L’hémangiome infantile : faut-il s’inquiéter ?

L’hémangiome infantile : faut-il s’inquiéter ?

L’hémangiome infantile apparait à cause d’un défaut d’oxygène sur certaines zones de la peau (avant ou après la naissance). Ce manque d’oxygène va provoquer la formation anarchique de vaisseaux sanguins. Elle est la plupart du temps sans gravité… mais parfois gênante !

L’hémangiome infantile

Il est absent à la naissance (ou très, très discret sous la forme d’un point rouge ou d’une petite tache blanche) et commence à grossir vers les 7 jours de vie.
Il est alors de couleur rouge vif et bien limité à surface lisse ou granuleuse. Dans neuf cas sur dix environ, il se stabilise à l’âge de quatre mois et régresse lentement à partir de 12/18 mois. Il disparaît vers l’âge de 5/6 ans. Il n’y a généralement aucune séquelle si ce n’est parfois une toute petite trace rouge de rien du tout…

Le traitement de l’hémangione infantile  

Sachez qu’aucun traitement n’est nécessaire pour la plupart des hémangiomes !
Il faut surveiller qu’il ne grossiste pas d’un coup ou change de couleur si c’est le cas une consultation auprès d’un médecin est nécessaire.

hémangiome infantile

L’hémangiome de cette petite fille était à peine visible à la naissance. Il a grossi puis a commencé à diminuer à l’âge de 6 mois.

 

L’angiome plan à la naissance

L’angiome plan est congénital, c’est-à-dire qu’il se forme in utero lors de la constitution de la peau. On l’appelle aussi tache de vin – ou improprement tache de naissance en raison de sa présence à la naissance.

Il est stable, grandit proportionnellement avec l’enfant mais il ne disparait pas contrairement à l’hémangiome. L’angiome plan n’est pas dangereux. Quand il est de petite taille, on peut vivre parfaitement avec !

Le traitement de l’angiome chez l’enfant 

Lorsqu’il est étendu et situé sur le visage, le préjudice est évidemment esthétique. On le traite alors par laser – dès 6 mois – en plusieurs fois.

Le plus ennuyeux c’est souvent le regard des autres sur les enfants ayant un angiome … A nous, adultes, d’apprendre aux enfants la tolérance sur la différence !

 

Marine Bourgeot

Crédit photo : @FREEPIK