La démotivation des enfants, comment la comprendre et l’accompagner ?

La démotivation des enfants, comment la comprendre et l’accompagner ?

« Il ne veut rien faire », « il est complètement lassé par l’école », « il ne veut plus aller aux scouts », « il ne veut même pas terminer son année de guitare alors que je ne l’ai pas obligé à s’inscrire ! ».

Publicités

Beaucoup de parents se retrouvent face à leur enfant qui ne veut plus faire grand-chose ou qui a une motivation « sélective » c’est à dire principalement pour ce qui l’intéresse et ne lui demande pas trop d’efforts. Cette démotivation peut concerner uniquement l’école ou une activité ou au contraire tous les aspects de la vie de l’enfant. A certains moments, nos enfants présentent ce qu’on pourrait appeler des « baisses de régime », des moments où ils ont moins envie de faire des choses, ou ils s’isolent davantage et deviennent plus sédentaires, mais il est toujours important de comprendre le moteur psychique de ce mouvement interne de démotivation, c’est-à-dire de comprendre ce qui se passe dans ses émotions et dans son psychisme pour qu’il n’ait plus envie de faire les choses.

Tout dépend de l’âge

Plus jeune, un enfant a besoin qu’on le stimule et qu’on prenne un certain nombre de décision pour lui car il est encore trop immature pour en prendre seul. Nous savons ce qui est bon pour lui et il a besoin de nous pour le guider vers ce qui sera bon pour son développement global. Ses décisions sont le plus souvent les nôtres et c’est tout à fait normal. Ainsi, la démotivation des plus jeunes ne s’exprime parfois pas clairement mais ce sont nous qui ressentons que notre enfant n’est plus aussi partant qu’il a pu l’être par le passé. Il est toujours intéressant de se demander quel est notre investissement de l’activité.

Par exemple, si notre petit bonhomme en CP n’a plus du tout envie de faire ses devoirs et n’a même plus l’envie d’aller à l’école, questionnons notre relation avec son école, sa classe, sa maîtresse.

En effet, notre façon de présenter les choses influence beaucoup leur façon de les recevoir et de les vivre. Si nous sommes déçus, désemparés ou désespérés par l’école ou l’activité de notre enfant, il est normal que lui aussi le vive de cette manière là et l’exprime par une forme de démotivation.

Un appel à encouragement

Certains enfants ont besoin d’être très encouragés voire même un peu secoués, sinon, ils ne feraient pas grand-chose ;-).

Il faut alors sentir, si un simple encouragement, rappel ou stimulation suffirait ou si notre enfant appelle quelque chose d’autre. C’est très souvent que les enfants appellent par leur démotivation des encouragements et surtout une invitation ferme à continuer. En effet, booster un enfant c’est aussi lui montrer que l’on est certains qu’il est capable de mener à bien une mission, une activité et de respecter son engagement. En effet, les enfants sont tous animés par le principe de plaisir c’est-à-dire qu’ils font (comme nous les adultes) toujours en priorité ce qui leur fait plaisir, et ce qui fait plaisir ne rime pas vraiment avec les contraintes et les efforts que demande une activité régulière ou l’école. Il faut donc les pousser à persévérer puisque la vie n’est pas uniquement faite de plaisir mais aussi de contraintes et d’efforts.

Ce moment-là peut-être une belle occasion pour vous de guider votre enfant sur cet apprentissage.

Concrètement, et pour lui apprendre le sens de l’engagement, il est important, lorsqu’il est un peu plus grand de prendre le temps avec lui au début de l’année pour choisir une ou deux activités mais de bien les choisir et de s’engager à y aller à chaque fois, de lui faire comprendre qu’il va faire partie d’un groupe et que le groupe compte sur lui (scoutisme ou sport collectif) ou qu’il va rentrer dans un cycle d’apprentissage et que la régularité est la clé de la réussite (musique).

Un appel à réconfort

Lorsqu’un enfant semble démotivé par tout ce que vous lui proposé, qu’il n’éprouve aucun plaisir à faire ce qu’il aimait faire avant, il est essentiel de comprendre avec lui ce qui peut être à la source de cet essoufflement. En effet, un enfant qui perd goût subitement aux choses qu’il aimait faire avant peut nous questionner sur les raisons de ce découragement. Une discussion vraie avec lui sur les raisons de cette démotivation peut être très utile.

N’oubliez pas que nos enfants utilisent ce qui se passe dans leur environnement pour mieux se connaitre et mieux se faire connaitre auprès de vous. Ainsi, profitez d’une discussion pour le rassurer sur sa valeur, ses capacités à effectuer cette activité ou lui proposer un espace de parole chez un psychologue pour qu’il puise exprimer ce qui est difficile pour lui.

 

Lénaïg Steffens

Lénaïg Steffens, psychologue clinicienne, psychologue pour enfants, passionnée par les familles, le développement de l’enfant et la relation entre les enfants et leurs parents. Elle a vraiment à coeur que chacun ait une place juste, que les relations soient équilibrées et que les parents gardent leur rôle de parents aimants, bienveillants et rassurants par leur fermeté et leur solidité. Maman de deux garçons et mariée, elle a vraiment à coeur de rejoindre chaque famille dans sa réalité quotidienne et de l’aider concrètement, c’est ainsi qu’elle propose dans son cabinet en libéral des conseils de guidance parentale simples et efficaces !


@lenaig.steffens.psy