Rencontre avec Marie-Caroline, Créatrice de Mi casa es tu casa

Rencontre avec Marie-Caroline, Créatrice de Mi casa es tu casa

Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Je m’appelle Marie-Caroline, j’ai 38 ans, 3 enfants: Léopoldine 7 ans et demi, Auguste, 6ans et demi et Balthazar, 5ans. J’ai passé ma vie à bouger d’abord parce que je suis fille de militaire et ensuite pour suivre mon mari qui bouge régulièrement. Après l’Angola, la RDC, la Colombie et Londres, nous venons d’arriver au Gabon à Port Gentil.

Quel est ton parcours professionnel?

Après une école de communication je suis rentrée chez Publicis en 2003 comme consultante en relations presse RH, que j’ai quitté en 2006 (année de mon mariage aussi) pour créer ma propre agence de RPRH, filiale de TMPWorldWide.

Ma première aventure entrepreunariale à 26 ans, gros challenge mais aussi un souvenir merveilleux. 3 ans plus tard on proposait à mon mari un poste en Angola, nous avons foncé et j’ai revendu mes parts à mon associé. 1 ans en Angola à essayer d’obtenir un visa de travail et à apprendre le portugais et nous sommes partis vivre en RDC, à Muanda, un petit village en brousse.

L’aventure totale, pas de routes goudronnées, pas de supermarchés et 6 familles d’expat’… On devait prendre l’avion pour aller faire nos courses dans le pays voisin. 3 années riches en émotion durant lesquelles j’ai eu mes 3 enfants.

2013, nouveau départ vers Bogota en Colombie, où j’ai tout de suite lancé une marque de vêtements pour enfants (MariNocéros) fabriqués et vendus sur place.

Associée à une amie en Inde qui m’a beaucoup aidé sur la partie création, je gérais sur place l’achat de tissu et de mercerie, la relation avec les ateliers et les ventes auprès de boutiques multimarques mais aussi lors d’évènement et de foires.

Une aventure passionnante et très riche car dans un domaine que je ne connaissais pas du tout, sachant que je ne couds même pas moi-même… Mais qui a dû s’arrêter avec notre départ de Colombie.

Parallèlement en octobre 2015, alors que nous venions d’acheter une maison au Cap Ferret, j’ai créé un groupe sur facebook pour la location et l’échange de biens immobilier entre amis et amis d’amis. Le groupe Facebook a vite grandit et je me suis prise au jeu des mises en relations… au bout de 2 ans et 20000 membres j’ai donc décidé d’en faire MON projet professionnel.

Bon timing car nous arrivions à Londres où j’ai pu rencontrer une équipe formidable pour la création de mon site.

En septembre dernier nous avons déménagé au Gabon, après une petite année à Londres, et je me consacre à temps plein à Mi Casa Es Tu Casa qui continue de bien grandir et qui a trouvé un bon modèle économique.

Comment l’idée de Mi casa es tu casa t’est-elle venue ?

Tout bêtement et sans penser en faire un projet pro en fait….Nous avons acheté une maison au Cap Ferret avec mon mari, vivant en Colombie, nous souhaitions la mettre quelques semaines par an en location, mais n’avions aucune confiance dans les sites existants. J’ai donc créé un groupe Facebook fermé avec mes amis et les amis de mes amis pour échanger ou louer entre nous, nos maisons.

Très vite mes amis ont ajouter leurs amis, qui ont ajouté leurs amis… il y avait un vrai besoin… aujourd’hui nous sommes près de 28000 membres!

Comment as-tu fait pour te lancer ?  Sur quelles aides as-tu pu compter ?

Pour Mi Casa Es Tu Casa, j’ai attendu que le groupe Facebook  grandisse et soit viable pour penser à un modèle économique, d’un groupe entre amis, je suis passé à un boulot à plein temps il était donc temps que je me « lance »!

Je ne me suis donc pas trop posé de question cela s’est fait très naturellement.

