#Coronavirus : Aider les enfants à travailler seuls à la maison.

#Coronavirus : Aider les enfants à travailler seuls à la maison.

Quand la fermeture des écoles a été déclarée, nous n’étions pas préparé à faire (ou subir) l’école à la maison. Je ne sais pas vous, mais nous, ça a été un peu dur au début.

Publicités

Entre une grande en 3ème un peu angoissée avec l’échéance du Brevet, et un p’tit en CM2 qui se la coule douce…moi en freelance (habituée au télétravail mais seule) et un papa militaire sur le terrain, ça a été un peu folklo pour la mise en route.

Alors il a fallu, très rapidement, trouver une méthode d’organisation pour que tout le monde puisse travailler le mieux possible sans s’entretuer pour un fluo ou un bout de bureau !

Voici mes astuces perso, qui je l’espère, vous aideront :

1 Garder un rythme « normal »

Premier problème auquel j’ai été confronté : les horaires qui se sont très vite décalés….au point que très vite nous avons pris le rythme « vacances » en dînant à 21h et en se couchant tard. À partir de là, comment faire travailler des enfants fatigués ?

Alors, hop, ni une, ni deux, on a réinstauré des horaires normaux (sans se lever à 6h du mat). Chez nous ça donne ça :

  • 9h00 tout le monde est au travail
  • 11h30/12h30 : temps libre + mettre la table
  • 12h30 : déjeuner
  • 14h00 : travail
  • 16h30 : temps libre (si possible dehors)
  • 18h / 19h : télé, jeux vidéo, réseaux sociaux + mettre la table
  • 20h : dîner
  • 21h15 : extinction des feux

2. Afficher un emploi du temps

Le télétravail, c’est nouveau pour ces jeunes élèves, et dans ces circonstances, difficile de s’y retrouver. Alors, chacun de mes enfants a construit lui-même son emploi du temps. Avec son design, ses couleurs, bref, une bonne idée d’atelier créatif 😉 Cet emploi du temps est affiché sur chaque bureau pour les aider à bien gérer leur temps.

3. Fixer une durée de travail

Il est important de fixer une durée de travail. Chez nous, nous avons les deux cas : Claire, l’angoissée qui va travailler jusqu’à 22h; et Maxime qui expédie son travail en 20 minutes. Pour éviter les dérives d’un côté comme de l’autre, nous avons fixé des plages horaires de travail (voir point n°1), et nous avons aussi estimé un timing pour chaque matière.

Au final, les deux enfants arrivent à s’organiser sans dépasser les zones de temps de travail.

4. Chacun son espace

Pour que chacun puisse travailler, tout le monde a choisi son espace. Car le premier jour, tout le monde sur la table de la salle à manger, ça a fini en ring de boxe. Du coup, chacun chez soi : chambre, cuisine, salon. Cela permet de s’isoler et de se concentrer plus facilement. On peut mettre le son de son ordi sans gêner l’autre. Bref, un peu de sérénité ne fait pas de mal !

5. Respecter le rythme de chacun

Je ne sais pas vous, mais mes enfants ont des rythmes vraiment différents : l’un est du matin et pas l’autre. Du coup, nous avons adapté légèrement l’emploi du temps de Maxine qui a besoin d’un temps calme (ou de sieste) après le déjeuner. Ainsi, cela respecte son fonctionnement naturel et il est plus apte au travail ensuite. Et moi, je ne me bats plus à le faire bosser !

6. Aider l’enfant comme on peut

S’il y a bien un truc que je n’ai jamais compris, c’est bien les maths. Autant je cartonne en français, en SVT et en histoire-géo, autant les maths c’est une galère pour moi. Je suis absolument incapable d’aider, même le plus petit (oui, j’avoue) dans ses devoirs de calcul et de géométrie. Alors, avec mon conjoint, on se partage la tâche : et on gagne un temps fou. Et aussi pas mal de dignité !  À lui les maths et la physique, et moi je m’occupe du reste.

7. Travailler autrement et favoriser l’autonomie

Ce temps à la maison, c’est aussi l’occasion d’apprendre autrement. Apprendre à cuisiner (et travailler les proportions), reconnaître les fruits et légumes et savoir d’où ils viennent (hop, un peu de géo), bricoler, ressortir des livres pour faire ses recherches…

C’est aussi l’occasion de tenter des moments d’autonomie complète. Chacun gère la récupération des devoirs en suivant son planning, les faits, apprend sa leçon et fait ses recherches. Bien sûr, je reste disponible en cas de question. Mais en 1 mois de confinement, je m’aperçois que même le plus petit, arrive désormais à organiser son temps et gagner en autonomie

8. Prévoir un temps de récitation des leçons

Chaque soir, à table, nous profitons de ce moment pour faire réciter les leçons du jour. C’est un rituel que nous avions avant le confinement, on a décidé de le garder. Cela nous permet de voir si tout est bien su et compris après chaque journée.

9. Savoir déconnecter

L’école via Internet, le nez collé sur un écran, ce n’est pas l’idéal. Si vous télé-travaillez, vous serez d’accord avec moi. Ainsi, il faut aussi savoir s’accorder un temps de pause. Dans un premier temps, quotidiennement, mais aussi un jour off, par exemple la dimanche. Pas de travail, pas d’écran.

Crédit photo : @NathalieCoster