J’ai perdu un de mes parents au moment de construire ma propre famille

J’ai perdu un de mes parents au moment de construire ma propre famille

Il est cinq ou six heures du matin, les souvenirs sont flous. Mon portable ne marche pas très bien, je suis surprise que Maman m’appelle. Je décroche. « Tu es seule ? ». Le téléphone coupe. Je rappelle. « Il va falloir être forte, ma chérie ». Comment ça ? Trois mots : « Papa est mort ».

Publicités

Ma vie s’écroule.

J’ai vingt ans, je suis étudiante en fin de licence, insouciante dans mon petit appartement parisien, heureuse, joyeuse, épanouie. Ma vie s’organise entre mes études, mon petit boulot de pionne et la compagnie de guidouilles où je suis cheftaine. Je passe mes journées avec mes amis, je vis au rythme de jolis bonheurs et de petits tracas, j’envoie deux-trois sms le soir à mes parents en disant « tout roule, love you ». Bref, je suis comme toutes les jeunes filles de mon âge : je profite de la vie sans me poser (trop) de questions et j’aime ça.

Mais ce jour-là, ce 9 mai 2014, quand Maman m’appelle aux aurores, en pleine semaine de partiels, quand j’entends sa voix brisée, en une seconde, ma vie bascule. L’inimaginable arrive, la tristesse, la douleur, l’horreur toquent à notre porte. Devant moi, une photo de nous sept. Quelque part en vadrouille dans le désert émirati, devant le 4×4. Cinq enfants suivant leurs parents sur des routes inconnues. Nous sept.

Papa et Maman nous ont offert une vie merveilleuse, pleine d’amour et d’insouciance. C’était normal pour nous de voyager, d’être ensemble, de partager. Pourtant Papa était militaire et régulièrement en OPEX mais, malgré cela, nous n’avions jamais imaginé qu’en un seul instant tout pouvait s’écrouler. Papa nous a quitté il y a cinq ans, de manière totalement inattendue, et notre vie a vraiment basculée.

A vingt ans, lorsque ma vie s’effondre, lorsque tout ce qui était construit autour de moi se déconstruit, tout devient incertain. J’ai besoin d’appui, de secours, de certitude, de vérité, de valeurs sur lesquelles me reposer. Certaines amitiés se délient et d’autres se renforcent plus que tout. Parmi elles, un roc : mon premier amour, celui qui était ces dernières années tantôt un flirt, un meilleur ami, un amoureux transi ou un bon copain. Nous sommes amis avant tout mais cette épreuve va nous rapprocher plus que jamais. Nous avions du mal à clarifier notre relation et pourtant, en m’appuyant dans ce deuil, il va me sauver, par son amour.

Il m’épaule, me soutient, m’écoute. Il me redécouvre et je le redécouvre. Quand tout s’effondre, on revient à l’essentiel : il est mon essentiel. Il est l’homme de mes rêves, celui avec qui je peux reconstruire tout ce qui s’est écroulé. Il est droit, solide, joyeux, il partage les mêmes valeurs que moi, il m’ouvre son cœur et ses bras, il m’apporte du réconfort et de la sécurité. Très vite, nous décidons de nous fiancer, de nous marier et d’avoir un petit bébé. Chacune de ces étapes consolide mon choix : c’est un époux merveilleux et un père fantastique. Avec lui je construits cette famille dont j’ai tant besoin, dont j’ai tant rêvé et grâce à lui mon Papa continue de vivre dans notre foyer.

Car Papa nous a laissé ce qu’il y a de plus précieux. Avec Maman, ils nous ont appris que l’on est heureux que par l’amour. Qu’à chaque jour suffit sa peine et qu’il faut l’affronter avec courage et confiance, avec optimisme, toujours. Que rien n’est plus merveilleux que d’ouvrir son cœur à la découverte, au partage. Que l’homme n’est grand que dans l’humilité. Aujourd’hui avec mon mari, dans notre propre foyer, nous essayons de mettre cela en pratique, ensemble, chaque jour de notre vie.

Maman, mes frères et sœurs et moi, avons vécu cinq ans douloureux depuis le décès de Papa, cinq ans où chaque nouvelle journée nous rappelle ce manque irremplaçable d’un père. Mais cinq ans de vie bien remplie. Papa est parti beaucoup trop tôt pour nous tous et pourtant, avec l’aide de Maman, il a eu le temps de nous enseigner l’essentiel, il nous a inculqué les valeurs véritables et a fait de nous les adultes épanouis que nous sommes aujourd’hui.

La famille s’est agrandie en accueillant deux beaux-frères, une belle-sœur, deux petites-filles, les ados sont devenus adultes et Maman, incroyable, porte tout, nous soutient, nous donne de l’amour pour deux, se dédouble et signe ses textos « papamaman ». Merci Papa de l’avoir choisie si grande d’âme, si solide. Merci Papa d’avoir mis sur notre route des époux et épouses merveilleux qui nous rendent heureux. Merci Papa de continuer à vivre dans nos foyers, à travers nous et maintenant à travers nos enfants. Merci Papa.

Anne-Victoire G.