Devenez la plus heureuse des mamans

ET RECEVEZ NOS MEILLEURS ARTICLES POUR ÊTRE UNE MAMAN COMBLÉE

Cliquez sur votre semaine de grossesse

Quand la vie vient nous bousculer et nous réveiller…

Quand la vie vient nous bousculer et nous réveiller…

Agenda, montre, iphone, GPS, régulateur de vitesse, contraceptifs… Les moyens pour nous seconder dans notre gestion du temps et dans le contrôle de notre vie quotidienne ne manquent pas. Car il faut bien l’avouer : nous aimons tous planifier, organiser et maîtriser notre vie ! Et il nous est difficile d’accepter que le moindre caillou vienne en perturber les rouages si parfaitement millimétrés… Et si cette épreuve était l’occasion d’apprendre à lâcher-prise et de découvrir des pans insoupçonnés de notre être ?

Un déménagement

« Métro, boulot, dodo rythmaient parfaitement notre vie parisienne. Nous habitions le même quartier depuis notre mariage, à quelques stations seulement de famille et amis qui étaient toujours là pour nous prêter main forte. Nous avions la même nounou depuis la naissance de notre aîné et les grands s’épanouissaient dans l’école voisine. Bref, nous étions en terrain conquis et ne faisions aucun effort pour intégrer de nouvelles personnes dans notre vie ! A cause d’une restructuration du personnel, mon mari a été muté précipitamment à 700 km de là dans une région que nous ne connaissions pas. Pour nous, qui avions été si gâtés jusqu’à présent, c’était un coup dur ! Il a fallu tout réapprendre. Mon mari a du s’adapter à une nouvelle équipe, j’ai fait des efforts pour aller vers les autres et retisser un réseau d’amis, que je ne pensais jamais retrouver. Les enfants ont suivi le mouvement… Avec du recul, ce déménagement soudain et subi nous a permis de nous ouvrir davantage aux autres et de découvrir notre réelle capacité d’adaptation. Nous sommes devenus plus attentifs et généreux, car finalement nous avions pris la place des « autres » ! » Isabelle

Un bébé surprise

« Nous avions trois garçons rapprochés qui nous demandaient beaucoup d’énergie. Il fallait tout le temps courir après eux, anticiper les bêtises, soigner les blessures. Quand j’ai appris que j’étais à nouveau enceinte, j’ai fondu en larmes. Certes, nous venions de changer de voiture pour une familiale, avions une grande maison et habitions une ville de province où tout était facile… Tous ces arguments m’aidaient à me faire une raison, même si la fatigue et la peur d’être débordée l’emportaient toujours dans mon cœur de maman. Quelques mois sont passés et nous avons eu la douleur de perdre subitement la mère de mon mari. Notre petite fille naissait quelques jours plus tard… pour notre plus grand bonheur ! Son arrivée « non calculée » est venue panser nos plaies… Nous aimons croire que son opportune présence était planifiée Là-Haut ! Et nous en sommes tellement reconnaissants ! » Jeanne – Lire un autre témoignage ici 

Un accident

« Il m’aura fallu courir le monde et tomber d’un toit pour saisir que je disposais là, sous mes yeux, dans un pays si proche dont j’ignorais les replis, d’un réseau de chemins campagnards ouverts sur le mystère, baignés de pur silence, miraculeusement vides ». Victime d’un grave accident, qui le laisse à moitié paralysé, l’écrivain et aventurier Sylvain Tesson se promet après une intense rééducation de parcourir les chemins noirs de France, tous ces sentiers minuscules et inconnus du grand public. Une belle leçon de vie et d’humilité ! Son accident lui ouvre les yeux et le cœur pour admirer la simplicité et la beauté de ces petits chemins. Au détour de l’un d’eux, a lieu la rencontre sans artifice avec soi-même que des années à courir le monde n’avaient pas initiée !

Une maladie

Certains ont peut-être suivi son parcours atypique vers Compostelle cet été… Marie Llorente fait partie de ces femmes courageuses qui laissent une empreinte là où elles passent. Ancien sapeur-pompier volontaire, rescapée d’un cancer de la hanche, elle refuse le diagnostic du médecin qui lui annonce qu’elle ne pourra plus jamais marcher sans une immense fatigue. Greffée au fémur et portant une prothèse, elle décide de cheminer coûte que coûte vers Compostelle, accompagnée de son fils Ulysse, 3 ans, qu’elle pousse inlassablement sur plus de 800 km. Avec comme unique leitmotiv les paroles de Saint Augustin : « Il vaut mieux suivre le bon chemin en boitant que le mauvais d’un pas ferme ». Sa page Facebook « 2 ailes à Compostelle » retrace ses péripéties et son cheminement intérieur de pèlerine peu ordinaire. « C’est un défi à la vie, une façon de la remercier. On part tous d’endroits différents, mais on va tous au même endroit », assure-t-elle. Témoignant que la vie est plus forte que tout, elle espère transmettre aux autres ce qu’elle a puisé au fond d’elle-même : « Puissent-ils trouver la force d’apprécier ce que la vie nous offre et nous laisse… Plutôt que de se focaliser sur ce qu’on n’a plus ou n’aura jamais ! Il ne reste qu’à reconstruire avec ce qui nous reste ! Mais surtout, à garder la force et le courage afin de les transmettre ! »

Une épreuve peut être l’occasion de revenir à l’essentiel et de comprendre ce dont on a vraiment besoin. Permettrait-elle de gagner du temps pour atteindre un plus grand bonheur ? A nous de savoir accepter l’imprévu et nous abandonner en toute confiance sans peur du lendemain… Car le lendemain est souvent plus doux que l’on ne se l’imagine et nous porte hors des sentiers battus !

Pour aller plus loin :

  • Sur les Chemins noirs de Sylvain Tesson, aux éditions Gallimard, se trouve ici !

  • La page Facebook de Marie Llorente est !

 

© photo Clarisse de Lauriston

Laisser un commentaire