Mes enfants partagent la même chambre

Mes enfants partagent la même chambre

Les chambres de notre home sweet home se transforment parfois en dortoirs, pour des raisons de manque de place ou par choix.

Bien que vous ayez suffisamment de chambres, regrouper plusieurs enfants dans une chambre peut être une solution aux réveils nocturnes des plus jeunes. Certains petits, en se réveillant dans la nuit, sont rassurés de ne pas être seuls dans leur chambre et apaisés en entendant la respiration de leur frère et/ou leur sœur. Le deuxième avantage découlant de ce choix : gagner une salle de jeux !

Plusieurs enfants dans une même chambre compliquent les couchers pour certains. Avec un peu d’astuces, une pointe d’organisation et beaucoup de patience, voici quelques pistes pour tenter d’endormir plusieurs enfants dans une même chambre.

Avancer l’heure du coucher

Décaler les couchers des enfants favorise un endormissement serein. Avancer l’heure du dîner, si cela est possible, facilite ce changement. Afin que l’horaire du coucher du dernier enfant à poser sa tête sur l’oreiller ne déborde pas sur celui de début de soirée des parents, l’idée est d’avancer l’heure du coucher du premier enfant au lit. Le plus jeune ou le plus gros dormeur si ce sont deux enfants en bas âge. L’objectif est que le premier enfant couché ne soit pas réveillé par le(s) suivant(s). Espacer les deux couchers de trente minutes est un bon compromis, à adapter en fonction de vos enfants bien évidemment. L’ainé est alors ravi et honoré de « grappiller » ce petit temps qu’il va considérer comme « bonus » au cours duquel il peut lire, regarder des livres en silence ou écouter une histoire audio. Si les deux parents sont présents au moment du coucher, pendant que l’un couche le plus jeune, l’autre lit une histoire à l’ainé qui apprécie d’autant plus ce moment privilégié.

Roi du silence

Vient alors l’heure du coucher de l’aîné. Croiser très fort les doigts pour être certaine de trouver un enfant dormant à poings fermés ne fait pas tout. Jouer au roi du silence aide. Les « règles du jeu » sont expliquées avant d’entrer dans la chambre. Les dernières (interminables) requêtes se font sur le pas de la porte. Rappeler l’importance (capitale) du calme et du silence pour ne pas réveiller le petit qui dort est vital. Pour votre soirée, on s’entend. Le challenge devient alors de rejoindre le(s) lit(s) vide(s) le plus silencieusement possible.

Ordre

Comme pour un enfant qui dort seul dans sa chambre, le bon ordre de la chambre évite des distractions. Et de marcher sur un Lego ou un jouet sonore en couchant l’aîné. Bye bye soirée!Si vous avez une salle de jeux, le mieux est de retirer les jouets de la chambre afin de limiter les tentations.

Relativiser

Si le coucher en décaler n’est pas réalisable parce que les enfants ont à peu près le même âge, ou que c’est le planning de la famille qui est incompatible, les parents ont beau répéter « maintenant dodo », il n’est pas rare que les enfants discutent entre eux. Chuchoter fatigue, les enfants finiront donc par s’endormir. Leur complicité est renforcée par ce moment de « transgression » des règles. D’où l’intérêt d’avancer l’heure du coucher. Même en discutant un peu, les enfants s’endormiront à la même heure que d’habitude et garderont de cette période de bons souvenirs dont ils vont reparleront dans trente ans, lorsque vous ferez enfin vos nuits et grasses matinées.

S’adapter

Évidemment, tous les couchers ne sont pas tous couronnés de succès. S’écouter et tenter de s’adapter aux besoins de l’enfant, même si cela paraît ne pas être « dans les normes » des grandes doctrines éducatives en vogue peut vous sauver vos soirées. Deux de vos enfants ont besoin de dormir dans le même lit ? Au diable ce qu’en pensera Belle-Maman, vous gagnez une paire de draps à laver et de la sérénité. Vos deux enfants ont besoin de coller leurs lits ? Tant pis pour la déco et les bons conseils des mamans parfaites à la sortie de l’école. Ne vous inquiétez pas, à 18 ans, ils ne le souhaiteront plus. Les avantages d’un coucher serein pour le bien-être de la famille méritent de tenter ce que l’on pense être le mieux. Des parents qui ont du temps pour eux et des enfants reposés sont autant d’atouts pour aborder la journée du lendemain du mieux possible.

 

Photo : machambredenfant.fr