Trucs et astuces pour apaiser les pleurs de bébés

Trucs et astuces pour apaiser les pleurs de bébés

Pour parvenir à apaiser bébé qui exprime ses petits désagréments au travers de ses pleurs, tentons de vous apporter quelques remèdes!

Tout d’abord, sachez qu’une méthode peut marcher un jour et ne plus fonctionner le lendemain, puis refaire des miracles le sur-lendemain! (Sinon avouez le, vous ennuieriez non?) Il vous faudra donc avoir une « palette » d’astuces entre lesquels jongler, d’un jour à l’autre, mais surtout réaliser ces techniques d’apaisement en essayant d’être vous même le plus possible apaisée (facile à dire…) et en prenant le temps pour chacune sans « zapper » trop vite!

Votre bébé semble avoir faim

Si votre bébé carbure au biberon, choisissez la quantité « maximale » (à 2 mois par ex : 150 mL en 6 bib, plutôt que 120) par biberons conseillée en fonction de l’âge et renseignée sur la boîte de lait en poudre.
Si cela est déjà fait, bébé boit peut-être très vite, tentez de fractionner le biberon par des pauses/rot pendant laquelle vous userez de vos talents de distraction afin qu’il patiente, s’alimente plus lentement et ai finalement un sentiment de satiété réel.
Pendant une période de poussée de croissance, je vous conseille de discuter avec votre pédiatre de l’ajout d’un biberon supplémentaire dans la journée, seulement le temps de cette étape.

Si vous allaitez votre enfant, augmenter les tétées en nombre et en durée peut suffire à résoudre l’agitation de bébé. Même si ce n’est pas le cas, beaucoup de bébés se calmeront au sein car la tétée calme le système nerveux, aide à réguler la respiration et libère des endorphines. Etre contre vous, sans téter sera aussi apaisant (bébé écoute les battements de votre cœur, sent votre odeur..).

Bébé vous semble fatigué

Dans ce cas là le mieux est de le coucher dans son lit, au calme, quitte à le laisser pleure un quart d’heure, plutôt que de le distraire avec une stimulation sonore ou visuelle.
La sur-stimulation comporte le risque d’empêcher le bébé de retrouver son calme. Chez certains bébé, une période de pleurs est presque systématique avant l’endormissement

Bébé est angoissé

La grande question : « faut- il prendre dans les bras un bébé qui pleure? »
Tout d’abord, avant de sortir bébé de son lit il existe des gestes pouvant le calmer (on y croit!) : parlez lui avec douceur, changez le de position, tentez de le distraire en fixant à son lit un mobile ou en actionnant une boîte à musique. Le tout sans zapping rapide! Le prendre dans les bras en cas de non-succès. D’autre part, un bébé qui pleure et dont les parents le prennent dans les bras et le bercent, ne devient pas dépendant, au contraire : être apaisé et rassuré est un tremplin vers l’autonomie, être en capacité de rester seul.

Lorsque bébé est apaisé, passez le relais en l’installant sur son tapis d’éveil ou dans son lit si vous pensez qu’il a besoin de sommeil ou de calme. Pensez aussi à passer la main aux bras de votre entourage pour vous permettre de souffler, vous aussi, au calme. Et surtout parlez lui, à tout âge, expliquez lui les raisons et la durée de vos séparations, la simple écoute de votre voix tant aimée sera toujours un délice apaisant pour lui. (lien article anticiper les séparations avec mon enfant

bebe

Bébé semble avoir des maux de ventre

Vive les positions « anti-coliques » :

  • bébé est à plat ventre sur l’avant-bras de l’adulte, sa tête dans le creux du coude, la main tenant ses jambes.
  • Le massage : bébé couché sur le dos, du bout des doigs vous effectuez des petites pressions tout autour du nombril et dans le sens des aiguilles d’une montre. Puis vous élargissez le cercle.
  • Le « pédalo » : attrapez par le pied les jambes de bébé et pliez successivement chaque jambe doucement de façon à approcher son genou de sn ventre.

Ces trois techniques sont utiles en cas de constipation (avec la position « accroupie », jambes repliées par vos soins avec les genoux contre l’abdomen)

  • Lorsqu’on porte l’enfant sur son épaule, masser doucement son dos

Bébé se bat avec ses dents

Placez ses jouets « à mâchonner » au réfrigérateur voire au congélateur ainsi que sa tétine, si tétine il y a! Ces premiers sorbets usent des propriétés anesthésiantes du froid contre la douleur!

 

Petites astuces home-made pour apaiser bébé angoissé (pas tout à la fois, enfin!)

