Et si on parlait de sexualité à nos enfants ?

Et si on parlait de sexualité à nos enfants ?

Faut-il parler de sexualité avec ses enfants, et comment ? Les parents se sentent souvent gênés et démunis, mais leur rôle est primordial.

Les parents, à l’origine de la vie par leur amour, sont les premiers éducateurs dans ce domaine, les plus disponibles aussi. L’idéal est de donc de parler régulièrement : une ou deux conversations ne règlent pas la question.

Vous êtes, en tant que parents, les premiers éducateurs de vos enfants. Si vous ne leur parlez pas de sexualité, d’autres s’en chargeront… et parfois pas de manière idéale.

En mars 2017, un sondage diffusé dans Le Figaro montrait qu’un enfant sur sept voit son premier film porno à 11 ou 12 ans, et qu’un tiers des 13-14 ans a déjà vu un film X. Eh oui. Car en général, si un adolescent a une question en tête, il n’attend pas et se renseigne à l’extérieur.

Lorsque les parents sont au clair avec leur propre sexualité et abordent cette question régulièrement, l’éducation à l’amour se passe plus sereinement. Regardez votre propre rapport à la sexualité, vos peurs ou difficultés présentes afin de savoir ce vous souhaitez transmettre. Jeanne Larghero, intervenante à l’École de l’amour, explique que les parents doivent montrer à leurs enfants « le chemin du bonheur, la force du don, de la confiance, l’alliance dans le mariage, la différence entre sentiment amoureux et amour, le lien entre sexualité et conjugalité ». Car l’enjeu derrière l’éducation affective et sexuelle est très grand : il est question la construction de votre enfant.

C’est pour cela qu’Inès de Franclieu, éducatrice à Com’ je t’aime, recommande de parler de sexualité aux enfants bien avant l’âge du collège.

« L’urgence, dit-elle, c’est parler aux petits, évoquer la beauté de l’amour avant que leur regard soit abîmé par leurs expériences ou le discours publicitaire ». Les parents doivent être les premiers à aborder le sujet avec leur enfant. Si vous êtes intimidés à l’idée de parler de sexualité à votre enfant, de multiples livres peuvent être laissés sur la table basse : ceux d’Inès Pélissié du Rausas, du Père Denis Sonet… ou d’Inès de Franclieu.

Pour les 5-12 ans, elle a écrit Dis, en vrai, c’est quoi l’amour ? Ce petit guide est disponible ici et répond à de multiples questions sur le corps, la transmission de la vie, la différence fille/garçon, la pudeur, etc. en toute simplicité.

Pour les adolescents, pourquoi ne pas acheter son autre ouvrage Amour et sexualité – Comment en parler aux enfants et aux adolescents ? Ce livre est complet, porte un regard émerveillé sur l’amour et la sexualité, mais surtout peut aider des parents qui souhaitent aborder ces beaux sujets avec leurs enfants. Vous pouvez le trouver ici, ou dans toutes les bonnes librairies.

Par ailleurs, des associations proposent également des week-ends parents-enfants, comme l’École de l’amour. Il existe aussi parcours « Cycloshow » ou le « Mission-XY » par exemple.

Mieux vaut être maladroit que se taire.

Pour déculpabiliser ceux qui ne se sentent pas une âme d’éducateur à la vie affective et sexuelle, la cohérence entre discours et actes reste le b.a.-ba. La façon dont les parents s’aiment est le premier des témoignages. Il reste aussi important (voire plus ?) que le discours. C’est surtout par l’exemple que nos enfants mesureront qu’en amour, tout n’est pas enviable.

Et si on récapitulait tout ça ?

  1. Parler tôt, c’est protéger.Il est bon de ne pas attendre pour évoquer la beauté du corps et sa finalité avec ses enfants, même très jeunes, car la société est brutale et hyper-sexualisée. Même s’ils ne comprennent pas tout, ce qu’ils retiendront sera positif. Les parents pourront revenir plus facilement sur le sujet à l’adolescence.
  2. Parler pour émerveiller.Pour cela, bannir tous les mots crus et la vulgarité, mais user de délicatesse pour s’ajuster à chaque enfant. Il a besoin de voir la beauté de la sexualité et d’un regard positif sur le corps.
  3. Parler même sans questions de la part de l’enfant. Il a besoin de voir que ses parents sont heureux d’en parler.
  4. Parler à plusieurs reprises car l’enfant n’a pas toujours tout compris et, selon sa maturité, on peut aborder telle ou telle facette de la question. La répétition est, de toute manière, mère de tout apprentissage !
  5. Parler du bonheur lié à l’amour durable dès 9-10 ans. Il est important que les enfants puis adolescents comprennent que ce qu’ils font aujourd’hui n’est pas neutre, qu’ils construisent déjà leur vie de demain.

Estelle de Fougerolle

Éditrice en free-lance et professeur de français.

Estelle est aussi rédactrice en chef de la team Lifestyle pour Maman Vogue. Sa passion ? La lecture et l’écriture pour questionner le monde. Ici, elle aime prendre sa plume pour partager ses coups de cœur, des bons plans, et décrypter les tendances avec son équipe.
Son quotidien ? Un subtil équilibre pas toujours facile à trouver entre les différentes casquettes de sa vie professionnelle et sa jolie vie personnelle à Toulon.