Comment répondre aux larmes de nos enfants de façon bienveillante ?

Comment répondre aux larmes de nos enfants de façon bienveillante ?

Avez-vous remarqué que notre cœur se mettait à battre la chamade quand nous entendons un bébé pleurer ? C’est instinctif, il suffit de quelques larmes et de petits cris perçants pour que notre rythme cardiaque s’accélère.

Il faut reconnaître que ces pleurs nous mettent bien souvent mal à l’aise et nous nous sentons complètement démunies. D’ailleurs, il n’existe pas un livre d’éducation qui ne consacre un chapitre sur ce thème : les larmes, vaste sujet, on se noierait dedans !

Pleurs : autant de raisons que d’enfants, autant de réponses que de mamans

Bien sûr les opinions divergent et chacune y va de sa propre interprétation : « Il a faim, il a chaud, il a rempli sa couche, il a froid, il s’exprime, il a peur, il est triste, il fait un caprice, il évacue le stress de sa journée… ». Puis ce sont les recommandations qui apparaissent : « Laisse-le pleurer, prends-le dans tes bras, berce-le, donne-lui un biberon, mets-lui sa tétine… ». Bon courage à toutes les mamans qui doivent faire le tri de ces nombreux avis !

Et puisque vous n’êtes plus à un conseil près, voici celui de Maman Vogue qui vous dit comment vous pouvez réagir aux larmes de votre enfant !

Précisons tout d’abord que les pleurs ne sont pas systématiquement le signe d’un état de tristesse. Pour un bébé, c’est sa manière de communiquer et de vous faire part de ses émotions. Certaines mamans estiment que leurs bébés pleurent différemment selon le besoin qu’ils expriment et ces affirmations n’ont rien de surprenant.  

Lorsqu’il s’agit d’un enfant c’est d’autant plus frappant et un certain nombre de parents auraient tendance à leur dire de ne pas pleurer. Comme si le simple fait de se taire et de sécher ses larmes pouvait régler le problème ! Comme si cela allait l’empêcher de souffrir ! Pour un enfant, ce genre de réflexion peut être interprété comme un manque d’intérêt. Pour lui, lorsque vous lui demandez d’arrêter de pleurer vous lui dites aussi que ses émotions sont sans importance et que vous êtes incapable de les ressentir.

Cependant, notre rôle en tant que parents, aussi délicat que cela puisse paraître, est de soutenir le développement de l’autorégulation émotionnelle de notre enfant. Ce que nous ne pouvons faire que lorsque nous les traitons avec empathie et compréhension.

La distraction, l’arme anti-larmes ?

Beaucoup de parents considèrent la distraction comme l’arme ultime de notre arsenal émotionnel. Quoi de plus tentant pour détourner son attention et faire cesser ses pleurs que de lui faire miroiter son jouet préféré ou lui chanter une chanson à grand renfort de mimiques, de grimaces et autres gestes ?

Pourtant, la distraction vous fait manquer une occasion de communiquer avec votre enfant et de lui apprendre à gérer ses émotions. Évidemment, s’il se bat avec un autre enfant pour lui prendre son jouet, il est tout à fait approprié de le distraire avec un autre. Mais si votre enfant pleure parce que vous l’avez aidé à mettre ses chaussures alors qu’il voulait le faire lui-même, c’est sans doute le moment d’en parler avec lui et de comprendre ensemble sa réaction.

Même si la distraction permet dans de nombreuses situations de calmer les pleurs d’un enfant, il s’agit bien souvent d’un simple pansement et cela ne l’aide pas à apprendre comment faire face à une situation ou à des émotions similaires.

Que dire à votre enfant qui pleure ?

La prochaine fois que vous serez confrontée aux pleurs de votre enfant, inspirez un bon coup, soufflez et quand vous êtes prête, essayez de lui dire avec une voix calme une de ces phrases :

– « Je suis avec toi ».

Même si votre enfant dit qu’il ne veut pas de votre aide, il veut avoir l’impression que vous le soutenez quand il a besoin de vous.

– « Je vois que c’est dur pour toi. »

Cette simple phrase reconnaît que vous comprenez ses difficultés et qu’il n’est pas seul.

– « Je comprends que tu es triste, déçu, effrayé, anxieux, heureux et c’est tout à fait normal. »

Reconnaître que vous ressentez ses émotions est important pour lui car vous lui montrez que vous êtes attentif à lui.

– « Je t’aime. Ne t’inquiète pas. »

Cette phrase l’invite à établir un lien et lui permet de sentir que vous êtes à ses côtés, quoiqu’il advienne.

– « Veux-tu que je t’aide ? »

L’enfant peut éprouver des difficultés à demander de l’aide. Dans ce cas il comprend que c’est une main tendue vers lui.

– « Je t’entends pleurer, mais je ne sais pas ce dont tu as besoin. »

Cette phrase montre que même si vous ne comprenez pas les raisons pour lesquelles il pleure car il ne parvient pas à les verbaliser, vous n’êtes pas indifférente à la situation.

Enfin, n’oubliez pas que parfois, le silence est d’or. Ne dites rien, ouvrez vos bras et tenez un espace d’amour pour votre enfant qui pleure. Avec votre cœur de maman, vous représentez pour lui un pilier d’empathie, de force et de douceur à la fois.

Perrine de Robien

© Clarisse de Lauriston

Perrine de Robien

Rédactrice web, maman de 4 enfants et épouse d'un mari kaki !

Après avoir été professeur des écoles, elle a repris des études de journalisme pour pouvoir faire ce qu'elle aime par dessus tout : écrire et si possible vous faire sourire.

Ses sujets de prédilection ? L'éducation et l'organisation.

  • Ma grossesse
    semaine après semaine

    Retrouvez chaque semaine :

    • Des infos personnalisées
    • Les conseils de nos experts
    • Un rappel des démarches
    • Nos bons plans
    Je m'inscris

    Renseignez la date prévue de votre accouchement

  • Jeux concours - Les cadeaux de Maman Vogue