5 astuces éducatives à piquer à Kate et William

18 décembre 2017 par Maman Vogue
5 astuces éducatives à piquer à Kate et William

Avec l’annonce d’un troisième Royal Baby outre-Manche, la folie est repartie ! Il faut dire, nous avons bavé d’envie sur la robe de mariée de Kate, nous avons essayé de copier ses habits de grossesse, et elle nous a converties à la mode espagnole avec le style vestimentaire craquant de ses enfants…

Mais l’observation de ces chers Kate et William peut se révéler bien plus inspirante dans d’autres domaines que seul l’aspect vestimentaire ! Non seulement nous avons en commun avec Kate et William le souci que toute notre petite famille apparaisse à son avantage sur les photos des paparazzis (/grands-parents), mais ce n’est pas le seul souci que nous partageons. Nous, comme eux, cherchons à éduquer nos enfants de manière à ce qu’ils deviennent des adultes équilibrés, solides, et capables de nouer des relations saines avec leur entourage.

Chez nous la pression est déjà grosse, sur ce plan-là : nos familles, nos voisins, et de parfaits inconnus sont là pour pointer du doigt tout ce qui semble indiquer que nous faisons fausse route. Chez Kate et William, ce sont juste quelques millions de personnes supplémentaires qui les observent. Et quelques millions de personnes supplémentaires qui, d’ici quelques dizaines d’années, seront impactées par les fruits de l’éducation qu’ils dispensent à un rejeton appelé à devenir roi.

Puisque nos objectifs éducatifs sont similaires, que pourrions-nous donc aller copier chez eux ?

La presse people en ayant parlé à plusieurs reprises, voici donc 5 astuces inspirantes.

5 astuces éducatives à piquer à Kate et William

L’aider à gérer ses émotions

Quand le Prince George fait une colère, par exemple suite à une réprimande, on lui lit des livres ou on lui fait écouter de la musique qu’il apprécie et qui le calme.

Cette astuce part du constat qu’un jeune enfant n’est encore pas capable de gérer ses émotions fortes tout seul : il a besoin d’aide pour sortir d’une spirale négative. L’adulte, en l’accompagnant dans des activités qui l’aident à reprendre le contrôle de ses émotions, lui permet ainsi de redevenir réceptif à la leçon qu’il s’agit de donner (« on ne tape pas sa petite sœur, ni ne jette la nourriture par terre », par exemple).
Il ne s’agit donc pas de « récompenser l’enfant pour un mauvais comportement », mais de procéder en deux étapes : d’abord on se calme, ensuite seulement on reparle du fond du problème.

L’objectif est donc d’identifier, et d’aider l’enfant à se servir de manières acceptables et efficaces de revenir au calme, afin de le rendre capable, dans un deuxième temps, de se confronter au problème de manière constructive. Chez nous, un outil très utile pour cela est la roue de la colère : construite avec l’enfant, elle permet de l’aider à choisir une activité à faire pour apaiser les esprits.

Kate-William-et-les-enfants-vont-s-installer-a-Londres

Quand le Prince George renverse son assiette, il nettoie.

Il ne s’agit pas ici de punir l’enfant, mais de lui donner les moyens de percevoir à la fois les conséquences de son erreur, et aussi sa capacité à la réparer. Le monde (ou sa mère / nounou) n’est pas à son service, en revanche lui n’est pas non plus impuissant ni enfermé dans ses erreurs, il a le superpouvoir de défaire ce qu’il a fait.

Les inciter à nettoyer, leur montrer comment faire, et terminer le travail (notamment au début), tout cela me prend parfois bien plus de temps que de nettoyer moi-même, mais j’en constate déjà les fruits. D’un côté, mes enfants se montrent peu à peu plus précautionneux, et de l’autre, leur capacité à nettoyer d’eux-mêmes, et efficacement, les dégâts qu’ils ont causés, a énormément progressé. Quand je les vois s’emparer sans mot dire de l’éponge, cela me confirme dans l’idée que c’est de la répétition de ces menus actes qu’émerge peu à peu un sens solide des responsabilités.

Et accessoirement, comme à chaque fois qu’ils renversent quelques chose je me dis que c’est une brique supplémentaire dans la construction de ce sens des responsabilités, et non une fois de plus où je vais devoir jouer les boniches, je me sens beaucoup moins énervée.

Kate et William passent leur temps à s’accroupir pour parler à leur progéniture.

Il s’agit de se mettre physiquement à leur hauteur, et cela a deux effets : l’enfant se sent davantage compris et rejoint, la communication avec lui est plus fluide. Et, je l’ai expérimenté, cela change effectivement quelque chose dans ma capacité à comprendre mes enfants : je suis moins prompte à m’énerver, j’arrive mieux à comprendre ce qu’ils ressentent et donc à agir de manière adaptée.

Effet bonus : c’est excellent pour remuscler les cuisses et les fessiers…

The Duke and Duchess of Cambridge, Prince George and Princess Charlotte depart from Victoria Harbour Airport in Victoria, Canada, on the eighth day of the Royal Tour to Canada.

Imiter son enfant

Une autre manière qu’a Kate de réagir face à une colère de George est de l’imiter : elle aussi se roule par terre, et ils finissent par rigoler tous les deux.

Pour le coup, ce conseil se rapproche de ce qui s’appelle si joliment la parentalité ludique, et qui permet de dénouer beaucoup de situations tendues par le jeu. Chez moi j’ai fait l’expérience de ce que ça donnait si je rugissais littéralement au lieu de répéter une énième fois mes instructions, et… ça détend tout le monde !

Kate et William ont pioché pas mal de ces astuces chez un auteur, Jane Nelsen.

Tous les bouquins de cette dame ne sont pas traduits en français, mais on peut quand même trouver un ouvrage général intitulé « la Discipline positive », et ce livre vaut son pesant de cacahuètes, même si la lecture de certains chapitres s’avère laborieuse. J’y ai puisé beaucoup de considérations et conseils qui me sont très utiles au quotidien.

Sachez du reste qu’il existe des ateliers correspondant, qui permettent de s’approprier les outils et la philosophie sans nécessairement devoir lire le bouquin, et de s’enrichir de surcroît des échanges avec d’autres parents.

 

Bref : la prochaine fois qu’on vous fera une remarque sur vos méthodes curieuses en matière d’éducation, vous pourrez toujours dire que vous éduquez vos enfants de manière royale. La classe, jusqu’au bout !

 

Gwen, jeune maman de deux enfants de 4 et 2 ans, est blogueuse sur http://petitbout-petitbout.blogspot.fr/.
Elle y explore différents sujets au fur et à mesure de son cheminement, et notamment les possibilités qu’offre la parentalité positive pour concilier la santé émotionnelle de ses enfants et sa santé mentale à elle.

Les Mamans

Marie, Paola, Bérénice, Florence, Tiphaine, Astrid, Lorraine... Plus d'une centaine de mamans participent à l'élaboration de ce site, pour une plus grande diversité de conseils, d'avis, de bons plans, de coup de pouce et de témoignages.

Vous voulez nous aider ? Vous avez besoin de conseils ? Vous voulez donner votre témoignage ?
N'hésitez-pas à nous contacter !

  • Ma grossesse
    semaine après semaine

    Retrouvez chaque semaine :

    • Des infos personnalisées
    • Les conseils de nos experts
    • Un rappel des démarches
    • Nos bons plans
    Je m'inscris

    Renseignez la date prévue de votre accouchement

  • Jeux concours - Les cadeaux de Maman Vogue