« Savoir dire non pour être heureuse »

« Savoir dire non pour être heureuse »

Pour être heureuse, il te faudra te laisser emporter par la douce folie de savoir dire OUI. Souvent. Lâcher prise. Attraper le moment présent, le laisser pour un instant prendre toute la place. Vivre.

Dire oui à une envie irrésistible d’éclair au chocolat, de petite robe noire, ou de nouveauté littéraire.

Oui à la personne que tu aimeras. Pour une balade au bord de l’eau, les jours tout gris. Pour une escapade au soleil, au milieu d’un mois de rentrée. Pour un café serré, entre deux rendez-vous. Pour un avenir débordant d’amour, devant l’autel ou la maternité.

Pour être heureuse, il te faudra aussi trouver la force de dire NON. Sans condition. Le murmurer fermement ou le crier de toutes tes forces.

Non à la violence sur ton corps, sur ton cœur, sur tes mots, sur ta fantaisie, sur tes idées, sur ta féminité, sur tes rêves et sur tes valeurs.

Garde toujours le droit d’être curieuse, rebelle ou conformiste, garde les pieds sur terre ou la tête dans les étoiles, revendique ton côté cool ou maniaque, poule ou louve, artiste ou sportif, Reine des neiges ou Pocahontas.

Porte sans baisser les yeux de la laine ou du cuir, des pantalons ou des robes, du vernis ou des bijoux, des strings ou des culottes, les cheveux longs ou les cheveux courts, des talons ou des baskets, du noir ou des couleurs, des paillettes ou des tatouages.

Tombe amoureuse, consacre si tu le veux ta vie à ta famille, aux affaires, à ton art ou à tes convictions, aime pour la vie ou pour une nuit, donne le sein ou le biberon, vis à la ville ou à la campagne, deviens militaire, boulangère, avocate, nourrice, styliste ou Présidente de la République.

Mais dis non à la violence. Même immédiatement regrettée, même apparemment banale, même apparemment petite. Même déguisée, même cachée derrière un regard tendre, derrière un mot doux, une promesse de plus jamais, ou un serment de plus du tout.

Ne laisse personne te marcher sur les pieds et sur le cœur, te rabaisser, te négliger, te mettre sur la touche.

Tu sais, personne n’a le droit de t’enlever le droit d’être Toi. Même celle à qui tu as fait des promesses, des dîners, des caresses, ou des enfants.

Rien ne doit jamais justifier le pouvoir de t’enlever ton droit absolu, imprescriptible et inconditionnel de dire non. Rien. Jamais.

Crédit photo : @annalandstedt