Rencontre avec Marguerite, illustratrice et maman

Rencontre avec Marguerite, illustratrice et maman

Pouvez-vous vous présenter ainsi que votre parcours en quelques mots ?

Je m’appelle Marguerite, j’ai 32 ans, je suis mariée et j’ai trois enfants qui ont entre 3 et 7 ans.

Je suis diplômée d’une école d’ingénieur et j’ai d’abord travaillé deux ans dans la conception de services numériques.

Il y a un an j’ai créé « mm illustrations » : je commercialise mes dessins sous forme de carte postale ou d’affiche, et je réalise aussi des commandes sur mesure (faire-part, maisons, portraits familiaux…).

Mon univers se nourrit de tous les beaux endroits et moments que j’ai en mémoire depuis l’enfance : paysages, monuments, tableaux, expressions, spectacles, livres … tout ce qui est beau m’inspire ! Mes dessins se caractérisent par leur style monochrome épuré : je n’utilise qu’une seule couleur par dessin.

J’aime faire ainsi ressortir les contrastes entre ombre et lumière, à la façon élégante d’une gravure.

maman et illustratrice

Qu’est-ce qui vous a donné envie de vous reconvertir professionnellement ?

Avez-vous toujours eu cette passion ? Comment l’envie d’exercer un métier passion vous est venue ?

Je dessine depuis toujours, et dès le lycée je me suis posé la question de travailler dans un secteur artistique. Mais à ce moment-là j’étais encore jeune, et sans doute pas assez mûre ni confiante. J’étais douée pour copier une photo, mais je ne me pensais pas capable de créer quelque chose dans un style qui me soit propre. Et puis il n’y avait pas encore Instagram, ni de commerce en ligne… les faire-part illustrés sur mesure n’existaient pas encore… pour toutes ces raisons je n’aurai même pas pu envisager à l’époque le métier que j’ai aujourd’hui.

Comme j’étais très curieuse et que j’aimais les maths, j’ai donc continué des études scientifiques plus « classiques ». Je n’en ai aucun regret ! Ces années d’étude m’ont appris la rigueur, la recherche du beau et de l’excellence, la patience, et l’humilité. Ce fut passionnant et très formateur.

En devenant maman, j’ai eu envie d’un métier qui ait plus de sens et qui m’épanouisse. J’avais aussi envie de choisir librement mes horaires de travail pour avoir du temps auprès de mes enfants. C’est donc tout naturellement que je suis devenue indépendante, d’abord en tant que consultante auprès des musées.

Ce n’est qu’après la venue au monde de mon troisième enfant que j’ai ressorti mes crayons. Très fatiguée par cette naissance, j’ai fait le choix de cesser toute activité professionnelle… et j’ai repris le dessin pour m’occuper pendant la sieste de mon bébé, les autres étant à l’école. Cette pause quotidienne me permettait de prendre enfin le temps dont j’avais besoin pour me ressourcer. Puis, j’ai eu l’opportunité de montrer mes réalisations lors d’une vente au profit de l’école, et j’ai vu que cela plaisait. C’est comme ça que « mm illustrations » a vu le jour !

Comment gérer vous votre temps entre votre travail et vos enfants ? Comment réussissez-vous à garder du temps pour vous-même ?

Je travaille de chez moi dans un coin du salon transformé en atelier. Je travaille uniquement quand mes enfants sont à l’école, et ils rentrent déjeuner tous les jours, alors oui cela demande une organisation rigoureuse. Ma semaine est très régulière, je sais précisément à quel moment de la semaine je m’occupe des courses, de la cuisine, du repassage, du lave-linge… et quel créneau est dédié à mon activité professionnelle. J’ai aussi la chance de pouvoir compter sur mon mari le week-end pour prendre le relais aussi bien dans la maison qu’auprès des enfants. Je peux alors me ressourcer en lisant, en allant nous promener en famille… C’est aussi grâce à lui et à son travail que je peux me lancer dans l’entreprenariat sans pression financière. C’est une chance dont je suis bien consciente.

