« Je n’oublierai jamais cette solitude » Témoignage sur la fin de congé maternité

« Je n’oublierai jamais cette solitude » Témoignage sur la fin de congé maternité

Aurore, nous partage son expérience sur la fin de son congé maternité, qui devrait faire écho à quelques mamans !

 Quel était le contexte avant le congé maternité ?

Je m’appelle Aurore, j’ai 33 ans et je suis l’heureuse maman de Victor, 2 mois. Je devrais donc reprendre le boulot (très) bientôt ! J’ai eu une grossesse idyllique : saine et sereine. Mon conjoint et moi désirions ce bébé très fort et nous avons eu la chance d’être exaucés très rapidement.

J’avais pris mon nouveau boulot depuis 11 mois lorsque j’ai annoncé ma grossesse à mon boss. J’appréhendais beaucoup ce moment, mais il a très bien réagi et m’a félicité. J’ai donc attendu mon congé maternité en toute quiétude. Ma sage-femme m’a arrêtée 2 semaines avant la date pour m’éviter les 2h30 de transports parisiens quotidiens. La première semaine j’ai passé mon temps à dormir et me reposer. Ensuite, j’en ai profité pour faire tout ce que je ne pouvais pas faire quand je bossais : déjeuner avec mes amies, faire du bricolage à la maison, finir mes bouquins, cuisiner, et préparer l’arrivée de bébé. Je ne me suis donc pas ennuyée.

Puis le D-day est arrivé, premières contractions à 13h, dilatation complète à 19h, accouchement à 23h. Un accouchement rapide (c’est mon premier!) et sans stress ! Nous avons passé 4 jours à la maternité, fous de bonheur.

Comment s’est passé le retour à la maison ?

Le retour à la maison a été moins idéal, je me sentais perdue sans tous ces professionnels autour de moi et mon bébé, j’avais peur de ne pas y arriver et mon conjoint faisait tout ce qu’il pouvait pour me rassurer et tenait notre maison à bout de bras. Les 15 premiers jours ont donc été difficiles, heureusement que le Papa était en congé paternité (note : ne pas attendre pour que le Papa prenne son congé paternité !). Puis j’ai trouvé mes repères, mon rythme, mon fils et moi nous apprivoisions de plus en plus et une routine rassurante s’est installée.

Et là l’ennui a pointé le bout de son nez… des journées entières en tête à tête avec son nourrisson à la maison, c’est frustrant. J’attendais donc l’arrivée de mon conjoint le soir avec impatience. Mais malgré cela, je commençais à tourner sérieusement en rond. J’ai donc cherché des mamans dans le même cas que moi, mais je n’ai pas trouvé de mamans dispo vers chez moi.

Qu’est-ce qui vous a permis de profiter pleinement de ce congé maternité ?

Un soir, mon conjoint m’a dit « il faut que tu sortes, il faut que tu surmontes tes appréhensions, prend la voiture et le petit, va voir du monde, ne te restreint pas de faire quoique ce soit, tu peux tout faire ! ». C’est vrai que je n’osais pas sortir plus loin que mon centre-ville en poussette, souvent avec ma mère. Cet extérieur si hostile et mon tout-petit si fragile n’étaient pas compatibles ! Mais j’avais tort et j’ai eu un déclic, il fallait que je me bouge ! Victor avait 1 mois. J’ai donc commencé à remplir mon agenda : les copines en télétravail, en congé maternité, celles que je pouvais voir sur leur lieu de travail, les ateliers mamans-bébés (portage, massage…), du shopping ! Et j’ai enfin profité de mon congé maternité, le matin était dédié à mon bébé, des câlins, des jeux, de la musique, du portage et l’après-midi nous partions en vadrouille tous les 2. Je revenais parfois même après que son papa soit rentré du travail ! Je me suis épanouie en tant que maman et en temps qu’« adulte ». J’avais cette double dose de lien d’amour avec mon fils et de lien social avec le reste du monde qui m’étaient nécessaires pour m’accomplir.

Et le travail vous-y-pensiez ?

En revanche, je ne ressentais pas le besoin de retourner au travail. Qu’on s’entende, je veux retrouver mon job, mais pas maintenant. Je me suis rendu compte que je ne me sentais pas prête de tirer un trait sur cette période bénie où je vois grandir mon fils, encore si petit… pourtant je devais reprendre le boulot dans moins d’un mois. Alors qu’enfin je profitais de mon congé maternité à sa juste mesure !

Nous avons eu une discussion avec mon conjoint qui comme à son habitude a été formidable et m’a soutenue à 100%, et j’ai décidé de prolonger mon congé maternité d’un congé parental de 3 mois. On se serrera la ceinture, tant pis !

Comment a réagi votre employeur à l’annonce de cette nouvelle ?

Mon boss a accueilli la nouvelle de façon plus sobre que ma grossesse, je pense qu’il ne s’y attendait pas au regard de mon profil (très dynamique !). J’ai un peu accusé le coup, mais ma culpabilité s’envole dès lors que je regarde ma petite chouquette !

Aujourd’hui je profite encore de mon bébé, des beaux jours qui vont pointer le bout de leur nez, somme toute : de mon congé maternité !

Que conseilleriez aux autres mamans ?

Si vous en avez l’opportunité, n’hésitez pas, ne culpabilisez pas de prendre du temps pour voir vos enfants grandir, surtout qu’ils grandiront auprès de leur maman.

Et pour celles qui trouvent les journées longues pendant leur congé maternité, OSEZ !

Aurore

Crédit photo : Anne Claire Colombel pour Mamanvogue