Témoignage de Marie, victime de violences conjugales

Témoignage de Marie, victime de violences conjugales

Alors que s’est achevé le Grenelle sur les violences conjugales à la fin de l’année 2019, Maman Vogue a rencontré une femme courageuse qui a accepté de témoigner pour donner de l’espoir à toutes les femmes victimes. Son prénom a été modifié. Nous rappelons la nécessité de dénoncer toutes formes de violences faites aux femmes et que le 3919 est le numéro nationale pour toutes ces femmes victimes !

Bonjour Marie, tu es une jolie maman de deux adorables enfants et séparée de ton mari depuis cinq ans et demi. Chaque journée est pour toi un combat pour te reconstruire un peu plus ! 

Peux tu nous raconter brièvement ton passé et le style de violences subies?

Jeune , j’ai été victime de harcèlement scolaire et j’en suis restée fragilisée. Lorsque j’ai rencontré mon mari, il a abusé de moi, m’a menti sur ce qu’il était vraiment . Il a d’abord joué au gentil avec moi avant de devenir un monstre. J’ai été dévalorisé et isolé par manipulation me faisant croire que j’étais folle et que seul lui serait capable de me supporter.
Les violences, quels qu’elles soient, ont été crescendo. Chaque étape de notre vie de couple comme le mariage ou les deux bébés que j’ai eu, me liait davantage à lui et déchaînait davantage des violences plus insupportables.
J’ai donc subi toutes les sortes de violences que l’on peut connaître.
De mon côté , je vivais dans une réalité parallèle, c’est ce que l’on appelle la dissociation traumatique et le déni !

Comment gérais tu ton rôle de Maman pendant cette période de ta vie compliquée ?

J’ai été dépossédée de mon rôle de mère. Mes enfants sont nés suite à des viols conjugaux… et le chantage était le suivant: puisque j’étais folle, l’ASE me prendrait mes enfants si je ne restais pas avec lui.
Aucun de mes choix ou élans maternels n’ont été acceptés. Je vivais constamment dans la peur.

 

Quelle motivation a fais que tu as pu parler, partir et sortir de ton silence si lourd?

Le moment où j’ai réalisé que j’allais perdre la vie, je me suis enfuie et ce fut le début d’un long combat…

Où puises tu la force de te lever chaque matin et d’être une maman si extraordinaire et une femme si rayonnante?

Mes enfants! Ils sont innocents et méritent de vivre mieux. Ils ont besoin d’une maman forte.
La musique aussi, instrumentale et chantée. C’est une vraie renaissance pour moi.
 

Comment te qualifierais tu aujourd’hui en tant que femme puis de maman? 

Je suis une femme forte mais fragile à la fois. Mon passé lourd m’a rendue plus humble et empathique.
Je profite de chaque seconde de liberté et de vie. Je suis encore en état de stress post traumatique et de dissociation, ce qui rend ma personnalité assez étrange pour le reste du monde.
Je suis une maman très attentive aux besoins psychologiques de mes enfants. J’ai dû développer des compétences hors du commun pour survivre et protéger mes enfants. Les choses futiles (apparence sociale par exemple) n’ont plus de place dans ma vie. Je me suis recentrée sur l’essentiel: l’amour de mes petits, mes amitiés et la joie de la musique.

Un conseil? 

Ecouter son corps. Il ne ment jamais.

Un dernier mot ?

Il y a une vie après l’enfer. Des gens, que je ne connaissais même pas m’ont aidée.
Sortir du piège semble impossible mais je vous assure, c’est possible !
Propos recueillis par Solange Couffignal