Devenez la plus heureuse des mamans

ET RECEVEZ NOS MEILLEURS ARTICLES POUR ÊTRE UNE MAMAN COMBLÉE

Cliquez sur votre semaine de grossesse

Suivi de grossesse

Suivi du 3ème trimestre

Edito

Berceau, layette, futur mode de garde : tout se prépare, et l’impatience de connaître la frimousse du futur petit être, coexiste avec les craintes liées à l’accouchement, tant de la part du père que de la mère.

Recevoir par mail mon suivi de grossesse

Quoi de neuf ?

Pendant ce dernier trimestre de grossesse, votre bébé va achever son développement. C’est pour vous la période du congé maternité. Vous avez du temps pour vous et pour votre foyer, ce qui est plutôt agréable. Même si la fin de la grossesse, en fonction de la chaleur, du poids du ventre, et de votre état, peut parfois être vécue un peu difficilement.

C’est le moment pour vous de préparer doucement la naissance. Même si c’est votre septième, même si vous avez la sensation de tout savoir sur le sujet, n’hésitez pas à rencontrer une sage-femme et participer à des séances de préparation à la naissance adaptées à vos besoins. C’est pour vous l’occasion d’entrer en confiance avec une sage-femme qui pourra vous écouter, vous conseiller, et surtout surtout vous réserver des moments de détente inestimables. Et c’est aussi le moment d’échanger avec des femmes qui vivent peut être les mêmes difficultés, ou les mêmes joies que vous.

Il y a plein de manières de préparer cette naissance : par des cours classiques, conseillées à celles qui plongent dans un univers qui leur est complétement inconnu. Par de la sophrologie, de l’haptonomie, du yoga, de l’acupuncture, du chant prénatal pour celles qui souhaientent du sur-mesure. Il y a autant de manière de se préparer que de sensibilité. Le principe est surtout d’investir sa grossesse et son enfant d’une manière ou d’une autre, de se détendre et de relacher ses peurs et ses appréhensions.
Ces séances, qui paraissent parfois enfantines, vont permettre de connaitre les étapes que vous allez traverser, pendant l’accouchement ou même après. L’idée n’est pas d’être une mère parfaite qui les traversera sans aucune faute (ça n’existe pas!), l’idée est justement de s’abandonner lors de ces moments qui nous dépassent.
Nul ne sait comment il réagira face à la douleur, pour les plus peureuses vous pourrez même vous surprendre! Mais ajouter à cette appréhension la peur de l’inconnu ne peut qu’entraver le besoin de confiance en vous, en l’équipe, en votre conjoint, nécessaire au bon déroulement de l’accouchement et des premières semaines.

P. Chazerans

Conseil conjugal et familial 7ème mois

La femme porte l’enfant, accueille la vie : cela restera toujours une différence fondamentale et radicale entre les deux sexes. La grossesse confronte des époux à cette réalité de la différence sexuelle, qu’ils n’avaient peut-être pas pensée de cette façon-là.
Avec l’approche de la date de la naissance, une nouvelle répartition des rôles et des fonctions doit s’opérer : le couple « égalitaire » qu’on avait peut-être espéré construire, doit être remanié, au prix parfois de difficiles négociations, dans lesquelles n’est pas exempte une certaine lutte de pouvoir.
Aujourd’hui, les rôles et les...

La femme porte l’enfant, accueille la vie : cela restera toujours une différence fondamentale et radicale entre les deux sexes. La grossesse confronte des époux à cette réalité de la différence sexuelle, qu’ils n’avaient peut-être pas pensée de cette façon-là.
Avec l’approche de la date de la naissance, une nouvelle répartition des rôles et des fonctions doit s’opérer : le couple « égalitaire » qu’on avait peut-être espéré construire, doit être remanié, au prix parfois de difficiles négociations, dans lesquelles n’est pas exempte une certaine lutte de pouvoir.
Aujourd’hui, les rôles et les fonctions ne sont plus définis selon un modèle unique (comme le modèle occidental traditionnel d’autrefois), donc tout se négocie… Presque chaque jour, les couples doivent redéfinir les règles de leur vie à deux, comme si chacun remettait en question sa propre identité et sa propre survie, chaque fois qu’ils se demandent qui va faire la vaisselle ou les courses ! Fatigant ?

B.Lucereau

Conseil conjugal et familial 8ème mois

Berceau, layette, futur mode de garde : tout se prépare, et l’impatience de connaître la frimousse du futur petit être, coexiste avec les craintes liées à l’accouchement, tant de la part du père que de la mère.
Une sérieuse préparation à l’accouchement aide considérablement pour un premier enfant, ainsi que des cours d’haptonomie : le mieux est de les suivre en couple, afin que le futur père soit associé dès la grossesse à accueillir l’enfant qui vient.

Le choix du prénom n’est pas anodin : souvent, il dit quelque chose de l’histoire familiale des parents, et de ce qu’ils ont le désir de vivre avec leur...

Berceau, layette, futur mode de garde : tout se prépare, et l’impatience de connaître la frimousse du futur petit être, coexiste avec les craintes liées à l’accouchement, tant de la part du père que de la mère.
Une sérieuse préparation à l’accouchement aide considérablement pour un premier enfant, ainsi que des cours d’haptonomie : le mieux est de les suivre en couple, afin que le futur père soit associé dès la grossesse à accueillir l’enfant qui vient.

Le choix du prénom n’est pas anodin : souvent, il dit quelque chose de l’histoire familiale des parents, et de ce qu’ils ont le désir de vivre avec leur futur enfant : reproduire, réparer, enterrer, inventer ? Tout est possible, mais plus vous en parlerez de façon consciente, plus ce sera facile à mettre en œuvre.

B.Lucereau

Conseil conjugal et familial 9ème mois

Le mois de l’accouchement : « la bonne fée » sera-t-elle au rendez-vous ? On a tous en tête les contes de notre enfance, où celle-ci jetait « un bon sort » à l’enfant lors de sa naissance !
Bien sûr, tous les parents de la terre rêvent que leur enfant soit le plus beau, le plus intelligent, et le plus agréable à vivre en famille, afin de ne pas les mettre en difficulté sur le plan éducatif, et de pouvoir « en être fiers ».

Attention à ne pas inverser les rôles, et à ne pas charger l’enfant d’attentes irréalistes, et donc irréalisables : l’enfant ne vient pas pour nous combler affectivement, pour...

Le mois de l’accouchement : « la bonne fée » sera-t-elle au rendez-vous ? On a tous en tête les contes de notre enfance, où celle-ci jetait « un bon sort » à l’enfant lors de sa naissance !
Bien sûr, tous les parents de la terre rêvent que leur enfant soit le plus beau, le plus intelligent, et le plus agréable à vivre en famille, afin de ne pas les mettre en difficulté sur le plan éducatif, et de pouvoir « en être fiers ».

Attention à ne pas inverser les rôles, et à ne pas charger l’enfant d’attentes irréalistes, et donc irréalisables : l’enfant ne vient pas pour nous combler affectivement, pour réparer notre enfance ou notre couple, pour rehausser notre estime de nous-mêmes. Il n’est pas le produit de nos rêves (ce qui engendre des éducations déplorables et très culpabilisantes) : il est juste lui, il nous est donné comme un cadeau à accueillir et à aimer. A deux ! et de façon inconditionnelle !