Oser dire non aux visites à la maternité

Oser dire non aux visites à la maternité

Vous venez d’accoucher. Le petit bébé tant attendu est enfin arrivé. Grands-parents, frères, sœurs et amis réclament à grands cris nouvelles et photos, et, très vite, le privilège de pouvoir contempler votre progéniture dans ses premiers moments de vie, c’est à dire à la maternité…Vous vous réjouissez de cet intérêt et de cet empressement, quand, tout à coup, la perspective de ces visites vous angoisse… Vous vous sentez égoïste, vous pensez manquer de courage. Il serait si satisfaisant de pouvoir répondre aux désirs de tous et réaliser ces images que vous aviez visualisées durant votre grossesse où les bonnes fées de votre entourage se penchaient sur votre nourrisson, les bras chargés de cadeaux et de fleurs, à côté de vous paisiblement allongée, rose, fraîche et comblée…

Publicités

Mais la réalité est toute autre, il faut bien se rendre à l’évidence et il s’agit avant tout de savoir ce que l’on désire profondément.

Réfléchir à ce que l’on souhaite avant l’accouchement

Cette question pourrait paraître anodine mais il est bien plus simple de l’envisager avant l’accouchement, afin de prévenir vos proches de nos souhaits, plutôt que de subir leur déception après la naissance, quand chaque petite émotion peut être décuplée. Alors bien sûr, il est difficile de savoir l’état dans lequel vous serez après votre accouchement car chaque accouchement est différent, mais vous pouvez tout de même vous questionner intérieurement pour savoir si vous souhaitez vraiment accueillir vos proches dès la maternité. Moins à fleur de peau qu’après l’accouchement, vous serez plus à même d’expliquer votre choix à vos proches de manière paisible, sans culpabilité. Il s’agit donc d’être très simple : ceux qui vous aiment ne seront pas vexés et les retrouvailles une fois à la maison ne seront que plus belles.

Le maître-mot : ne pas se sentir obligée

Les premiers jours du post-partum sont éprouvants : il faut donc, plus que jamais, être à l’écoute de ses besoins. Cela n’est pas de l’égoïsme car plus vous vous sentez bien, plus votre bébé le sera aussi. Ses émotions sont intimement liées aux vôtres. Les premiers jours après un accouchement sont très intenses. Vous avez tout donné pour mettre au monde votre enfant. Il faut découvrir un nouveau rythme, se remettre des douleurs qu’ont pu causer l’accouchement et se laisser déranger tout au long de la journée par les très nombreuses visites des infirmières, sages-femmes, puéricultrices, etc…

N’ayez donc pas peur de vous ennuyer : ces trois journées à la maternité vont passer extrêmement vite ! La première priorité doit être votre repos et l’accueil de votre tout-petit, qui a besoin d’une attention constante. En effet, pour lui aussi, le passage à la vie est un grand bouleversement. Comme vous, il a besoin de calme et de repères fixes. L’heure est donc à la douceur et à l’apprivoisement. De plus, si vous avez décidé d’allaiter, les nombreuses tétées, en plus des visites médicales que nous avons évoquées, ne permettront pas de longues visites de vos proches. La mise en place de l’allaitement demande de l’intimité et de la patience.

Il s’agit donc de se sentir très libre et de pouvoir expliquer aux plus empressés que la maternité n’est pas le meilleur endroit pour rencontrer votre nouveau-né.

Être indulgente avec soi-même

Il serait tentant de vouloir ressembler à ces mamans qui semblent si fortes juste après leur accouchement et qui envoient de belles photos où elles semblent maîtriser complètement la situation, maquillées, souriantes et presque reposées, et qui accueillent leurs proches avec une joie et une disponibilité totale dès les premiers jours du post-partum. Sans doute existent elles, mais il est évident que la majorité des mamans ne sont pas celles de ces photos parfaites. Donner la vie n’est pas une partie de plaisir. C’est une immense joie, oui, mais une joie qui demande de donner beaucoup de soi-même et cela chacun peut le comprendre. Ainsi, vos proches, si vous leur expliquez, sauront mettre de côté leur curiosité et leur tendresse pour quelques jours.

Soyez donc indulgentes avec vous-mêmes. Il est normal de ne pas être « présentable » juste après votre accouchement, de ressentir milles émotions parfois contraires qui ne permettent pas d’être disponible à d’autres personnes qu’à votre bébé et d’avoir besoin de vous concentrer sur votre famille avant d’avoir la joie de présenter votre bébé.

Le meilleur conseil pour les premiers jours de vie de votre enfant consiste, il me semble, dans le fait d’accepter sa vulnérabilité, de se reposer le plus possible, sans avoir le souci d’être jolie et forte, et de se protéger de l’intrusion à un moment où le premier besoin est un besoin de protection, de calme, de douceur. Choisissez les personnes que vous pouvez voir sans que cela vous demande un investissement émotionnel trop important. Privilégiez, même lorsque vous êtes rentrée chez vous, les visites des personnes qui seront un soutien pour vous et devant lesquelles il ne sera pas nécessaire de « paraître ». Ménagez-vous, vous le méritez bien. Vous n’en serez que plus disposée à présenter votre petit à tous par la suite, lorsque vous aurez pris vos repères et que vous serez suffisamment remise pour pouvoir profiter pleinement des retrouvailles.

Photo : Anne-Claire de Colombel pour Maman Vogue

Lise Dziurda



Mariée et jeune maman d'un petit garçon, Lise est passionnée par l'aventure humaine que constitue la vie conjugale et familiale.
Diplômée en littérature, en philosophie et formée au métier de libraire, Lise aime écrire sur ce qui la touche, l'enthousiasme et la questionne.

"La beauté sauvera le monde" et cela dans les plus petites choses de la vie comme dans les plus grandes !