Je suis passée aux méthodes naturelles

Je suis passée aux méthodes naturelles

J’ai pris un contraceptif au début de mon mariage avant l’arrivée de notre 1er enfant puis du 2ème pour notre plus grand bonheur. Après cette 2ème grossesse, une discussion un peu plus poussée avec ma sage-femme m’a incitée à me reposer la question de la contraception ; de façon plus réfléchie et plus cohérente. Elle m’a expliquée les « méthodes naturelles ».

A vrai dire, avant de lui en parler, j’avais quelques a priori à la dent dure. Une méthode contraignante, peu fiable, très soumise à la subjectivité de chacune, pour les anti-contraception un peu ultra… Je suis aussi assez pudique et reconnais que je me projetais assez peu dans une méthode qui me contraindrait à m’observer sous toutes les coutures… Mais je me suis laissée guider et former et finalement, voilà mon bilan.

Peu de contraintes

La méthode que j’applique se base sur 3 éléments :

  • La prise de température à heure fixe, chaque jour et son suivi. Peut être fait avec un thermomètre à plusieurs décimales, ou des moniteurs spécialisés comme le Lady Comp par exemple.
  • L’observation de la glaire
  • L’attention à ses sensations au cours de la journée

Depuis 5 mois que j’applique cette méthode, je peux confirmer que ces quelques réflexes n’ont pas du tout été difficiles à acquérir. Il s’agissait sans doute d’une attention que j’accordais déjà à mon corps sans le savoir. La prise de température au réveil est un réflexe très facile à prendre et un indicateur rassurant.

Par ailleurs, contrairement à mes idées reçues, l’observation de la glaire reste assez superficielle pour que je n’aie pas l’impression de me lancer dans une « analyse gynécologique » plusieurs fois par jour…

Fiabilité

La confiance qu’on a dans cette méthode repose sur la connaissance que l’on acquiert de soi et du mode de fonctionnement de son corps. Dès lors qu’on s’accorde assez d’attention dès les premiers cycles, on comprend assez bien quels indicateurs lire et comment les interpréter de façon à pouvoir décider ou non d’avoir des unions.
Pour le moment, je n’ai eu aucune surprise et si je m’en tiens aux principes de la méthode, je me fais toute confiance. Et finalement, c’est une méthode très lisible et facile à appliquer.

Bien-être personnel

Depuis que j’ai arrêté la pilule et que je laisse mon corps fonctionner naturellement, je me sens beaucoup mieux dans ma peau. Bien sûr, je suis soumise à ses fluctuations mais sans m’expliquer clairement pourquoi, je me sens beaucoup plus libre, plus en phase avec moi-même, plus attentive à moi-même et surtout je ressens les choses différemment.

Mes sens et mon désir sont plus en alerte à certains moments et beaucoup moins à d’autres mais en tous cas, les signes de mon corps sont beaucoup plus clairs. Tout ceci me donne l’impression de mieux me comprendre et d’adapter mes actes de façon cohérente avec moi-même dans le respect de mes émotions et de mon corps.

Bien-être de couple

Et mon mari dans tout ça ? Je ne me suis pas lancée sans le consulter. En effet, cette méthode est plus contraignante pour mon mari car elle impose des périodes d’abstinence (ce qui n’était pas le cas de la pilule). Il a été totalement d’accord avec cette nouvelle orientation. Dans les faits, pour le moment, je crois qu’il nous faut plus de temps pour appliquer pleinement ces principes et comprendre ce qu’ils nous apportent dans notre vie de couple, ce sera sûrement l’occasion d’un témoignage complémentaire.

Pour celles qui hésitent, je tiens à dire que j’étais farouchement opposée à toutes ces méthodes considérant la pilule comme l’unique façon pour la femme de gagner sa liberté de corps et j’ai découvert que je me sens plus libre en le laissant fonctionner naturellement et en l’écoutant. Je n’ai connu aucune grossesse surprise pour autant, alors n’ayez pas peur et lancez-vous si c’est votre souhait.

LIRE AUSSI

Les méthodes naturelles de régulation des naissances

Devenir actrice de son corps

 

Paola Marceau
© Orlane-photos.com