l’enfant. Du côté des parents, il est nécessaire d’adopter un comportement rassurant et positif. Par conséquent il va leur falloir oublier quelques mauvaises habitudes, en particulier ces petites « phrases qui tuent » et bien souvent prononcées sans penser à mal.

Quand parle-t-on d’enfant angoissé ?

Durant l’enfance, l’angoisse et l’anxiété sont assez fréquentes. Elles apparaissent généralement entre 7 et 12 ans et les filles sont plus touchées que les garçons.
Alors que les enfants peuvent ressentir de simples inquiétudes, on parle d’angoisses quand celles-ci deviennent handicapantes et sont gênante dans la vie de tous les jours.

Selon la faculté de médecine de Toulouse, « l’angoisse est rarement verbalisée directement en tant que telle ». Elle doit être recherchée derrière :
– Des manifestations somatiques : céphalées, douleurs abdominales, vomissements, plaintes répétées de localisation changeante, fatigue.
– Des craintes sur la santé, la mort (celle de l’enfant ou de membres de l’entourage).
 Des troubles du coucher et du sommeil : opposition au coucher (normale vers 2/3 ans), éveils anxieux, rêves d’angoisse, terreurs nocturnes, insomnies.
– Des troubles du comportement : colère, instabilité, opposition, agitation ou inhibition.

Quels sont les différents troubles anxieux ?

Le principal trouble anxieux typique est l’angoisse de séparation souvent associée à d’autres manifestations comme des troubles du comportement (irritabilité, colère, violence, tyrannie) voire une dépression dans 30 % des cas selon certaines études. Parmi les autres troubles anxieux on retrouve également les phobies (sociales, scolaires ou atypiques) et les troubles obsessionnels compulsifs (TOC) qui se manifestent par des rituels répétitifs qu’ils accomplissent pour calmer leurs angoisses.

Pour soigner un enfant anxieux plusieurs traitements peuvent être proposés (à noter qu’ils « ne s’opposent pas et ne sont pas exclusifs les uns des autres ») : des médicaments (sédatifs ou antidépresseurs), une suivi psychothérapique, une thérapie cognitivo-comportementale, une thérapie familiale.

Le rôle des parents : des phrases à éviter et celles à privilégier

Il va de soi que le rôle des parents est important. Ils doivent notamment adopter un comportement adéquat en encourageant leur enfant à surmonter leur angoisse mais aussi en abandonnant leurs propres peurs et leur comportement surprotecteur. Ainsi ils doivent formuler des paroles encourageantes et donner plus de responsabilité et d’autonomie.

Par ailleurs ils devraient aussi éviter les fameuses petites phrases « qui tuent ». D’une manière générale, il est préférable de ne pas prononcer des phrases négatives et mieux vaut se montrer précis et rassurant.

Florilège des phrases à ne pas dire à un enfant angoissé de nature :

« Mais non, ne t’en fais pas ». Aussi surprenant que cela puisse paraître, cette phrase peut encore plus angoissante et amener l’enfant à se dire « Pourquoi on me dit de ne pas m’en faire ? Cela signifie que je devrait avoir peur ? ». Préférez à la place des phrases rassurantes et positives comme « Rassure-toi, ça va bien se passer ! Tu vas y arriver !» .

« Ca va aller, ce n’est pas grave, ce n’est rien ». Avec un enfant angoissé, il vaut mieux ne pas minimiser car cela lui donne vraiment l’impression d’être incompris.

« On verra, je ne sais pas ». Difficile pour un enfant angoissé d’avoir des réponses floue. Soyez, au contraire précis avec lui.

« C’est toi qui choisis. Tu décides ». Donner le choix peut parfois être très anxiogène. Bien souvent un enfant angoissé préfère que l’on prenne les choses en mains et ne pas avoir besoin de prendre des décisions.

« Dépêche-toi ! ». Relire notre article 5 astuces pour ne plus dire dépêche-toi : vous verrez comme tout le monde sera plus zen !

Lire aussi

Tout ce que vous devez savoir sur l’angoisse de séparation, par Véronique Lemoine

Mon enfant est angoissé

© Clarisse de Lauriston

Perrine de Robien

Rédactrice web, maman de 4 enfants et épouse d'un mari kaki !

Après avoir été professeur des écoles, elle a repris des études de journalisme pour pouvoir faire ce qu'elle aime par dessus tout : écrire et si possible vous faire sourire.

Ses sujets de prédilection ? L'éducation et l'organisation.

  • Ma grossesse
    semaine après semaine

    Retrouvez chaque semaine :

    • Des infos personnalisées
    • Les conseils de nos experts
    • Un rappel des démarches
    • Nos bons plans
    Je m'inscris

    Renseignez la date prévue de votre accouchement

  • Jeux concours - Les cadeaux de Maman Vogue