Bébé allaité : Comment faire si il est hospitalisé en pédiatrie

Bébé allaité : Comment faire si il est hospitalisé en pédiatrie

L’hospitalisation d’un bébé allaité en pédiatrie est pour les parents une épreuve. Cela commence souvent par de longues heures d’attente et d’inquiétude aux urgences. Puis l’annonce de l’hospitalisation et la découverte du service de pédiatrie. Pendant tout ce temps, les parents s’oublient et ne pensent qu’à leur bébé. L’allaitement même s’il vous tient à cœur, passe souvent au second plan, comme pour Caroline dont voici le témoignage.

Témoignage

Je m’appelle Caroline, j’ai 30 ans et je suis maman de 3 enfants tous allaités. Il y a quinze jours mon dernier Jules a eu une gastroentérite.  Jules a 5 mois, c’est un bébé allaité exclusivement et pour nous jusque-là tout se passait bien. Je voulais encore attendre un peu avant de débuter la diversification et continuer à l’allaiter jusqu’au sevrage naturel.

Au début d’après-midi, le dimanche, Jules était grognon, fatigué et vers 17h il a commencé à vomir puis à avoir des selles liquides. Je l’ai laissé téter à la demande, il tétait souvent, de petites quantités. Mais cela n’a pas suffit, il vomissait et avait de plus en plus de selles très liquides. Le mardi j’étais très inquiète, il faisait de drôles de bruits avec sa bouche comme des claquement de langue. Il était très fatigué et dormait beaucoup … Je l’ai emmené aux urgences.

A l’hôpital nous avons été rapidement accueillis par une première infirmière. Puis nous avons attendu. Il y avait d’autres bébés  et des enfants plus grands, visiblement beaucoup de gastroentérites ce jour-là. Après quelques heures d’attente je me suis presque sentie soulagée quand le médecin m’a dit qu’il hospitalisait Jules. J’étais contente que l’on fasse quelque chose pour lui et en même temps je me posais des questions, qu’est ce que j’avais fait de travers ? est- ce que j’aurai pu lui éviter cela ? Où avait-il attrapé cette gastroentérite ?

Une fois arrivés  dans le service de pédiatrie, la puéricultrice a posé une perfusion à Jules. Pour cela, elle m’a installée dans un fauteuil confortable, j’ai mis Jules au sein et elle a posé la perfusion sur sa main. Il n’a pas pleuré, il s’est laissé faire, il n’a même pas sursauté quand elle l’a piqué, il a continué à téter tranquillement. Nous avons ensuite été installés  dans une chambre mère enfant. Jules avait un petit lit à barreaux et moi un lit juste à côté de lui.

Jules était très fatigué, avec la perfusion il s’est endormi rapidement et a enfin pu se reposer. Les deux jours d’avant avaient été difficiles pour tous les deux, toutes ces tétées jours et nuits et les vomissements, nous étions épuisés. Cela ne lui était jamais arrivé, il a dormi 10h d’affilées sans se réveiller et moi aussi. Le matin, mes seins étaient tendus douloureux et Jules n’a pas beaucoup tété. Heureusement, il y avait un tire lait dans le service, j’ai pu tirer mon lait et me soulager.

Jules est resté hospitalisé quatre jours. Je suis restée avec lui presque tout le temps. Quand il a commencé à se sentir mieux, il a beaucoup cherché à être dans mes bras. Comme s’il avait besoin de se rassurer, de se réconforter. Un après midi, les grands me manquaient et avaient besoin eux aussi de me voir. Mon mari est resté dans la chambre avec Jules et j’ai pu passer un moment avec mes grands. Cela nous a fait beaucoup de bien.

Maintenant nous sommes sortis de l’hôpital et Jules est guéri, il ne vomit plus, ses selles sont normales et il reprend doucement du poids. Mais je suis inquiète pour mon allaitement, J’ai l’impression de ne plus avoir de lait et Jules demande sans cesse à téter.

L’histoire de Caroline est très intéressante, elle permet de faire le point sur les besoins de bébé et de maman lors d’un épisode comme celui-ci, mais aussi vos droits et enfin les difficultés que vous pouvez rencontrer dans votre allaitement.

Les besoins d’un bébé allaité et de sa maman

Pour votre bébé allaité ou non, une hospitalisation est un moment difficile, la maladie, la douleur, les nouveaux, lieux les nouvelles personnes sont autant de facteurs déstabilisants.

Pendant l’hospitalisation votre bébé a des besoins bien spécifiques.

Tout d’abord de soins et de surveillances particulières c’est pour cela qu’il a été hospitalisé. Mais vous pouvez vous aussi l’aider. Votre présence est très rassurante pour lui. Vous êtes son point de repère, vous lui permettez de se sentir en sécurité. Votre bébé ne peut qu’être déstabilisé par l’environnement de l’hôpital où tout est nouveau et inconnu pour lui. Les bruits, les odeurs … cela représente de gros changements. Il peut se sentir en insécurité éprouver de la peur … Il a besoin de retrouver un environnement rassurant.

En pratiquant le peau à peau, en le gardant de longs moments contre vous ou dans vos bras vous allez lui apporter du réconfort. Plusieurs études montrent que le peau à peau a un effet immédiat sur les bébés. Moins de pleurs bien sûr, moins d’hormone du stress, moins de médicaments contre de la douleur et une sortie de l’hôpital plus rapide.

Si votre bébé doit recevoir des soins douloureux, vous êtes pour les infirmières une excellente partenaire. Comme pour Caroline réaliser ces soins pendant que votre bébé tète est l’un des meilleurs moyens de lutter contre la douleur. Il existe aujourd’hui beaucoup d’autres méthodes comme l’analgésie sucrée par exemple.

