Lettre à celle qui a peur d’accoucher

Lettre à celle qui a peur d’accoucher

Chère future maman, ton ventre s’arrondit, ton petit bébé gigote, la date du terme approche de jour en jour, et pourtant une grande peur t’envahie : celle d’accoucher. Tu peux avoir peur d’accoucher pour tout un tas de raison : peur d’avoir mal, peur de mourir, peur de ne pas faire les bons choix, peur de la rencontre avec ton bébé…. Rassure-toi, ces peurs, tu n’es pas la seule à les ressentir. Beaucoup de femmes appréhendent énormément cette étape, et c’est bien normal. C’est un moment important, inédit, impressionnant.

Quand on accouche, on revit sa propre naissance. Ce n’est pas rien. C’est le plus intime de notre corps et de son histoire qui est touché. Cette perspective peut réveiller des angoisses. Mais rassure-toi, il est possible d’y remédier.

S’exprimer

Alors, d’abord, ne reste pas dans le silence. N’aie pas honte de ces peurs. Parles-en autour de toi, à ta sage-femme, à tes amies qui ont déjà accouché.  Exprimer ses peurs permet déjà de leur faire prendre moins de place. Pose autant de questions que tu souhaites. Chaque accouchement est un évènement unique, et le personnel médical et là pour t’accompagner tout au long de cet évènement.

Inscris toi à un bon cours de préparation à l’accouchement, celui qui te correspond le mieux.  Tu pourras y poser toutes les questions que tu souhaites, et l’on t’expliquera toutes les étapes et ce qui se passera le jour J, que ce soit dans ton corps ou autour de toi.

Communique aussi avec ton bébé, parle-lui, explique lui ce qui va se passer. Vous allez traverser cela ensemble, tous les deux. Même in utero les bébés sont capables de ressentir les émotions de leur maman.

Ne pas trop anticiper

Chaque accouchement est différent, c’est pourquoi il est important de ne pas trop anticiper le choses. « Et si j’ai trop mal ? Et si je n’arrive pas à pousser ? Et si je ne ressens aucune connexion avec mon bébé ? Et si….  Arrête de penser pour une minute et respire. Il faut prendre chaque étape de l’accouchement comme elle vient. Le pré travail, les contractions, la pose de la péri, la poussée, l’attente aussi. Tout cela fait partie de ton accouchement, et il faut accueillir chaque moment, sans forcément se demander et après ? L’après viendra en son temps.

Oui, tu risques d’avoir mal, oui il se peut que tu aies besoin de forceps ou d’une épisiotomie, et que tout ne se passe pas comme dans les films. Mais quoi qu’il arrive, tu seras entourée par des gens dont c’est le travail de tous les jours, qui ont tout vu, et qui seront là pour t’accompagner dans chaque étape de ton accouchement.

De même pour l’attachement avec ton enfant. Tant qu’il est dans ton ventre, votre relation est particulière. Une fois dans tes bras, c’est une autre relation qui s’instaura, moins instinctive peut-être, mais encore plus belle. Laisse-faire le temps. Pour certaines le déclic se fait dès l’instant où le bébé est posé sur elle, pour d’autres cela prend quelques heures, quelques jours, ou même plus. Peu importe, même si le déclic semble ne pas être encore là, l’amour, lui est présent, depuis le début de cette toute petite vie.

Garder confiance

Aie confiance dans ton corps de femme. Il est fait pour donner la vie. C’est une des choses les plus naturelles et les plus belles qui soient.

Quoi qu’il arrive tu es déjà la meilleure maman qui soit pour ton enfant. Dis toi que tu feras forcément les bons choix. Si tu suis ton instinct, tout se passera bien. Péridurale ou pas, voie basse ou césarienne, tu seras forcément une héroïne, et une super maman.

Photo : @wattpad.com

Tiphaine Crozon

Maman d’un petit garçon, passionnée par l’écriture et la littérature. Tiphaine échanger sur sa vie de jeune femme et de maman.