Six, quatre, trois, deux. Et toi, tu veux combien d’enfants ?

Six, quatre, trois, deux. Et toi, tu veux combien d’enfants ?

Lorsque l’on est jeune, fiancé(e)s ou pas encore, que l’on pense à notre future vie, on s’imagine avec une ribambelle d’enfants autour de nous … ou pas ! La question du nombre d’enfant est assez classique, même si elle peut être un sujet délicat à aborder.

Les rêves de jeunes filles

Toutes les filles ont au moins discuté une fois avec leurs sœurs ou amies du nombre d’enfant qu’elles souhaiteraient.

« Quoi ? T’en veux 6 ? Mais ça va pas ???? » ou bien « Moi je veux pas d’enfant, je veux être libre !» ou encore « Un seul ça sera déjà bien ». Bref, tous les goûts sont dans la nature … et surtout, on ne choisit pas toujours comment nos rêves vont se réaliser !

Et surtout, il y a nos rêves et la réalité qui vient prendre le dessus.

La rencontre du prince charmant

Un jeune couple qui se rencontre, qui décide de s’engager, de se fiancer, de se marier … c’est toujours plaisant ! Les moments d’échanges et de préparation au mariage permettent au couple d’aborder des sujets importants. Même si, comme le dit l’adage « on ne sait pas ce que la vie nous réserve », on sait aussi ce que l’on aimerait qu’elle nous offre ! Alors on fait des plans (sur la comète) et forcément la question arrive : combien veux-tu d’enfants ?

Une famille, ça se construit à deux !

On ne fait pas un bébé toute seule, n’en déplaise à Jean-Jacques Goldman ! Avoir un enfant, c’est tout d’abord un choix de couple, et même de vie. Construire une famille avec 1, 2, 3, 4, 6 ou 8 enfants, c’est un choix propre à chaque couple qu’il convient de respecter.

Chaque couple est différent et fait des choix. Certains vont vouloir 2 enfants, d’autres 3, d’autres rêvent d’une famille (très) nombreuse. Et chacun fait ses choix de vie qui peuvent évoluer durant les années pour diverses raisons. Car oui, on a le droit de changer d’avis et de faire évoluer « nos plans » en fonctions de nos envies et possibilités !

Et surtout, pourquoi donner un chiffre ? Donner la vie, c’est tellement fabuleux et ce n’est pas un concours.

La nature ne suit pas toujours notre volonté

Suite à 3 césariennes en urgence et 2 grossesses hospitalisées, on se dit que ce n’est pas raisonnable d’avoir un 4e enfant. Suite à la naissance d’un enfant handicapé, on se dit que l’on aura pas la force d’en avoir un autre. Suite à l’arrivée de jumeaux, on se dit que finalement, c’est bien comme ça. La vie est pleine de surprises et il faut s’adapter.

Nous connaissons tous des couples qui n’ont pas d’enfant, non par choix, mais par difficultés. Ils n’avaient pas forcément imaginé traverser cette épreuve et avaient pour projet de fonder une famille.

Il y a également des couples dont la vie est semée d’embûches. Qui, pour des raisons matérielles, ne peuvent avoir une grande famille comme ils l’auraient souhaité.

Il y a ceux dont un des parents part trop tôt et qui se retrouve, seul, à la tête d’une famille.

Il y a aussi des couples qui se disent « et si on faisait un 4? » … et puis, finalement, ce n’est pas un 4e, mais un 4e et un 5e qui arrivent en même temps dans la famille. Une petite « blague », pas toujours facile non plus à gérer !

Mais l’essentiel, n’est-il pas finalement de rêver … tout en sachant que nos rêves vont évoluer ?

Photo ©AnnaClick pour MAMAN VOGUE

Lire aussi :

Ce qui change quand on a un deuxième, troisième, quatrième ou cinquième enfant !

10 bonnes raisons pour avoir des enfants rapprochés

Annabelle Lebarbé

Rédactrice, formatrice et maman de 2 enfants. Parisienne durant 25 ans, montpelliéraine durant 7 ans, elle habite désormais au milieu de l'Océan Indien à La Réunion.

Elle peut avoir de longues discussions sur l'éducation, le tricot, l'écologie, une recette de cuisine ou encore l'organisation de la vie quotidienne. Si elle aime papoter et rire avec ses amis, elle apprécie également la compagnie de ses livres ou d'une partition.