Devenir maman, le déclic de ma vie !

Devenir maman, le déclic de ma vie !

J’avais 17 ans quand j’ai rencontré Julien, j’allais passer le bac et poursuivre mes études dans une autre ville. Mon père, qui avait  peur que je vive seule si tôt, lui a proposé d’emménager avec moi au bout de … 3 mois !Pari risqué ! A ce moment là, j’aurai dit à toutes mes copines qui auraient voulu faire ça qu’elles étaient folles ! Mais j’étais amoureuse, lui aussi, nous étions déjà très complice, on s’est dit qu’au moins on serait vite fixé de savoir si ça fonctionne ou pas entre nous.

Et on a bien fait! C’était chouette de tout partager, de devenir adulte ensemble. On riait tout le temps, le même grain de folie nous habitait. Et pour autant, on avait chacun nos libertés, nos sorties, même si bien sûr on faisait énormément de chose ensemble. On a su trouver rapidement notre équilibre.

Nos années d’études sont passées, nous avons commencé à travailler, j’ai bien compris que pour lui, le mariage et le bébé n’étaient pas dans ses plans à court terme.  Je ne voulais pas forcément un enfant à ce moment là non plus, notre vie de fêtards m’allant parfaitement, mais il n’est pas facile de se défaire de ses rêves de petites filles « Moi je me marierai à 24 ans et j’aurai un bébé tout de suite après »!

On s’est mis à voyager, à faire assez régulièrement des séjours à l’étranger, nous avons acheté un appartement, notre vie telle qu’elle nous plaisait ! Nous avons traversé les épreuves de la vie aussi, notre couple en est ressorti encore plus fort.

Au bout de 12 ans de vie commune, j’ai commencé à avoir un peu peur… Moi qui rêvait d’un enfant depuis toute petite, était-ce encore le cas? Avoir un bébé c’est pas facile, parait-il ! Dire adieu à nos apéros improvisés, à nos cinés en soir de semaine, à nos voyages,  à nos grasses mat, à nos samedis soirs arrosés, est-ce qu’on en avait vraiment envie? Bousculer 12 ans d’habitudes à 2, ça faisait un peu peur !!

Certains veulent un bébé parce qu’ils en ressentent le manque, mais nous ça n’était pas le cas, on était bien tous les 2! En plus je n’avais pas encore 30 ans donc j’avais encore largement le temps d’y penser non!?  Au final, la démarche est venu de lui « Si on ne le fait pas maintenant, on le fera jamais. On sera toujours bien tous les 2, plus le temps passe et moins on voudra changer les choses … » Wahou, que mon amoureux qui souffrait du syndrome Peter Pan me dise ça a été le déclic! Dans mon entourage, j’avais pas mal de femmes qui avaient eu des difficultés à tomber enceinte , j’étais convaincue que ça serait également mon cas et que ça mettrait du temps … J’ai donc arrêté mon contraceptif.

Je ne vous dis pas tout ce qui s’est passé dans ma tête quand la barre s’est affichée, 2 mois après… Je suis entrée dans le salon , les yeux ronds fixés sur le test, sans trouver quoi dire. Sa réponse en me voyant?  » Tu déconneeeees?! »avec des yeux aussi ronds que les miens, puis on a éclaté de rire, heureux mais aussi très effrayés . Heureux bien sûr, on se sentait chanceux et reconnaissant  d’avoir pu concevoir rapidement et de commencer une nouvelle aventure, mais effrayés car le retour en arrière n’était plus possible! Est ce qu’on a fait le bon choix? Est-ce qu’on sera à la hauteur? Est-ce que notre vie d’avant ne vas pas nous manquer? Est-ce que notre couple ne va pas pâtir de la fatigue ? C’était un mélange de sentiments à cette période là…

Ma grossesse s’est passée sans problèmes particuliers, nous préparions tranquillement l’arrivée du bébé, avec aucun signe d’un risque d’accouchement prématuré. Et pourtant 5 semaines avant le terme estimé : SURPRISE ! Perte des eaux le matin. Panique. »On est pas prêt ,on est pas prêêêêt, c’est trop tôt! « Branle-bas de combat pour préparer le sac de la maternité en 30 secondes.  Sur le perron de la porte, on prend juste 2 minutes pour réaliser qu’on ne sera plus jamais 2. Cette journée a bien évidemment été folle, mélange d’angoisse d’avoir un bébé minuscule qui aura peut être besoin de soin néonat, et paradoxalement une confiance en le fait que tout aller bien se passer ! Dans la salle , on a mis de la musique, on a rit, nos 12 ans de complicité ont permis de calmer mon angoisse de l’accouchement.

Et puis le moment M, l’arrivée de notre fille … intense bien sûr, elle est si petite (mais tonique!), si belle, que c’était une évidence : Tous les doutes sur le choix de faire ou non un bébé ont été balayés d’un coup ! Par chance, elle est en bonne santé et nous pouvons rentrer chez nous au bout de 6 jours. Là, je comprends le sens du « c’est pas facile au début  » … Bébé inverse ses jours et ses nuits pendant 2 mois, la fatigue, la chute d’hormones … Aie aie , pas toujours simple ! Mais voilà, papa est extraordinaire avec Bébé, un véritable relai, il se lève au moins aussi souvent que moi de jour comme de nuit, d’ailleurs les nuits il fini par me dire d’aller me coucher pendant qu’il reste à bercer la puce jusqu’à 6h du matin. Un vrai papa poule, ça je n’en doutais pas !

On se réserve notre premier week end en amoureux à l’étranger au bout des 3 mois de Bébé, pour se dire qu’on ne s’oublie pas en tant que couple. Bien sûr, la puce tombe malade juste avant et nous sommes contraint d’annuler … On est un peu dégoutés, forcément, mais l’idée de la laisser aux mamies et de ne pas l’avoir alors qu’elle était malade, impensable! On comprend alors qu’être parent, c’est réajuster ses plans au jour le jour. C’est évident, il faut plusieurs mois pour que le nouvel équilibre à 3 se mette en place, on apprend aussi à vivre un peu plus fatigués au quotidien. On comprend aussi qu’avoir un bébé ne veut pas dire ne plus avoir du vie! ALLELUIA!

Hormis l’épisode du week-end annulé, on a pu ensuite à plusieurs reprises la laisser à garder dans nos familles qui étaient ravies de l’avoir, et nous renouer le temps d’une soirée avec notre vie « d’avant » . On est parti à l’étranger 2x sans elle , on a aussi fait des vacances avec bien sûr . Bébé a aujourd’hui 13 mois, on est toujours autant émerveillés devant elle, on fait encore la course pour la rejoindre quand elle se réveille d’un vilain rêve, ça nous fait quelques minutes de plus à profiter d’elle. Mais quand on la laisse le week-end , on est sereins et contents aussi de pouvoir se retrouver. Tout est une question d’équilibre.

Quand j’entends certaines personnes dire  » je me demande comment j’ai fait avant, ma vie a pris un sens avec la naissance de mon bébé » je ne m’y retrouve pas. Je chérie mes 12 années d’avant bébé, je ne les échangerai pour rien au monde, on aura profité à fond de nos moments à 2!

Mais je chérie tout autant le jour où on a pris la décision de faire un bébé , et la dernière année qui vient de s’écouler !

Gwenaelle

Lire aussi :

Devenir maman, ça change quoi concrètement ?

Devenir maman m’a rendue plus belle