Cinq conseils sur le jour de l’accouchement

Cinq conseils sur le jour de l’accouchement

Que ce soit pour un premier, un deuxième ou un sixième, le jour de l’accouchement est imaginé et redouté par toutes les mamans. Plan de naissance, préparation à l’accouchement, on a toutes nos idées sur ce qui se passera ou non ce jour-là.

Publicités

Nous avons établi, en lien avec une sage-femme d’une maternité de Marne-la-Vallée, une liste de conseils pour ce jour si spécial dans une vie de maman.

Avoir une bonne préparation à l’accouchement

Aujourd’hui, le personnel médical qui entoure la grossesse propose quasiment systématiquement une préparation à l’accouchement. Il y a d’abord les préparations classiques, chez une sage-femme, où l’on nous explique comment l’accouchement et le séjour à la maternité vont se passer (en théorie évidemment !), et où on apprend à respirer pour gérer les contractions et la poussée. Ce genre de préparation peut notamment être très bien pour un premier. Et puis, il y a les préparations un peu plus spécialisées : yoga, piscine, chant prénatal… Il y en a pour tous les goûts.

L’importance d’avoir une bonne préparation, c’est que cela permet d’aborder l’accouchement un peu plus sereinement, et pourquoi pas de rencontrer et d’échanger avec d’autres futures mamans.

La préparation à l’accouchement passe aussi par le dialogue. Pendant la grossesse, il vaut mieux éviter de trop traîner sur Internet (sauf sur Maman Vogue !!), et avoir un référent pour sa grossesse : sa sage-femme ou bien une sœur, une amie, qui a déjà vécu cela. Il est important de de n’avoir qu’un son de cloche et pas 150 avis différents qui ne feront que vous brouiller l’esprit, et peut-être même vous alarmer encore plus.

Oser communiquer

Avant toutes choses, il est important de parler avec la sage-femme ou le gynécologue qui suit votre grossesse, de vos désirs et de vos doutes pour votre accouchement. Il ou elle saura vous répondre.

Avant de venir à la maternité, lorsque vous sentez que le travail commence, il ne faut surtout pas hésiter à téléphoner pour savoir si c’est le bon moment. Quelques soient vos doutes ou vos questions, il y aura toujours une réponse. Et souvenez-vous qu’il vaut mieux appeler pour rien que de faire la route jusqu’à la maternité pour rentre chez soi aussi sec ! Si vous décrivez bien vos symptômes au bout du fil, on saura vous dire si c’est le moment de venir ou s’il vaut mieux attendre un peu. Quitte à appeler trois ou quatre fois !

Ensuite, une fois sur place, les futures mamans doivent pouvoir oser poser les questions et mettre des mots ce qu’elle souhaite. Les professionnels ne peuvent pas forcément deviner seuls ce qu’il vous faut. Cela permet de vous approprier votre accouchement, c’est votre moment à vous, et les professionnels sont là pour vous accompagner.

Il en sera de même après l’accouchement, pendant votre séjour à la maternité, où il sera important de communiquer avec les soignants, de leur décrire vos douleurs, votre état d’esprit, vos peurs… Ils sont là pour cela, pour vous aider à vivre du mieux possible ces premiers jours si particuliers.

Ne pas avoir trop d’attentes

Certaines sages-femmes ou gynécologues vous proposeront d’écrire un projet de naissance, cela se fait d’ailleurs de plus en plus. Il s’agit de mettre par écrit vos souhaits pour le jour de l’accouchement (péridurale ou non, accouchement dans l’eau, positions…). C’est très bien, mais il faut faire attention car cela peut trop vous focaliser sur une seule et unique manière de vivre votre accouchement ; or, un accouchement ne se passe jamais comme on l’a prévu.

En effet, notre sage-femme de Marne-la-Vallée nous explique que certaines mesures sont inévitables, et même s’il y a encore certains abus, on ne vous fera jamais subir une épisiotomie ou une césarienne par plaisir. Si c’est fait, c’est que c’est une nécessité, la plupart du temps. Il en est de même pour la ventouse ou les forceps, il vous faut faire confiance aux soignants qui propose ces aides.

De plus, si jamais vous avez à subir l’une ou l’autre de ces mesures, ne les vivez pas comme un échec. Vous donnez naissance à votre enfant, quel que soit la manière dont l’accouchement s’est déroulé. Vous serez une bonne mère qui a fait du mieux qu’elle a pu. Ne vous mettez donc pas trop la pression, et restez ouverte d’esprit.

Bien sûr, entrer dans un service de maternité, c’est un peu comme à la loterie, on peut tomber sur quelqu’un de bien et à l’écoute, et puis on peut avoir moins de chances et tomber sur la sage-femme de mauvaise humeur ou sur le gynécologue un peu brusque. C’est aussi pour cela qu’il est important de communiquer votre ressenti et vos émotions au personnel soignant, pour que vous soyez le plus en confiance possible et que votre accouchement se déroule de la meilleure façon, pour vous et pour le personnel qui vous entoure.

Avoir conscience du caractère unique de chaque accouchement

Il est très important de ne pas comparer son accouchement avec ceux de ses copines, ou même de ceux que l’on a vécu précédemment, si ce n’est pas votre premier. Chaque accouchement est unique. Il ne faut pas non plus prendre en compte les généralités qu’on vous balance, du genre « c’est ton premier, tu accoucheras en retard ! », ou « tu verras, pour un troisième, en deux heures c’est fait ! ».

Ce n’est pas non plus comme dans les films, cela peut être très long et très douloureux ! Il faut savoir prendre son mal en patience et accueillir chaque étape de l’accouchement comme elle vient, sans trop fantasmer la suite. Votre bébé arrivera quand ce sera le moment pour lui de pointer son petit nez.

Profiter !

C’est un jour tellement particulier pour vous et votre couple, qu’il faut savoir en profiter. Cela peut être un très beau moment de connexion en couple, surtout pour un premier. C’est le jour où l’on devient une famille. Il est donc très important de garder cela un peu pour soi, et de ne pas prévenir toute votre famille dès que vous entrez à la maternité. Se préserver permet de vivre ce moment tranquillement, sans pression, un peu hors du temps, rien que vous, votre conjoint et votre bébé. Profitez-en aussi pour lâcher un peu les téléphones, surtout une fois que votre bébé est là. Prenez le temps de faire connaissance avec lui, et surtout de vous remettre avant de le présentez à tout le monde. Cela peut attendre.

 

Finalement, un seul conseil peut résulter de tout cela : c’est la CONFIANCE. Pour votre accouchement, il est important de faire confiance à vous-même, au personnel soignant qui vous accompagne, et à votre bébé.

Photo : @Nathalie Coster pour MAMAN VOGUE

Tiphaine Crozon

Maman d’un petit garçon, passionnée par l’écriture et la littérature. Tiphaine échanger sur sa vie de jeune femme et de maman.