Transmettre le sens du service à nos enfants

Transmettre le sens du service à nos enfants

Le monde est de plus en plus individualiste ; la bienveillance et la générosité se perdent. Pourtant, ce sont de belles qualités que nous aimons trouver chez les autres alors comment transmettre le sens du service à nos enfants ?

Pourquoi ?

Il y a tant d’aptitudes et de capacités à leur apprendre. Marcher, parler, manger, s’habiller, lire, écrire, compter,…Nous passons nos journées à enseigner ces gestes simples à nos enfants. Alors c’est vrai, pourquoi se recharger encore la besace avec des valeurs à transmettre ? Parce qu’elles font partie des apprentissages de la vie en société et parce qu’éduquer un enfant ce n’est pas comme dresser un animal, c’est aussi lui transmettre la beauté que les personnes ont à offrir et lui montrer comment aimer les autres. 

Le service aux autres s’apprend à tout âge et bien avant les étapes des sports collectifs ou du scoutisme. Le meilleur terrain de jeux c’est la famille.

Transmettre le caractère gratuit du service

Un service ce n’est pas une étape de la routine. Vivre ensemble en famille implique fatalement des règles et une répartition des tâches entre ses membres. Je suis responsable des devoirs, tu t’occupes des courses, vous pendez vos manteaux et tu ranges ta chambre. Ce sont des actes orientés vers l’harmonie de la vie familiale. Papa et Maman ne sont pas les esclaves des enfants (remarquez qu’on utilise moins fréquemment le terme de serviteurs), chacun fait sa part. Une maison où chacun fait est une maison où tout le monde se sent bien.

Un service est un acte gratuit posé pour soutenir, aider ou simplement montrer à quelqu’un qu’il compte pour nous, bref qu’on l’aime. Evidemment, en tant que parents, nous passons nos journées à le faire pour nos enfants mais il faut dissocier les tâches du quotidien des autres.  Porter le sac de votre enfant fatigué par sa journée alors qu’il pourrait le faire lui-même, lui apporter quelque chose dont il a besoin pour continuer son jeu alors qu’il est en pleine activité,…il y a de multiples sources de don de soi qui ne sont pas des caprices des enfants ou des routines quotidiennes.

Dans les faits, comment ?

Il faut montrer l’exemple et nommer les choses. Les enfants ont plus de mal à comprendre ce qui leur est expliqué que ce qui leur est montré. Lorsque vous rendez un service à un enfant ou à votre mari, faites le remarquer (même si, je vous l’accorde, c’est un peu antinomique). Et de la même façon, félicitez-le lorsqu’il le fait. « Tu vois là, je te rends un service » ou « peux-tu me rendre un service s’il te plait ? »

Montrez à vos enfants qu’ils en sont capables

Lorsque le plus petit cherche à atteindre quelque chose qui est trop haut pour lui ou qu’il n’arrive pas à faire ses lacets, les plus grands sont tout à fait capables de lui venir en aide à votre place. Bien sûr, le petit va appeler après vous mais rien ne vous empêche de demander le renfort de ses frères et sœurs. « Peux-tu aider ? » « Peux-tu rendre service ? ». Apprenez les à se rendre service les uns les autres, ce sera la meilleure voie vers les autres ; il y aura aussi les amis de la crèche, de l’école,…et les grandes personnes. Bien sûr, un enfant de 3 ans peut vous rendre des services, aller chercher quelque chose, retrouver vos clefs de voiture, … Nommez le service et demandez-leur si ils sont contents de l’avoir rendu. Avec le temps, ils vont découvrir la joie d’être bon avec les autres et de faire plaisir.

Apprenez-leur les mots pour le dire

Les mots et le mode de langage pour demander de l’aide ne sont pas autoritaires. Ils s’accompagnent de douceur et de « s’il te plait ». On demande, on n’exige pas. Apprenez à vos enfants à se dire s’il te plait entre eux, aux autres. Apprenez leur aussi à laisser leur égo de côté pour accepter les services sans fierté, sans se sentir diminué.

Apprenez-leur la reconnaissance. Au-delà du dire merci, reconnaître l’aide ou le service qu’ils ont reçu, la gentillesse de celui qui l’a offert c’est reconnaître son amour pour nous ; c’est se sentir important et aimé. Enseignez-leur le sens du service reçu et à renvoyer un regard positif à celui qui les a aidés.

Apprenez-leur à se dire tout ça entre eux.

Valorisez tout ce qui se fait, que ce soit réussi ou non, en renfort de celui qui a reçu le service. « Merci d’avoir aidé ton frère, c’est très gentil d’avoir fait ça. Vois comme il est content maintenant de pouvoir jouer avec ce jeu que tu lui as attrapé ». Montrez leur le bien qu’ils ont fait.

Et le refus alors ?

Qui dit demande, dit 2  options : acceptation ou refus. Alors il ne faut pas vous fâcher si parfois ils refusent. Ça fait partie du jeu de respecter leur libre arbitre. Parfois, redemandez 3 minutes plus tard, vous serez exaucés.

Mais leur montrer qu’on ne leur en veut pas de ne pas avoir accepté leur donnera plus sincèrement envie de le faire la prochaine fois. C’est totalement gratuit puisqu’il n’y a pas de réprimande ni de punition si je ne fais pas. Par ce moyen, vous leur apprendrez à bien faire la différence entre les tâches de la routine et les services.

Et n’oublions pas ce principe sacré : la gentillesse appelle la gentillesse, l’amour appelle l’amour. Plus on donne, plus on reçoit.

©Virginie Hamon pour MAMAN VOGUE

Lire aussi :

Apprendre les bonnes manières à son enfant

Ce que toutes les mamans veulent transmettre à leurs enfants

Liberté et contrôle dur équilibre à trouver enfants

 

Paola Marceau

Working mum de 2, la maternité est pour elle un sujet intarissable d'échanges et de questionnements et une aventure galvanisante au quotidien.

Elle partage avec joie son vécu, ses interrogations et ses petits tips !

  • Ma grossesse
    semaine après semaine

    Retrouvez chaque semaine :

    • Des infos personnalisées
    • Les conseils de nos experts
    • Un rappel des démarches
    • Nos bons plans
    Je m'inscris

    Renseignez la date prévue de votre accouchement

  • Jeux concours - Les cadeaux de Maman Vogue