  • le porter en porte bébé
  • l’emmailloter dans une couverture ou un lange (certains bébés ont besoin de se sentir « contenus », sans quoi ils se sentent désorganisés et perturbés), en vous étant au préalable renseignée sur la façon de le faire.
  • le bercer
  • marcher avec lui, à l’intérieur ou à l’extérieur en ballade.
  • Utiliser le « balancement maternel » (maman porte bébé contre son épaule ou dans ses bras, et sans bouger les pieds, se balance d’une jambe sur l’autre.)
  • User des distractions sonores du quotidien, sans excès : passer l’aspirateur avec bébé dans le porte-bébé (selon plusieurs témoignages, de nombreux bébés trouvent apaisants le mouvement et le bruit ronflant de l’aspirateur), lui faire écouter le bruit de l’eau qui coule du robinet (de belles factures d’eau au profit de l’apaisement de bébé, et alors!)
  • Aller faire un tour en voiture
  • Le distraire : Placer bébé devant quelque chose pouvant retenir son attention (les premières semaines, les bébés s’intéressent particulièrement aux graphismes en noir et blanc très contrastés ou contenant du rouge, ainsi qu’aux lumières en tout genre) mais attention aux sur-stimulation! Si bébé revient au calme et qu’il semble y être installé, réduire progressivement la distraction jusqu’à l’installer avec son doudou et le laisser se reposer.
    Autre idée : mettre bébé devant un miroir (quel beau spectacle! Non vous n’en ferez pas un Narcisse).
  • Chanter : à la manière de la Castafiore n’est pas un problème pour bébé, il est votre premier et le plus grand fan de votre voix!
  • Lui proposer une tétine, certains bébés ont besoin de cette succion non nutritive pour s’apaiser. La succion libère des endorphines et apaise bébé. Son alternative, en particulier pour éviter la confusion sein/tétine, est de peut proposer son petit doigt (propre et à ongle court) à téter.

Et vous? Quelles sont vos trucs et astuces? Venez en aide aux Maman Vogue en nous livrant le témoignage de vos trouvailles! 

calmer bebeEnfin, comment ne pas craquer?

Malgré toutes ces astuces, si les pleurs de votre petit bout sont importants, ils peuvent finir par devenir très éprouvants pour vous, parents. Une maman a beau savoir que certains bébés pleurent beaucoup même s’ils sont en bonne santé, même si elle s’en occupe bien, elle arrive rapidement au sentiment inexact d’être responsable de la situation, de ne pas réussir à s’en occuper. Un maître mot : SORTEZ, prenez l’air.

D’une part, si vous vous sentez à bout, il vaut mieux coucher bébé sur le dos dans son lit et le laisser pleurer et quitter la chambre, le simple temps de souffler dans une autre pièce, même 1/4 d’h ou passer la main si vous n’êtes pas seule à la maison. D’autre part, prenez l’air avec bébé car être dans sa poussette le calme souvent, et changer d’air sera un bénéfice pour vous deux.

Si malgré tout vous finissez par trouver les pleurs de votre bébé difficilement supportables, n’hésitez pas à vous faire aider, parents, amis, parlez-en aux professionnels de santé qui vous entourent, le pédiatre, la PMI.

« bébé pleure constamment, je n’arrive pas à le consoler, donc je suis une mauvaise mère, je suis obligée de laisser faire quelqu’un d’autre ». Ah non! Avoir recours aux autres ne sera jamais la preuve d’une incompétence maternelle ou parentale, bien au contraire! Vous aidez, c’est aussi aider votre bébé!

En effet, « Il faut essayer de désamorcer cette situation en étant convaincue que le temps est un allié , et qu’il va falloir être en capacité de passer la main » (Dr Pierre Foucauld), de sentir libre et déculpabilisée de passer le relais.

Et si nous prenions le temps d’en discuter, de témoigner, de vous rassurer les unes les autres, et finalement voir que vous n’êtes pas si seules que cela dans cette situation? 

©Credits Photos Albane de C photographe de famille

Marie Duval

Infirmière puéricultrice, Marie travaille à la maternité catholique Sainte Félicité.
Munie d'une expérience en néonatalogie, elle suit également une formation en Lactation.
Marie est évidement fan de bébés, mais elle a surtout le don de se multiplier! Elle court après 150 projets, et 24h dans une journée n'est jamais suffisant!

  • Ma grossesse
    semaine après semaine

    Retrouvez chaque semaine :

    • Des infos personnalisées
    • Les conseils de nos experts
    • Un rappel des démarches
    • Nos bons plans
    Je m'inscris

    Renseignez la date prévue de votre accouchement

  • Jeux concours - Les cadeaux de Maman Vogue