Pourquoi faire un enfant ? 4 vraies raisons d’en faire ! 

Pourquoi faire un enfant ? 4 vraies raisons d’en faire ! 
Mon beau-frère m’a posé une question à laquelle je n’ai pas bien répondu sur le moment, et qui ne cesse de me tarauder : « quelles sont les mauvaises raisons pour lesquelles on ne fait pas d’enfant ? » sous entendu – « pourquoi faire un enfant ? ». Enceinte de mon 3ème j’ai répondu sous ce prisme là (avec par exemple, on ne fait pas de 3ème à cause du changement de voiture que ça implique et c’est quand même dommage de mettre en face d’un projet de vie, l’achat d’une voiture :-)), alors que lui cherchait à savoir pourquoi faire son 1er quand sa copine en rêve, le harcèle (probablement), et que lui cherche à préserver à tout prix son confort, son moi-je quitte à la quitter… !

Bref, j’ai réfléchi à la question et je me suis dis que je n’avais plus qu’à vous écrire mon témoignage à défaut de pouvoir le partager avec lui car ca ferait un peu réchauffé sinon et j’aurais peur de le braquer !
En tant que personne rationnelle, et qui n’est pas fan des enfants – c’est un euphémisme – (sauf des miens bien sûr), il y a effectivement plein de bonnes raisons de ne pas en faire… La liste serait trop longue mais on peut noter rapidement que tout ce que les gens vous diront quand vous êtes enceinte sont assez vraies : fin des grasses matinées, moindre temps pour soi et pour son couple (à moins d’être très riche et d’avoir des aides aux tâches ménagères et à la garde d’enfant en permanence), nuits plus hachées (parce que même s’ils font leurs nuits tôt arrive toujours un moment où ils seront malades ou auront un cauchemar, ou envie de se lever en pleine nuit), fin des week-end au ski ou en mer (pour un temps au moins), fin des verres improvisés le soir (bah oui il faut un baby sitter ou un conjoint très très compréhensif (trop ?) et disponible) etc. etc.

…. et au contraire, je n’en vois pas vraiment (de raison) d’en faire. Est-ce qu’avoir une raison d’en faire n’est d’ailleurs pas finalement avoir une approche consommatrice de l’enfant ?
En tous cas, j’ai eu la chance de tomber enceinte par accident et de ne pas avoir à me poser la question. Assez paniquée au début, voire même pas très contente qu’un petit locataire s’installe dans nos vies si rapidement sans nous avoir demandé notre avis et vienne détruire mon corps (on ne pas se mentir j’étais franchement mécontente – et si le terme détruire est un peu fort, il faut quand même accepter de faire beaucoup de deuils lors d’une grossesse), je suis finalement heureuse d’avoir 2 (et bientôt 3) petits monstres. Ils m’apprennent à donner le meilleur de moi-même, et à être / devenir une personne plus :
* patiente. Parce que vous ne pouvez pas exiger d’un enfant, ce que vous attendez d’un adulte, que vous devez répéter les choses 15 à 30 fois pour qu’elles soient intégrées – et encore ca n’empêchera pas toutes les bêtises… La dernière en date a d’ailleurs failli coûter la vie de ma voisine : jeter les affaires depuis le balcon à l’étage d’en dessous…!
* tournée vers les autres. Parce que vous avez la charge de petits êtres qui dépendent de vous et pour qui vous êtes LA référence. Vous constaterez ici que j’ai des enfants en bas âges et non pas des adolescents susceptibles de challenger mon autorité.
* généreuse et aimante. Parce que votre amour croît, et que vous voulez leur faire passer à tous des bons moments familiaux, créer cette cellule de référence, ce cocon (y compris avec votre cher et tendre).
* et pour rester rationnelle, plus productive. Je me demande parfois ce que je faisais « avant » quand je vois tout ce que j’arrive à faire en une journée maintenant !

 

Crédit photo : Orlane Boissard