Le vaginisme : souvent tabou et pourtant si facilement traité…

Le vaginisme : souvent tabou et pourtant si facilement traité…

Nous en parlons peu dans les médias et encore moins entre nous et pourtant de nombreuses femmes souffrent de vaginisme. Alors intéressons-nous de plus près à ce sujet pour le comprendre, le reconnaitre et en venir à bout.

Qu’est-ce que le vaginisme ?

Commençons par la définition de l’Organisation Mondiale de la Santé qui est la suivante : « Le vaginisme est un spasme des muscles du plancher pelvien qui entourent le vagin, provoquant l’occlusion de l’ouverture vaginale. L’intromission est impossible ou douloureuse. ».

Vous l’aurez compris, le vaginisme est une contraction totalement involontaire des muscles du plancher pelvien qui rend la pénétration sexuelle, la mise en place d’un tampon ou l’examen gynécologique très difficile voire impossible.

Son origine peut être multiple, elle est souvent psychologique (antécédents de sévices sexuels, troubles de l’identité sexuelle, peur de l’acte sexuel, antécédent de rapports sexuels traumatisants…) mais peut être également pathologique (anomalie morphologique, troubles du plancher pelvien suite à un accouchement, infection, troubles hormonaux…).

Il faut quand même savoir que chez un grand nombre de patientes, l’origine du vaginisme n’est pas identifiée ce qui n’empêche absolument pas une thérapie efficace.

Il existe plusieurs types de vaginisme :

  • Le vaginisme primaire existe dès le début de l’activité sexuelle de la femme et représente la majorité des vaginismes.
  • Le vaginisme secondaire se produit après une phase au cours de laquelle la femme a eu une vie sexuelle normale. Il est moins fréquent et est souvent lié à une intervention médico-chirurgicale ou à un traumatisme psycho sexuel.
  • Le vaginisme sélectif ou situationnel rend impossible seulement certaines pénétrations en fonction de la situation, du partenaire…
  • Le vaginisme absolu rend impossible toutes les pénétrations.

Comment se manifeste le vaginisme ?

Il se manifeste généralement lors du rapport sexuel, par une tendance à éviter la pénétration même si la femme éprouve du désir et qu’elle ressent du plaisir lors des préliminaires.

Attention la séquence émotion chez la femme ayant un vaginisme reste intacte, le désir, l’excitation et l’orgasme restent possibles. C’est malheureusement pourquoi beaucoup de femmes consultent souvent tard dans ce genre de situation. A cela s’ajoute parfois la honte ou la culpabilité de la femme qui retarde également le diagnostic

Comment traiter un vaginisme ?

Lorsque vous souffrez d’un tel trouble, commencez par consulter un sexologue ou un gynécologue afin de faire le point ensemble. Le but de sa prise en charge sera de vous aider à arrêter le processus involontaire de contraction des muscles du périnée et de permettre ainsi une pénétration.

Il existe différentes approches dans cette prise en charge : psychologique, corporelle ou médicamenteuse.

Le plus important est de trouver un professionnel qui vous accompagne seule ou en couple et en qui vous vous sentez en confiance.

 

© pinterest unknow

Laure Laroche

Master de maïeutique à l'Université de St Quentin en Yvelines.
Sage-femme en maternité. Cours de préparation à la naissance et à la parentalité.
Formation master d'éthique biomédicale à l'institut politique Léon Harmel.