Les qualités attendues chez l’enfant, sont-elles les plus essentielles ?

Les qualités attendues chez l’enfant, sont-elles les plus essentielles ?

« Il est sage ? » ; « Elle dort bien la nuit ? » ; « Ils jouent gentiment ensemble ? ». Voilà les questions qu’une maman s’entend régulièrement poser. Evidemment, elle comprend aussi la demande sous-jacente : « ça va, vous vous en sortez ? Ce n’est pas trop l’enfer ? », accompagnée de plus ou moins de bienveillance. Evidemment que ces questions sont importantes. Evidemment que les réponses qu’elle peut  donner jouent sur le moral de la jeune mère et sur l’ambiance familiale. Mais est-ce là les qualités vraiment essentielles chez l’enfant ?

 

Les qualités essentielles attendues chez l’enfant

Mais, il n’y a tellement pas que ça. Il y a tant d’infimes petites choses et de qualités chez un enfant qui font la joie et la fierté d’une mère. Ne trouvez-vous pas qu’il y a une dissonance dans les qualités que nous prêtons en premier à nos enfants ? Dans celles que notre entourage attend ? Dans celles que l’école évalue ?

Rester tranquille

Chanter des chansons

Aimer le coloriage

S’asseoir correctement sur sa chaise

Lever la main pour parler

Restituer une histoire

 

Et si on repensait un peu ces qualités ?

Vous savez ce que j’aimerais aussi voir dans les compétences évaluées et communément valorisées ?

Être débrouillard

Jouer tout seul

Oser face à des obstacles

Aimer découvrir

Avoir de la bienveillance

Être observateur

 

Comme j’aimerais qu’on me demande : « Il est curieux ? Joyeux ? Intrépide ? ». Nul doute que je me sentirais moins jugée quand il refuse de dire bonjour, quand il ne veut pas chanter, quand il n’aime pas dessiner ou écrire son prénom. Nul doute que je n’aurais plus besoin de préciser qu’il sait faire tant d’autres choses tout aussi importantes. Que mon enfant a plein d’autres qualités. Car, oui, je suis fière. Fière quand mon enfant grimpe comme un singe sur tout qu’il trouve, quand il ose descendre une grande pente à vélo, quand il remarque qu’un de ses copains est triste, quand il ose, observe, se débrouille et tout cela avec son cœur.

Convertissons un tant soit peu notre regard sur nos enfants pour remettre au centre les valeurs que nous aimons trouver chez les autres. Car j’aime les gens bienveillants, autonomes et téméraires. Il m’est, par contre, complètement égal qu’ils connaissent une tonne de chansons par cœur ou sachent parfaitement colorier.

Pas vous ?

Crédit Photo : Orlane Boisard pour Maman Vogue

Marie-Amélie Clément

Maman de deux petits gars, épouse de militaire, mais surtout femme passionnée d'écriture, de littérature et de voyages. Marie-Amélie prend sa plume pour chercher la justesse et la vérité en toutes choses. Elle aime s'interroger, observer et découvrir sans cesse sur les autres et soi-même.

Elle s'interroge également sur une autre manière de vivre sa féminité et sa maternité : plus simple, plus instinctive et plus écologique.

Pistes, anecdotes, conseils et réflexions en tout genre pour avancer simplement dans la vie de tous les jours et apprendre à déculpabiliser !