Mon enfant a (déjà) des complexes !

Mon enfant a (déjà) des complexes !

Nous avons toutes (ou presque) des complexes, comme si nous n’étions jamais contentes de ce que la nature nous a donné, comme s’il était impossible de s’aimer telles que nous sommes : celle aux cheveux frisés se les fait lisser, celle à la petite poitrine met des soutiens-gorge rembourrés, celle qui est petite met des talons…

Vous avez mis quelques années à assumer votre corps, dites-vous bien que vos enfants aussi vont passer par cette phase ; cependant, il est possible de les aider à affronter certaines étapes.

Mon enfant n’aime pas son physique

« Le binoclard », « la grande perche ! », « la minus », « il a des dents de lapin ! », « poil de carotte » … les enfants sont souvent terribles entre eux et le moindre « point faible » d’un enfant peut malheureusement devenir un objet de moquerie dans toute une cour de récré.

Un complexe va naître du regard de l’autre et l’enfant va pointer une différence physique. La télévision, les clips, les publicités véhiculant des canons de la beauté n’aident pas non plus les plus jeunes et les ados à se construire. Sachez qu’avant 7 ans, un enfant n’a pas véritablement de regard critique sur son corps. Mais l’entrée dans l’âge de raison lui donne aussi conscience de lui-même et lui permet de juger et se juger.

Écouter et trouver des solutions

« Il / elle m’a traité de … » ces petites phrases ne sont pas à négliger. Les paroles que votre enfant vous rapportent ont du sens pour eux même si vous les trouvez souvent anodines.

Vous, vous souvenez-vous d’avoir vécu ce type de remarque ? Comment auriez-vous voulu être entendue ?

Laissez votre enfant verbaliser son ressenti et écoutez-le

Écouter son enfant répéter les remarques qu’il a subi lui permet d’extérioriser son ressenti. Ayez une écoute attentive « cette parole a dû te blesser » est par exemple une réaction de votre part qui permettra d’engager la discussion.

« Pourquoi es-tu blessé ? Tu les trouves vraiment moches tes dents ? Mais regarde, j’ai les mêmes ! ».

« Moi aussi on m’a traitée de poil de carotte, mais justement, savais-tu que c’est ce qui a charmé ton Papa ? »

Selon le caractère de votre enfant, vous pouvez aussi essayer de tourner en dérision les remarques de ses camarades : « dent de lapin c’est le meilleur des copains ! », « poil de carotte il a pas les chequottes ! » «, binoclard il est rigolard » ! Même s’il ne les utiliseras sûrement pas, cela permettra de chercher quelques rimes et de tourner en dérision les remarques !

Trouver une solution

Sans tomber dans l’excès (opération chirurgicale ou coupe de footballeur), essayez aussi de régler cette différence : traitement contre l’acné pour les ados, lunettes un peu moins voyantes, coupe de cheveux un peu plus à la mode, orthodontie … il est parfois possible d’atténuer ses complexes sans trop de difficultés.

Cette différence physique (en réalité en dehors de standards dictés par une normalité toute relative), ne doit néanmoins pas faire souffrir votre enfant. N’hésitez pas à en parler à son enseignant ; si un enfant est victime de ce type de remarques, il ne doit pas être le seul.

A travers cette souffrance, montrez également aux autres (fratrie, amis proches), qu’il est blessant de faire de telles remarques !

 

Et vous, en tant que maman, avez-vous été confrontée à cette situation ? Quelle fut votre réaction ?

 

Photo : @shop.mango.com

Annabelle Lebarbé

Rédactrice, formatrice et maman de 2 enfants. Parisienne durant 25 ans, montpelliéraine durant 7 ans, elle habite désormais au milieu de l'Océan Indien à La Réunion.

Elle peut avoir de longues discussions sur l'éducation, le tricot, l'écologie, une recette de cuisine ou encore l'organisation de la vie quotidienne. Si elle aime papoter et rire avec ses amis, elle apprécie également la compagnie de ses livres ou d'une partition.