Fondamentaux éducatifs : comment choisir ses combats ?

Fondamentaux éducatifs : comment choisir ses combats ?

Une amie m’a récemment rappelé notre première rencontre. Nous étions sur la plage, j’attendais mon quatrième, elle n’avait alors qu’un enfant. Elle a passé une heure à courir après son petit garçon, le surveiller, lui donner des consignes, le gronder et rajouter une consigne. Au bout d’une heure, elle est venue s’asseoir à côté de moi, fatiguée et s’est exclamée : « Mais pourquoi toi tu n’as pas bougé de ta serviette ?! »

Choisir ses combats éducatifs

J’ai pris un peu de recul pour réfléchir à cette question et j’ai réalisé ce que la maternité m’a appris de plus précieux : on ne peut pas se battre partout, sur tout, tout le temps. Autrement dit, il faut choisir ses combats éducatifs.

C’est d’abord fondamental pour l’enfant, qui doit comprendre la hiérarchie des interdits et des valeurs. Avec un petit qui commence à touche à tout et tester les limites, on peut retenir ce principe : peu de « non » mais des « non » fermes. On accepte donc, par exemple, de le laisser escalader, attraper les crayons, monter une marche, mais on l’empêche de s’approcher des prises et de jouer avec tel objet ou jeu fragile. Avec un enfant plus grand, il s’agit de prendre le temps de réfléchir aux valeurs éducatives qui importent vraiment à nos yeux. Pour certains, ce sera la politesse. Et dans ce cas, on reprend l’enfant pour demander de regarder dans les yeux en disant bonjour, on apprend à vouvoyer, à dire « merci » et « s’il te plait ». Et on lâchera un peu sur ce qui nous semble moins important. Il peut être judicieux de mettre par écrit ces quelques règles fondamentales et d’en discuter en couple et avec les enfants. Cela permet de les intérioriser pour les voir non comme des interdits pénibles mais comme des manières de rendre la vie ensemble plus facile et plus agréable pour tous.

Éviter l’épuisement maternel

C’est aussi fondamental pour la maman, qui ne peut pas être sur tous les fronts et s’épuiser avec moult consignes. Garder sa patience et son énergie pour ce qui en vaut la peine se révèle vite indispensable pour éviter l’épuisement maternel et le découragement. Vigilance sur les écrans, le sucre, la sécurité, le calme, l’ordre, la politesse, la curiosité, la bienveillance… On choisit ses priorités tout en se rappelant que dans certaines circonstances, on peut toujours lâcher du lest : long voyage, maman fatiguée ou malade, vacances… L’enfant comprend très bien le caractère exceptionnel de ces moments qui n’annulent pas les règles du quotidien !

Alors, avez-vous déjà réfléchi à vos fondamentaux éducatifs ?

Photo @Virginie Hamon

Clarisse de Bailliencourt


Quand elle n'enseigne pas la littérature à des collégiens et lycéens, Clarisse fait l'école à la maison pour ses 4 petits blonds !

Expatriée depuis 10 ans en Afrique, elle est éprise de voyages, de découvertes et de slow life.


Vous trouverez sous sa plume des billets d'humeur, une réflexion autour de la maternité et l'éducation, ainsi que des conseils de cuisine, de lecture et d'organisation !