Aimer notre corps malgré ses changements

Aimer notre corps malgré ses changements

Nous et la société d’aujourd’hui :

Crèmes anti-rides, anti-vergetures, mannequins en taille 34, femmes actives ayant une alimentation-saine-et-une-activité-physique-quotidienne, chirurgie esthétique, images retouchées… La société nous impose depuis des années un modèle d’idéal féminin. Difficile avec cela d’apprécier notre corps trop petit, trop gros, trop flasque, nos vergetures, nos rides, nos imperfections. Pourtant notre corps qui se modifie est gage d’une vie qui défile, d’épreuves et d’accomplissements. Dont nous pouvons être fières, car ils ont forgé celle que nous sommes.

Publicités

Témoignage :

En discutant récemment avec une amie, j’ai fait un constat. Elle me disait qu’elle s’était remise au sport parce que depuis la naissance de son bébé elle avait encore du ventre et des hanches. Je lui disais surprise que pour moi elle était vraiment très bien, voire avait un corps parfait. Là-dessus elle me fait plus ou moins la même réflexion en affirmant que je suis très bien, alors que je vois nettement les kilos en trop affichés sur ma balance et que je voudrais bien voir disparaître. J’aime mon corps mais je modifierais bien certaines choses. Mon mari ne cesse de me répéter que je suis très belle, alors que j’étais bien plus mince et plus tonique il y a quelques années, et que je retrouverais avec plaisir ce corps d’avant.

Et j’ai réalisé une chose : il y a une grande différence entre la façon dont nous nous percevons. La façon dont notre entourage nous perçoit, et la façon dont nous croyons qu’il nous perçoit.

Apprenons à nous aimer :

Nous, nous voyons nos « défauts », et sommes très exigeantes avec notre corps. Tel micro-bourrelet en trop, tant de kilos soit-disant en trop… Notre entourage, lui, nous voit d’une façon globale, voit notre façon de nous tenir, de nous vêtir, notre caractère, notre personnalité, et pas uniquement nos restes de vergetures, nos 3 rides sur le front ou les 4 centimètres qui nous manquent. Notre exigence sur nous-même tient de notre estime de nous-même, mais aussi de la peur du jugement des autres, qui, nous venons de le dire, sont souvent bien plus cléments à notre égard que nous ne le sommes. N’avez-vous jamais eu une amie un peu ronde, mais tellement adorable que lorsque vous la voyez c’est un rayon de soleil dans votre journée ? Ou une collègue si jolie et si mince, mais tellement aigrie que beaucoup l’évitent et qu’au fond vous êtes ravie de ne pas trop lui ressembler ?

La jalousie nous rend parfois aveugles et nous ne cessons de nous comparer aux autres. Nous nous créons des normes de perfection auxquelles ressembler. Pourtant cette « perfection » est très relative, et très dictée par la société. Il n’y a pas de norme naturelle à laquelle nous comparer pour tendre à nous en approcher le plus. A la renaissance il était mieux vu d’être forte et pâle, aujourd’hui nous essayons d’être mince et d’avoir bonne mine ! Tout est une question de mode, et à nous de savoir si nous voulons y adhérer à tout prix ou si nous ne nous sentirions pas mieux en nous assumant. Le rapport au corps devient très complexe car nous oublions souvent de voir ce qu’il y a de beau en nous, pour nous centrer sur ce qui nous gêne. Nous sommes dures avec nous-mêmes, sans nous demandons pourquoi notre corps a changé. Pour nous aider à voir notre corps d’un œil positif, n’hésitons pas à relativiser en réfléchissant aux épreuves et aux joies qui nous sont arrivées ces dernières années et qui ont pu avoir un impact dessus.

Notre corps est le reflet de nos expériences vécues:

Lorsque nous repensons à notre corps d’avant, nous oublions volontairement la période ingrate de l’adolescence, notre poitrine inexistante, nos kilos en trop, notre visage marqué par les boutons d’acné et la fatigue. Pourquoi notre corps a-t-il changé ? Parce que nous sommes vivantes, tout simplement.Que nous vivons de belles choses et des épreuves. Le temps que nous consacrions au sport est peut-être remplacé par la gestion de notre maison, de notre famille ou par notre travail. Que les longues nuits de sommeil réparateur peuvent parfois être entrecoupées. Nous avons peut-être été malade, avons subi de lourdes épreuves, avons eu des accidents.

Si nous avons eu des enfants, chaque grossesse aura modifié notre corps : poitrine modifiée, bassin élargi, ventre moins tonique, réserves de gras supplémentaire, vergetures, ligne brune… et si nous avons souvent du mal à nous assumer et nous trouvons moins jolie, n’oublions pas que donner la vie est une chose particulière, et qui marque notre vie à tout jamais, aussi bien que notre corps.

A retenir :

Apprenons à remercier notre corps qui nous rappel ce qui a forgé notre vie et notre personnalité : grossesses, années qui passent, épreuves ou joies, périodes plus ou moins difficiles. Le temps passe et notre corps change, cela est indéniable, et si nous pouvons changer certaines choses, d’autres ne sont pas de notre ressort (cicatrices, régimes inefficaces malgré nos efforts, …). Alors pourquoi ne pas l’accepter et l’aimer? Nous ne pourrons que mieux nous sentir.

Alice.

Crédit : @enfancejoyeuse