Enfin, si à cause de sa maladie votre bébé ne peut pas téter et surtout avaler votre lait, s’il doit par exemple rester à jeun, vous pouvez en utilisant un tire lait juste avant pour bien vider vos seins lui proposer une succion non-nutritive. En effet, le fait de téter est très apaisant, c’est pour cela que les bébés s’endorment souvent au sein. En tétant, en exerçant la succion votre bébé sécrète des hormones qui l’aident à lutter contre le stress et la douleur.

Votre lait, le lait maternel est aussi très précieux pour votre bébé. Il arrive que la maladie ne permette à au bébé de téter, il peut par exemple être trop fatigué pour cela. Mais votre lait peut lui être donné par une petite sonde. Votre lait contient de nombreux facteurs comme les anticorps qui vont l’aider à guérir.

Les mamans aussi ont des besoins très spécifiques.

Le premier conseil que j’ai envie de vous donner c’est : écoutez-vous, prenez soin de vous, faites ce que vous pouvez mais d’abord ce qui est important pour vous. On le voit à travers l’histoire de Caroline, ces moments d’hospitalisation sont difficiles, avec de nombreuses questions, de l’inquiétude, de l’incertitude et de la fatigue. Pour vous aussi c’est une nouvelle situation, un nouvel environnement auquel il faut s’adapter. Parfois un certain déchirement entre le bébé hospitalisé et les grands restés à la maison. Entre la situation, l’organisation et l’inquiétude pensez à prendre soin de vous, à vous reposer et vous ménager des espaces pour souffler.

Vos droits de maman ayant un bébé allaité

Caroline et Jules ont été hospitalisés dans une chambre mère enfant. C’est l’idéal car cela vous permet de rester 24h/24 avec votre bébé et d’être accueillis dans un certain confort. Les services de pédiatrie développent de plus en plus de chambres de ce type. Mais ce n’est pas encore le cas partout, la géographie des bâtiments ne permet pas toujours de multiplier ce type d’accueil. Cependant, depuis 1999, la charte européenne des droits de l’enfant hospitalisé a été ratifiée par la France. Elle contient 10 articles dont celui-ci.

« Un enfant hospitalisé a le droit d’avoir ses parents ou leur substitut auprès de lui jour et nuit, quel que soit son âge ou son état. … L’hôpital doit fournir aux enfants un environnement correspondant à leurs besoins physiques, affectifs et éducatifs, tant sur le plan de l’équipement que du personnel et de la sécurité ».

Vous pouvez donc rester auprès de votre bébé. Les parents ne sont pas des visiteurs à l’hôpital, se sont des partenaires de soins.

Vous pouvez aussi donner votre lait à votre bébé. Il n’existe qu’une seule pathologie où l’on doit renoncer définitivement au lait maternel c’est la galactosémie. Dans toutes les autres situations, votre bébé peut temporairement devoir rester à jeun ou ne pas pouvoir téter au sein mais ce n’est que temporaire. Si vous voulez préserver votre allaitement il vous faudra donc tirer votre lait. Vous pouvez demander au médecin qui s’occupe de votre bébé de vous faire une ordonnance de tire- lait. Et sous certaines conditions d’hygiène à respecter votre lait pourra être donné à votre bébé. Votre lait est ce qu’il y a de meilleur et de plus adapté pour lui.

Les difficultés que vous pouvez rencontrer dans votre allaitement

Comme Caroline, vous pouvez au moment de l’hospitalisation souffrir d’un engorgement, c’est assez fréquent, entre la fatigue, l’inquiétude et surtout votre bébé qui tète moins bien ou plus du tout. Cet engorgement peut avoir un impact sur votre lactation et aboutir à une baisse de lait. C’est pourquoi il est important de penser à votre allaitement même dans les moments très difficiles où vous êtes très inquiète pour votre bébé et remplacer les tétées par le tire-lait ou l’extraction manuelle. Cela a deux avantages, vous luttez contre le risque d’engorgement, vous entretenez votre lactation et vous faites des réserves de lait pour votre bébé allaité.

Après la sortie, il très fréquent de voir les bébés adopter le même comportement que le petit Jules. En effet, ils ont été malades, ils ont parfois besoin de reprendre du poids et donc d’obtenir plus de lait. C’est un peu comme un pic de croissance. Donc pas de panique, après l’hospitalisation, il est normal que votre bébé allaité demande beaucoup à téter.  C’est bon signe. Il va bien et il est entrain de récupérer. C’est la dernière phase de sa maladie, comme pour les pics de croissance il va demander beaucoup pendant quelques jours puis les choses vont rentrer dans l’ordre et vous allez retrouver un rythme.

Poursuivre l’allaitement d’un bébé hospitalisé est tout à fait possible. Cela demande quelques adaptations, comme tirer son lait par exemple. La possibilité de rester hospitalisée avec son bébé facilite les choses. D’autant que les parents sont des partenaires de soin, leur présence aide le bébé à vivre et à traverser cet épisode et l’allaitement est un vrai plus. Vous avez vécu cette situation ? Racontez- moi, votre expérience est précieuse.

Sources : https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/Promouvoir_la_bientraitance_dans_les_ets_de_sante_Annexes2.pdf

https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/Recommandations_d_hygiene_pour_les_biberons-2.pdf

 

Crédit photo :@navy.grace

Claire Boquillod

Claire Boquillod infirmière puéricultrice, conseillère en allaitement et parentalité

Consultation d'allaitement, de parentalité ou après une hospitalisation en néonatologie

Séance de préparation à l'allaitement et à l'accueil de bébé

Atelier pour les parents (diversification et DME, reprise du travail, sommeil et pleurs de bébé

En individuelle, en groupe, en ligne ou en présentiel

https://www.AllaitementParentBébé.fr