J’ai vraiment eu la chance d’arriver à Londres à ce moment là et qu’une amie me parle de Théodo, l’agence avec qui j’ai travaillé pour le site internet. Mon mari est aussi d’une grande aide pour la partie compta, finance, qui n’est pas vraiment ma force.

Et puis j’ai appris à développer mon réseau aussi bien virtuel qu’à travers des évènements physique, Facebook n’a plus de secrets pour moi et je suis évidemment au fait des différents réseaux sociaux. La phase de recherche d’incubateur et de levée de fonds dans laquelle je suis en ce moment, est très instructive car je n’étais jamais passée par là dans mes expériences précédentes. J’ai réussi à m’entourer d’entrepreneurs bienveillants et plein de bons conseils pour m’aider dans mes choix!

Quels sont les atouts majeurs de ce concept ? Comment se déroule un échange de maison concrètement ?

L’atout majeur du concept c’est la confiance! Personne ne peut entrer dans la communauté et donc avoir accès aux offres sans avoir été coopté via le groupe Facebook et je valide personnellement TOUTES les personnes qui rentrent dans le groupe. Les annonces sont visibles sur notre site (uniquement par les membres du groupe) mais aussi, si le propriétaire le souhaite, sur le groupe Facebook, ce qui lui confère une visibilité unique car vous créez l’envie chez les membres, c’est une vitrine exceptionnelle.

Il y a encore une majorité de locations, même si j’aimerai développer les échanges. Locataires et propriétaires sont en contact direct, ils s’arrangent entre eux sur les conditions, le tarif etc. Nous ne prenons aucune commission, tout passe par un systeme Freemium qui ne coute rien pour les locataires et est vraiment raisonnable pour les propriétaires.

Quelles sont les valeurs que tu prônes ?

La confiance avant-tout, la bienveillance évidemment, la courtoisie pour garder des échanges agréables et l’humour parce que finalement c’est ce qui fédère le plus!

Maman de 3 enfants, vivant au Gabon, comment gérer au quotidien tout et en même temps ?!

Alors d’abord j’ai la chance depuis que je suis au Gabon d’avoir une femme de ménage au top, ce qui m’enlève une énorme épine du pied! Ensuite les enfants partent à l’école à 7h15 avec leur papa et je vais les chercher à 11h45, ce qui me laisse 4h30 le matin pour être à 100% sur le projet!

Ensuite comme ils n’ont classe que deux après-midi par semaine c’est un peu rock and Roll mais on y arrive! Mes horaires d’après-midi sont assez variables et si je n’ai pas réussi à travailler assez je m’y remets dès qu’ils sont couchés (vers 19h car ils se lèvent tôt). Mis bout à bout ça fait des grosses journées mais je suis consciente de la chance que j’ai d’avoir un boulot que j’aime et de profiter de mes enfants!

Es tu du genre organisée ou complètement bohème ?

Je crois que je suis obligée de répondre bohème même si je rêverai d’être organisée!

Les valeurs que tu souhaites transmettre à tes enfants ?

La gentillesse est une valeur très importante à mes yeux, mais aussi la joie de vivre et le fait d’être positif et de voir la vie du bon coté!

Quelles sont tes astuces pour souffler ?

Rendre autonome les enfants, depuis que mes 3 enfants se douchent tout seul par exemple ça a bien changé mes fins de journée… Et puis j’arrête de culpabiliser, un dessin animé de temps en temps ça fait du bien à tout le monde!

 

Credit photo :©Virginie De Reynal

À lire aussi :

  • Ma grossesse
    semaine après semaine

    Retrouvez chaque semaine :

    • Des infos personnalisées
    • Les conseils de nos experts
    • Un rappel des démarches
    • Nos bons plans
    Je m'inscris

    Renseignez la date prévue de votre accouchement

  • Jeux concours - Les cadeaux de Maman Vogue