« Choisir le prénom de votre enfant ? Un casse-tête ? Une évidence ? »

« Choisir le prénom de votre enfant ? Un casse-tête ? Une évidence ? »

Pendant ce confinement nous avons décidé de vous poser des questions chaque jour pour recueillir votre expérience sur une question du jour.

Publicités

Choisir le prénom de votre enfant ? Un casse-tête ? Une évidence ?

Voici le témoignage des mamans !

Diane, une idée de prénom depuis l’adolescence…

 » Ne voulant pas savoir le sexe avant la naissance, nous devions trouver un prénom féminin et un masculin. Pour la fille, j’avais mon idée en tête depuis l’adolescence (certaines personnes ayant été très inspirantes pour moi), je n’ai pas mis de temps à convaincre mon mari.

En revanche pour le garçon, cela a été une autre histoire, nous avons écumé les livres des prénoms et sites internet, nous n’étions jamais d’accord. (Trop ancien, trop original, pas de signification, une personne associée qui ne nous inspirait pas) on a fini par tomber d’accord sans grande conviction de ma part mais bon… J’avais choisi le prénom de fille alors je pouvais céder sur le prénom de garçon. Et nous avons eu notre petite Diane. »

Alexia 

Nathanaël, une évidence !

« Depuis que j’ai 14 ans, j’ai le prénom de mon fils en tête. Un prénom peu commun mais classique quand même. Je l’ai « trouvé » en regardant un feuilleton. Un des acteurs devait s’appeler comme cela je crois (son vrai prénom). Je le gardais en tête, mais j’ai fini par l’oublier, jusqu’à ce qu’une de mes collègues m’ annonce le prénom de son fils, c’était mon prénom, oublié certes, mais mon prénom !!! J’en parle direct à mon mari qui me dit non, presque un veto. Les années passent et quand j’apprends que je suis enceinte, on parle prénom forcément très rapidement et je lui ressors ce fameux prénom: et il me dit oui … Je ne comprends pas mais on le mets dans la liste, du coup j’ai un doute, donc on en cherche un autre. On trouve Malo en autre prénom, au gré d’une balade (mais pas à St Malo).

On ne connaît pas le sexe donc on cherche une idée de prénom de fille qui s’avérera être le 1er prénom que j’ai proposé après la 1ère écho. Je ne dirai pas lequel c’est, car sait-on jamais, j’aurais peut-être un 2ème enfant. Quand le jour J arrive, nous ne sommes pas encore fixés sur le prénom du garçon. La naissance ne se passera pas comme prévue, mais lorsque l’on me demande le prénom de mon fils, il parait (j’étais encore sous le choc de la césarienne en urgence), que j’aurai crié son prénom 2 fois, Nathanaël, sans même demander à mon mari, tellement cela me paraissait évident. »

Alix

Wandrille et Grégoire, un choix de manière imprévue…

« Le choix des prénoms n’a pas été complètement une évidence pour nous! Pourtant nous partions avec un avantage: connaissance des sexes de nos jumeaux! Deux garçons. Un prénom chacun? L’idée nous plaisait moyennement, d’une part parce que monsieur avait peur de mes goûts pour les prénoms abandonnés, d’autre part parce que je voulais que les prénoms forment une jolie paire.

Nous avons donc commencé à réfléchir ensemble à deux prénoms…enfin ensemble, je précise: je soumettais les idées et monsieur avait un droit de veto et inventait les pires surnoms pour me dissuader. Nous avons écumé les articles Maman Vogue sans succès même si nous avions trouvé de jolis prénoms mais sans parvenir à un combo gagnant.
Finalement le choix s’est fait de manière imprévue… Nous étions en visite dans une abbaye et la boutique proposait des figurines de saints patrons sur une grande étagère! Nous avons commencé à déplacer les figurines pour faire une paire: Saint Wandrille et Saint Grégoire avaient l’air de bien s’entendre! Mais surtout ce fut une évidence pour moi que Grégoire serait ce gros bébé boxeur sur la droite, et Wandrille le petit calme qui était à gauche. A la naissance nous savions donc qui était qui! La rencontre nous a semblé d’autant plus forte car nous les appelions par leurs prénoms depuis déjà deux mois. Ils nous manquaient seulement de jolis petits visages à mettre dessus! »
Joséphine

Choisir, un vrai casse-tête…

 » Les prénoms de nos enfants… le premier véritable casse tête de notre vie de couple !
Depuis mon adolescence j’ai plusieurs prénoms coup de cœur en tête et dès nos fiançailles, quand nous parlions prénoms avec mon mari, j’ai su que ça n’allait pas être simple…
Et bingo, neuf mois de débats houleux pour la grossesse de notre premier. Et pour simplifier les choses, nous gardons la surprise, il nous faut donc trouver un prénom de fille et un prénom de garçon !
J’ai du oublier tous mes prénoms coup de cœur de mon adolescence et tout reprendre à zéro !
Mon mari est très classique pour les prénoms, il trouve que c’est ce qu’il y a de « plus simple et plus joli » ! De mon côté, je ne cherche pas l’originalité pour faire original mais je trouve important de donner à nos enfants un prénom que l’on n’entend pas à tous les coins de rue. Et tout ce que je proposais était « trop original, trop bobo parisien, pas assez français, trop long, ça ne va pas avec notre nom de famille…etc»
Un jour je remarque que les références littéraires plaisent à mon mari , je me suis donc amusée à chercher des prénoms dans les livres de notre bibliothèque. Nous avons réussi à nous mettre d’accord avec cette méthode pour nos deux premiers enfants et très peu de temps avant l’accouchement !
Pour le troisième ça a été plus compliqué, j’ai bataillé jusqu’à l’entrée en salle de travail mais mon mari est beaucoup trop têtu, j’ai fini par céder pour «son » prénom.
Mais aujourd’hui ni lui ni moi ne regrettons les prénoms de nos trois enfants !
Vivement le quatrième qu’on rigole un peu ! »

Eléonore

Gaspard, le prénom des souvenirs de vacances

« On a su assez tôt qu’on attendait un petit garçon (l’écho du premier trimestre était très claire). A partir de ce moment, s’est engagée la recherche du prénom idéal. Personnellement j’avais une idée précise de ce que je voulais pour une fille, mais aucune pour un garçon. Je pensais donc que mon mari trouverait. Mais rien, aucune inspiration, le néant… Du coup, j’ai passé mon second trimestre à lui soumettre des prénoms à la pelle. Et refus sur refus ! « Non, ça c’était un garçon en 5ème que je détestais », « celui-ci ne va pas du tout avec mon nom de famille », « non, ça, ça fait vraiment trop vieux » etc…

Et puis, au 7ème mois, alors qu’on dînait entre amis, on a évoqué des souvenirs de vacances où il y avait un petit garçon nommé Gaspard. En revenant de ce dîner, mon mari m’a dit qu’il adorait ce prénom et que ce serait super d’avoir notre propre petit Gaspard. C’est ainsi que la lente négociation a pris fin!! Par contre, si le prochain est un garçon, c’est reparti pour un tour. »

Anne-Laure