Réseaux sociaux et violence écrite

Réseaux sociaux et violence écrite

De la violence des propos sur les réseaux sociaux : un enjeu éducatif important !

Lundi 19 février 2018, midi. C’est l’effervescence à l’hôtel Groslot, le bâtiment historique attenant à la mairie d’Orléans. C’est là que se déroulent toutes les cérémonies officielles, les mariages, les réceptions… En ce lundi, devant les plus hautes autorités de la cité, on va y révéler le nom de la jeune fille qui incarnera Jeanne d’Arc aux prochaines fêtes de la ville, ainsi que le nom de ses deux fidèles pages. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il faut avoir un CV irréprochable pour être sous le feux des projecteurs : la jeune fille est sélectionnée, parmi des dizaines de jeunes candidates, selon des critères précis reflétant l’esprit de la pucelle : altruisme, dévouement, piété. Elle doit aussi être bonne élève car la mission qui sera la sienne du 29 avril au 8 mai est prenante, ne laissant pas de place aux révisions du bac. Mathilde, élégante dans sa petite blouse rouge, sourire intimidé mais fière et digne s’avance et reçoit de Priscille le témoin : Jeanne d’Arc 2018 face à Jeanne d’Arc 2017. C’est beau, c’est émouvant de tradition.

Sauf que voilà, Mathilde a « bonne mine », le teint mate, les yeux sombres. Il n’en fallait pas davantage pour déchaîner les passions. Inutile de s’étendre sur le fond, ça n’en mérite pas la peine. Elle n’a rien à prouver de plus que ce qui a été scrupuleusement exigé et vérifié par le comité de sélection.

La forme en revanche est terrifiante. Cette toute jeune femme qui s’ouvre avec sourire à la vie, échappant aux pièges de son âge, assumant ses convictions avec toute la fraîcheur de ses dix-sept ans se retrouve accablée sur les réseaux sociaux des pires insultes, remarques, et jugements d’une violence inouïes. Le procureur est saisi.

Interrogeons nous : ces mêmes remarques auraient elles été formulées « les yeux dans les yeux » ? Déjà, l’enquête serait rapide, on identifierait immédiatement les auteurs de ces propos injurieux. Mais sur les réseaux sociaux, bien caché derrière son ordinateur et parfois même derrière un pseudonyme : la libération de la parole est facile. Mais terrifiante. Comment la fraîcheur de Mathilde, nécessairement confrontée à ce flot de propos calomnieux, peut-elle être conservée ? Le virtuel des uns entre en collision frontal au réel de l’autre. Si Mathilde avait encore un regard naïf et bienveillant sur notre société, c’en est fini.

Et ce constat, nous pouvons le faire tous les jours, sur tout thème et pour toute raison. Les réseaux sociaux permettent de décharger un flot de propos brutaux, âpres, sans filtre. Celui qui l’écrit oubliant presque aussitôt les mots tapés sur le clavier ainsi que, et surtout celui qui va les recevoir.

Dans une société éduquée et civilisée, c’est exactement le contraire qu’il faudrait faire. Attention. Attention à ce qui est publié, à ce qui sera lu et vu. D’abord parce que, on ne le dira jamais assez, l’absence de ton de l’écrit peut laisser place au quiproquo quant à l’intention de l’auteur. Choisir ses mots, choisir sa ponctuation. Et quand bien même l’interlocuteur nous est agressif, quand bien même son ton est revanchard : devons nous nous abaisser à employer une manière de s’exprimer si choquante ? N’oublions pas que dans la basse-cour ce sont les ânes et de dindes qu’on entend le plus.

Pouvons nous être exigeants sur les valeurs que nous souhaitons transmettre à nos enfants et ne pas s’abaisser à hurler avec la meute ? Remettre les codes de la société au cœur des réseaux sociaux, réapprendre à se côtoyer sous cette forme virtuelle qui est désormais imposée aux nouvelles générations, voilà un de nos principaux enjeux de parents, pour notre avenir commun, pour nos enfants, pour le monde que nous souhaitons mettre en place pour eux.

D’ici là, longue vie à Jeanne d’arc !

 

Lire aussi

L’importance d’agir en accord avec soi-même

10 bonnes raisons d’être proche de sa famille

Christel

  • Ma grossesse
    semaine après semaine

    Retrouvez chaque semaine :

    • Des infos personnalisées
    • Les conseils de nos experts
    • Un rappel des démarches
    • Nos bons plans
    Je m'inscris

    Renseignez la date prévue de votre accouchement

  • Jeux concours - Les cadeaux de Maman Vogue