Je n’ai pas vraiment besoin de « garder du temps pour moi » puisque quand je peins c’est justement un parfait moment de bonheur ! J’ai de la chance d’avoir autant de temps pour moi !
Avant la crise sanitaire, je faisais en revanche partie d’un atelier théâtre, un rendez-vous hebdomadaire essentiel pour moi. Mon métier étant très solitaire, cela me permettait de faire partie d’une équipe et de travailler ensemble à un même projet avec d’autres adultes.

illustratrice

Au-delà de l’organisation y a t-il des impératifs auxquels vous ne dérogez pas dans la vie de famille ? des impondérables qui sont vraiment importants pour vous ?

Quand j’étais en classe préparatoire, un de mes professeurs avait dit « quand vous faites quelque chose, faites le à fond : soit vous travaillez à fond (sans portable sur la table), soit vous faites une pause à fond (sans emmener ses fiches de révision en soirée) ».

J’ai retenu ce conseil et je l’applique pour organiser ma vie professionnelle et ma vie de famille. Quand mes enfants rentrent de l’école je suis disponible pour eux, pour aider aux devoirs, donner le bain, le dîner, lire une histoire. Eux en revanche ne se privent pas d’aller voir mes dessins en cours et de faire leur commentaire ! J’aime ces moments où ils voient en moi une femme fière et heureuse de son travail, et pas simplement leur maman. Le mercredi, le week-end ou en vacances, je suis là à 100/100 pour ma famille. Je n’essaie même pas de travailler. Si je dois garder un de mes enfants malade à la maison, je mets mon travail en pause.

A l’inverse quand je commence un créneau « dessin » de 2h, je ne vais pas m’arrêter pour étendre le linge, faire cuire quelque chose, accepter un café chez une amie, ou répondre au téléphone. Je travaille à 100/100. Et s’il y a une commande urgente, ou une vente pendant le week-end, alors je l’explique très clairement à mes enfants et je le prévois en amont avec mon mari : mon travail n’est pas « secondaire » et toute la famille s’adapte dans ces cas-là !

Pour l’instant je n’ai donc pas beaucoup de temps de travail dans la semaine mais c’est ce rythme qui me convient et convient à notre famille. Quand les enfants grandiront, j’espère pourvoir augmenter ce temps de travail hebdomadaire progressivement !

Avez-vous des conseils pour des femmes qui n’oseraient pas se lancer ?

Ne renoncez pas à vos exigences, mais soyez patientes ! Je rêvais d’un métier qui ait du sens, qui m’épanouisse, qui soit compatible avec ma vie de famille et le travail de mon mari… c’est très exigent, donc ça ne vient pas tout de suite ! Je suis d’abord passée par du conseil en indépendant, des périodes de chômage, beaucoup de réflexions en famille avant de me lancer. Et depuis que je suis illustratrice, mon activité se construit petit à petit : j’ai commencé avec quelques modèles seulement, puis il y a eu un logo, les ventes, le site web, les premières commandes sur mesure, de nouveaux formats et produits… Tout cela prend du temps, il faut être patiente et oser saisir les opportunités quand elles se présentent. Pour moi, tout est parti d’une vente au profit de l’école…

Est-ce qu’il y a quelque chose que vous aimeriez ajouter ?

Oui, un conseil pour toutes les mamans : ne mettez pas votre passion en bas de la todo-list. Votre passion – qu’il s’agisse de coudre, faire la cuisine, courir, danser, prendre l’air, appeler une amie… – c’est votre carburant pour avancer au quotidien ! Ici, mon mari est capable de dire le soir si j’ai dessiné dans la journée car je suis plus détendue et tout se passe mieux. Pour élever des enfants, que l’on soit au foyer ou au bureau, il faut donner énormément. Donner du temps, de l’énergie, de l’écoute, de l’amour. Et on ne donne pas si on n’a pas d’abord reçu. Alors prenez soin de vous et prenez le temps de vous offrir ce carburant indispensable : même si ce n’est que cinq minutes par jour, ne faites pas l’impasse sur ce qui vous fait vibrer !

Marguerite

Retrouvez mm illustrations sur sa boutique en ligne, instagram et facebook.

Retrouvez ses oeuvres en ventes privées juste ici