Et si on lâchait parfois un peu de lest ?

Et si on lâchait parfois un peu de lest ?

Horaires d’écoles, de rendez-vous, de siestes, de repas, courses, ménage, fatigue, administratif de la maison, gestion des repas, du linge, cris d’un enfant, pleurs d’un autre, excitation mal contenue, une bêtise, deux bêtises, un enfant qui se fait mal, à nouveau des cris, des pleurs, de l’impatience, une caisse de jeux renversée, quinze livres apportés dans le salon, deux enfants qui sautent sur le canapé, des coussins qui volent, la pluie qui tambourine et la nuit tombée depuis longtemps, un repas à préparer et des devoirs à gérer en même temps, un évier qui fuit, un téléphone qui sonne… parfois, trop c’est trop ! Certains jours sont épuisants et nous paraissent sans fin. On ne sait plus par quoi commencer, sur quoi rester ferme et sur quoi intervenir.

Publicités

Ce genre de journée vous dit quelque chose ? Ouf ! Soufflez ! Prenez du recul ! Ces jours-là, le défi est « juste » de sortir la tête de l’eau pour repartir du bon pied, et pour cela, tous les coups sont permis !

A l’inverse, une autre fois, vous êtes en vacances, bien méritées, et vous avez envie de changer d’état d’esprit, de savourer, de passer de bons moments en famille sans vous prendre la tête, et donc de lâcher un peu de lest sans pour autant ruiner l’éducation que vous essayez tant bien que mal de donner à vos enfants. Avouez, vous avez aussi connu ces moments plus sereins !

Quelque soit la situation, ce n’est pas toujours évident de lâcher prise et de garder en tête les choses primordiales pour nous et celles qui peuvent être mises de côté quelques instants. Voici quelques points qui peuvent aider à la réflexion :

La sécurité :

Que vous soyez en vacances, en période scolaire, chez vous ou chez des amis, généralement, vous ne souhaitez pas qu’il arrive quelque chose à vos enfants, vous tenez tellement à eux (et c’est bien normal !). La sécurité, que ce soit pour traverser la route, pour jouer autour de la cheminée ou l’accessibilité aux produits ménagers dangereux, est un des points sur lesquels nous ne pouvons pas faire l’impasse, puisqu’il s’agit de la santé de notre enfant ou de la nôtre. Il faut donc savoir rester vigilants aux principaux dangers qui nous entourent.

Les règles de politesse :

« bonjour, s’il vous plait, merci, au revoir, pardon » … selon l’âge et le caractère de votre enfant, votre seuil de tolérance, le respect donné à la personne en face, à vous de voir si vous préférez insister ou fermer les yeux (et les oreilles) pour une fois.

Les horaires :

Dans ce domaine, vous pouvez vous adapter. De manière générale, être ponctuel à un rendez-vous paraît nécessaire quoiqu’il arrive ; en revanche vous pouvez très bien avancer ou reculer vos repas, l’heure de la sieste ou du coucher, l’heure du bain ou du goûter. Il est souvent plus facile de faire dîner un enfant qui a faim un peu plus tôt, plutôt que de le faire patienter à tout prix, sous risque de subir des cris et des pleurs. En revanche vous pourrez aussi laisser vos enfants jouer un peu plus longtemps dans le jardin un soir d’été, et retarder un peu le repas si personne ne le réclame.

Les écrans :

Oups, sujet qui fâche ! Il est généralement préconisé de ne pas laisser les enfants trop souvent ni trop longtemps devant un écran avant l’âge de 6 ans. Bien sûr, à vous d’en mesurer le bénéfice et les risques et d’adapter ces moments à votre enfant. Certains jours cela dépanne bien, il faut l’avouer. Comme alternative vous pouvez aussi choisir de lui faire écouter des musiques ou des histoires, cela lui permettra tout aussi bien de se calmer, de se poser et/ou de se canaliser.

Les tâches ménagères :

Simplifiez-vous le travail lorsque cela vous semble nécessaire : la pile de repassage peut parfois attendre un peu, le repas se limiter à un pic-nique ou à des pâtes de temps en temps, personne ne vous en tiendra rigueur ! Vous devez aussi être à l’écoute de votre corps et de vos capacités les jours de fatigue, et savoir souffler !

Les moments de qualité :

Parfois il vaut mieux repousser une tâche pour passer quelques instants avec son enfant autour d’une activité, d’une discussion, d’un câlin. Ces moments qui peuvent vous paraître perdus au départ sont en réalité bénéfiques pour chacun. Apaisé l’enfant sera plus serein, et vous serez ainsi plus tranquille pour accomplir ensuite ce que vous devez faire.

Quoiqu’il arrive, essayez de prendre du recul à chaque demande (parfois farfelues) de vos enfants : « est-ce vraiment dramatique si ma fille met ses collants rayés avec sa jupe fleurie ? » « Mes enfants vont-ils vraiment être malades s’ils mangent encore des pâtes ce soir ? » ;« la terre va-t-elle s’arrêter de tourner si je leur donne leur bain plus tôt que d’habitude ? » « Si un enfant mange aujourd’hui avec ses doigts, va-t-il oublier jusqu’à la fin de ses jours comment se servir de sa fourchette ? »

Évidemment au quotidien vous devrez être ferme sur beaucoup de choses, garder un rythme pour respecter les besoins de chacun, vous avez des valeurs à inculquer à votre enfant, une éducation à lui donner, mais acceptez des exceptions les jours où vous en avez besoin, cela permet souvent de finir la journée plus sereinement !

Alice de Champs

Crédit photo : @annalandstedt