Un conseil conjugal pour mieux vivre la grossesse – 2ème trimestre

Un conseil conjugal régulier pour mieux vivre l’évolution vécue au sein de votre couple, lors d’une grossesse.

4e mois

Le corps de madame commence à subir les premières transformations. Celles-ci sont plus ou moins bien vécues par la femme.
Si celle-ci est « à l’aise dans son corps » et heureuse de cette maternité, elle va investir positivement son corps de femme enceinte, en l’accueillant au jour le jour, sans craindre de déplaire à son mari, ou de ne pas retrouver sa ligne plus tard.

L’homme est sensible à cette question : il a toujours la crainte de perdre son désir pour la femme qu’il aime. Bien sûr, les relations sexuelles restent possibles, désirables et souhaitables jusqu’au bout même de la grossesse.

L’enfant à naître ne va pas « séparer » les époux, bien au contraire ! et déjà, pendant la grossesse, une attention particulière est à développer sur ce point, afin que le femme ne forme pas un futur couple avec son enfant…

5e mois

La femme est pleine d’énergie, de projets. En général, elle est très en forme à ce moment-là.
C’est le moment où on commence à parler bébé, enfant, éducation : on projette beaucoup de désirs sur cet enfant à naître, qui ne sera jamais celui-celle dont on avait rêvé. Certains demandent à connaître le sexe, pour se préparer à l’accueillir ; parfois, pour anticiper une désillusion… ?

S’il y a déjà d’autres enfants dans la famille, c’est le moment où l’on « fait une place » à celui qui va venir : place physique, place psychique, rôle dans la famille, dans la fratrie.
On parle de l’enfant, en abordant des questions autour de lui :
Maman va-t-elle continuer à travailler ? Papa sera-t-il là à l’accouchement ? Qui sera parrain ou marraine ? Où va-t-on le faire dormir ? Maman va-t-elle allaiter ? Quelle est l’entente des époux autour de ces sujets parfois délicats ? Savent-ils s’écouter, tenir compte du point de vue si radicalement différent, de l’autre ?

 

6e mois

L’enfant prend plus de place, physiquement (le ventre de la Maman s’arrondit) et psychiquement.
L’homme peut avoir du mal à trouver sa place : il se sent freiné par la fatigue de son épouse ( tout n’est plus possible, et peut-être cela ne redeviendra jamais « comme avant »), les projets à deux sont plus compliqués à faire, il ne peut parler de ses inquiétudes à sa femme sous peine de ternir son bonheur, et lorsqu’il tente de la rassurer, c’est lui aussi qu’il doit rassurer, donc il ne se sent pas trop sûr de lui…

Si sa vie professionnelle est stable et lui procure gratifications et reconnaissance, il aura plus de facilité à traverser cette période.
La future mère a tout intérêt à prendre soin aussi de son mari…
C’est le moment où elle découvre la complexité d’avoir à tenir de façon équilibrée, son rôle de femme, d’épouse (d’amante), de mère. Si l’homme régresse pendant la grossesse dans une position infantile, sa femme peut s’installer dans un rôle maternant vis-à-vis de lui, qu’il trouvera peut-être confortable au début, mais détestable à la longue…

B. Lucereau

Bénédicte Lucereau

Conseillère conjugale et familiale
Agréée par l'Etat
Thérapeute de couples et de familles.