« J’attends un enfant » de Laurence Pernoud

« J’attends un enfant » de Laurence Pernoud

Classique incontournable de la maternité, toujours placé en bonne place dans les rayons consacrés à la puériculture dans les librairies, et que j’ai moi-même, comme bon nombre de femmes sans doute, vu dans mon enfance ce livre trôner de toutes ses nombreuses pages sur la table de chevet et dans la bibliothèque de mes parents (ne manquant pas, il est vrai, de lâcher un ricanement à la vue de ce titre).

Publicités

Quelques années et deux enfants plus tard, force est de constater que mon point de vue a bien changé ! La première grossesse et la naissance du premier enfant font basculer notre insouciante jeunesse dans un monde nouveau d’interrogations dans lesquelles on a rapidement l’impression de se perdre complètement. Combien de fois le jeune parent stressé se demande-t-il devant ce que fait son bambin « c’est normal qu’il fasse ça ?! ».  J’ai, pour ma part, trouvé beaucoup de réponses dans ce fameux volume, et je vous partage donc quelques (bonnes) raisons de se procurer cet incontournable de la bibliothèque familiale.

Une somme complète et compréhensible

C’est d’abord un livre qui marque par son caractère exhaustif (y compris au niveau du nombre de pages, je vous l’accorde…) Mais, de fait, de la grossesse à la naissance, du premier jour au premier jour d’école, en passant par l’alimentation, le sommeil et l’allaitement ; tout y est traité. Les interrogations qui traversent la tête des jeunes parents sont toutes référencées, voire parfois même celles que l’on n’a pas encore formulées !

Le développement n’est pas exhaustif, mais va à l’essentiel, ce qui permet de comprendre l’essentiel sans avoir le sentiment d’avaler une formation à la puériculture, la maïeutique ou la petite enfance.

Pour ce qui est de « J’attends un enfant », on y trouve les trois trimestres de grossesse avec en détail le développement de l’embryon ainsi que le suivi médical de la maman. Le tout est accompagné de descriptions de symptômes et de conseils divers. Enfin l’accouchement et sa préparation y sont détaillés, ainsi qu’un court chapitre sur le développement de l’enfant. (Ce thème est repris plus en détail dans un autre volume du même auteur : « J’élève mon enfant »)

Le style sans prétention se veut simple sans être simpliste, et faisant généralement appel au bon sens. C’est une lecture à la fois éclairante et gratifiante car elle ne se veut pas donneuse de leçons pour le parent, mais au contraire nous rappelle souvent que chaque parent a en lui ce qu’il faut pour son enfant, à commencer par l’amour qu’il lui porte.

Des références précises et mises à jour

Abordant tous les thèmes liés à la maternité et l’enfance, Laurence Pernoud ne se prétend pas spécialiste, et renvoie à la fin de chaque chapitre à toute une bibliographie de qualité. Le parent qui souhaite ainsi approfondir tel sujet peut ainsi trouver les ouvrages de référence dans le domaine. Ces références sont assorties de commentaires pertinents sur le niveau de lecture de chaque ouvrage. Et pour ceux et celles qui ont connu comme moi la version vintage de 1993 ou 1996 (et les photos assorties ! Vive la mode des années 90 …) pas de panique, l’œuvre est rééditée et mise à jour chaque année, suivant ainsi le fil des publications actuelles.

Une équipe de nombreux médecins ; gynécologues, psychologues, chercheurs, nutritionnistes, dessinateurs et coordinateurs travaillent tout au long de l’année pour mettre à jour l’édition, enrichie également par le courrier des lecteurs.

Il n’est cependant pas non plus nécessaire de racheter l’ouvrage à chaque grossesse si celles-ci ne sont pas séparées par des décennies car les changements et les évolutions sont plutôt progressifs. L’aisance s’accroissant aussi pour les grossesses suivantes, acheter l’ouvrage pour sa première grossesse suffit amplement.

Un ton bienveillant

Je l’ai dit plus haut ; le ton adopté est volontairement bienveillant à l’encontre du parent, le but étant d’encourager celui-ci plutôt que de le sermonner. Mais il est également fait état envers l’enfant, et la maternité en général, d’une grande bienveillance, que j’ai été, pour ma part, agréablement surprise de trouver dans mon édition de 1993 (la vieillesse…) Au diapason des théories actuelles sur l’éducation positive, les besoins affectifs des tout-petits ou encore la dépression post-partum, le regard posé par l’ouvrage est toujours empreint d’empathie et d’une grande justesse.

Forte de sa propre expérience de maman, Laurence Pernoud écrit à la première personne, et n’hésite pas à livrer son avis, avec toutes les précautions et l’humilité qui s’imposent, et se montre souvent aussi efficace que les conseils d’une bonne amie ! Le ton volontairement simple et descriptif peut agacer parfois au début, mais on est cependant vite happé par la bienveillance et la clarté du propos.

Les situations les plus diverses sont envisagées ; enfant désiré ou non, arrivant au sein d’un couple ou pour une mère seule, grossesse physiologique ou pathologique, chacune peut y trouver ce qui la concerne. Mais chaque situation est prise en compte avec délicatesse.

En conclusion, je vous laisse les mots de Laurence Pernoud dans son premier chapitre :

« ‘J’attends un enfant’ : il est peu de mots qui ont autant de résonances dans l’esprit d’une femme. Dès le moment où elle est sûre d’être enceinte, des sentiments nombreux et contradictoires l’envahissent. Ce n’est jamais tout simplement ‘Je suis très heureuse’ ou ‘Je suis très déprimée’. Même à la joie se mêle la crainte devant l’inconnu, même à la déception se mêle la fierté d’être capable d’avoir un enfant.

Et à ces différents sentiments s’ajoutent mêlés : la joie d’avoir un enfant de l’homme qu’on aime, l’émotion d’être en face d’un événement lourd de conséquences, l’excitation, car l’on devine que l’on ira de découverte en découverte, parfois le désarroi devant une situation inconnue si c’est un premier enfant, la curiosité de vivre à son tour l’aventure de la maternité, l’inquiétude de voir son corps se déformer, etc… Mais, dans tous les cas, domine une certitude : rien ne sera plus comme avant. »

Margerie Bourgain  

 

Crédit photo : Nathalie Coster pour Maman Vogue