L’éternelle question de la future maman: biberon ou allaitement ?

L’éternelle question de la future maman: biberon ou allaitement ?

L’éternelle question, la source de nombreux débats lors du café entre copines, le point central des discussions avec Belle-Maman pendant les 9 mois de grossesses (et les 9 mois suivants … ) : vais-je nourrir mon bébé au sein ou au lait artificiel ?

Publicités

Pendant ma grossesse, je me suis bien sûr préparée à l’après et notamment à la question de l’alimentation de mon enfant. Sans me poser trop de questions, il était assez évident pour moi que j’allais l’allaiter au moins ses premiers mois de vie ayant bien en tête le discours classique de Maman et Belle-Maman « c’est ce qu’il y a de mieux pour ton enfant ». Sauf que le jour J …. au secouuurs !!! J’ai complètement raté mon allaitement à la naissance de ma fille pour mille et unes raisons, la pauvre, déjà maigrichonne, a perdu presque un tiers de son poids de naissance en quinze jours. Traumatisée par l’expérience et par les conséquences que cela avait eu sur sa santé, je suis passée au lait artificiel sans plus me poser de questions, au plus grand soulagement de ma fille, du mien et de mon mari !

Et pourtant, je vois autour de moi que certains -la plupart en fait- allaitements se déroulent merveilleusement bien, que des centaines de mamans, de bébés et de papas en sont très heureux et le vivent de manière très épanouie.

J’ai donc mené ma petite enquête et cherché à savoir, auprès de nombreuses mamans, quels avaient été, selon elles, les avantages et les inconvénients d’une alimentation au lait artificiel ou au lait maternel. On fait le point :

LAIT MATERNEL (sein)

  • Les plus

– Solution naturelle. Quoi de plus naturel que de nourrir son enfant au sein ? Le corps humain est superbement fait et nous permet d’être auto-suffisants, de créer au bon moment la nourriture la plus adaptée possible pour notre enfant; profitons-en ! Le lait maternel s’adapte parfaitement aux besoin du bébé, permet de varier les goûts dès la naissance (car le goût du lait est dépendant de ce que mange la Maman) et contribue à la création d’anticorps. Que demander de plus ?

– Utilité. Le lait maternel peut en effet être utilisé de multiples manières pour nourrir son enfant bien sur mais également pour le/nous soigner (crevasses, soins du cordon, croûtes de lait, eczéma, érythèmes fessiers, etc.), pour se laver (pour les intéressées, Youtube fourmille de tutos DIY pour fabriquer son savon au lait maternel) et même pour fabriquer des bijoux (si, si je vous jure !).

– Relation fusionnelle. Un autre avantage de l’allaitement serait inévitablement ce lien fort qui lie la mère à l’enfant. Après neuf mois passés dans le ventre, le bébé peut ressentir le besoin d’être lové contre celle qui l’a porté tout ce temps. Entendre le coeur de Maman battre en même temps que bébé tète son lait, en voilà une mélodie rassurante !

– Aspect financier. C’est indéniable, allaiter ne coûte pas cher ! Votre corps fournit tout: une belle économie de faîte sur votre liste spéciale « arrivée de bébé » (et on sait toutes à quelle vitesse cette liste peut chiffrer…)

– Praticité. Puisque votre corps fournit tout et que la nature est bien faîte, on n’allait pas s’arrêter en si bon chemin: le lait est prêt à bonne température, toujours à disposition du bébé, dans les bonnes quantités, etc. De quoi se libérer un peu l’esprit après les chamboulements de neuf mois de grossesse et d’un accouchement !

  • Les moins

– Les galères de la mise en place. Pas toujours facile de démarrer un allaitement; crevasses, mauvaise prise du sein, courbe de poids du bébé qui ne suit pas, fatigue de la maman, etc. Je suis mauvaise conseillère à ce sujet mais, à ce qu’il paraît et si vous le souhaitez vraiment, persévérez et cela finira par rouler !

– Surveiller son alimentation. Mince, neuf mois à rêver d’un bon verre de whisky (comment ça vous n’aimez pas le whisky ?) et c’est râpé… Allaiter demande en effet un peu de sacrifices : pas (ou peu) d’alcool, de cigarettes, d’éléments gras, acides, sucrés et de caféine. Allaiter oui, mais toujours veiller à soigner notre petit être tout neuf. Un sacrifice léger face à la beauté de la création, non ?

– Impossible de déléguer. C’est en aucun doute le point qui est le plus revenu dans ma -longue et minutieuse– étude de terrain. En effet, pas moyen de filer un sein à Papa en disant « bon débrouille-toi là, je suis en K.O technique« , c’est toujours à vous de vous y coller. Bon, quand on veut on peut, alors il y a toujours la solution tire-lait et Papa donne un bib de lait maternel mais c’est quand même à vous de fournir « le gros » du travail.  Et en plus vous risquez une petite crise de votre progéniture qui se sentira affreusement bernée. Faut bien que l’allaitement ait ses défauts, hein !

 

LAIT ARTIFICIEL (biberon)

  • Les plus

– Partage des tâches. Evidemment, faisant écho aux lignes précédentes, c’est l’avantage que vous avez le plus cité : donner le biberon c’est permettre à Maman de déléguer et de se re-po-ser. Amen. Du coup, non seulement Papa est content de pouvoir profiter un peu plus de son bébé tout en aidant mais, en plus, Maman reprend du poil de la bête grâce à des nuits prolongées et sans douleur.

– Pratique et rassurant. A chacun ses atouts ! Le biberon, c’est aucun doute le choix de la facilité et de la simplicité. Pas d’angoisse à l’idée de reprendre le travail alors que bébé n’est pas sevré, habitué des bibs il se laissera faire par sa nounou ! Pas de stress quant aux quantités avalées, il suffit de regarder la graduation du biberon. Pas besoin de s’organiser un planning des sorties pour éviter les fuites ou une tété en pleine rue ; bébé se régule beaucoup plus facilement au biberon. Une légende urbaine dirait même qu’un bébé nourri au lait artificiel fait plus rapidement ses nuits…. Aaah, je sens que ça vous fait réfléchir ?!

– Solution idéale des pudiques. Ai-je besoin de vous faire un dessin ?

  • Les moins

– Organisation. En effet qui dit biberon dit matériel (tétines, biberons, goupillons, lait, eau minérale, etc.), dit donc vaisselle et anticipation ! Si vous prévoyez d’aller dîner chez des amis, il faudra prévoir dans votre sac à langer les bonnes quantités et le matériel nécessaire pour ne pas devoir écourter votre sortie à l’heure où votre petit bout aura faim ! Et au retour vous vous chamaillerez probablement avec l’amoureux pour ne pas faire la vaisselle. Mais bon, vous dormirez un peu plus quand il prendra son tour de garde cette nuit : on ne peut pas tout avoir !

 

À la suite de cette lecture, inutile de nous lancer dans le débat bonne/mauvaise mère : mettons les points sur les I en rappelant que nous sommes toutes de bonnes mères dès lors que nous aimons notre enfant et que nous souhaitons le meilleur pour lui. Biberon ou allaitement, chacune son choix, son envie, sa décision pour le bien-être de son bébé.

Belle journée les wonder mums !

 

Anne-Victoire G.