Rencontre avec Maï de Colnet, créatrice de The Marceline

Rencontre avec Maï de Colnet, créatrice de The Marceline

Vous le savez, on aime bien partir à la rencontre des « mamans vogue », celles qui nous inspirent par leur jolie famille, leur énergie débordante et leurs 150 projets, celles qui nous éclairent par leur vision des choses de la vie… C’est Maï qui nous a inspiré cette semaine, créatrice de la marque The Marceline… mais peut-être la connaissez vous déjà ?!

Peux tu te présenter en quelques lignes ?

Je suis Maï, j’ai 33 ans et je suis maman de 3 petits garçons. Gaspard mon brun de 5 ans, César mon blondinet de 3 ans et Ernest (couleur de cheveux encore indéterminée… ) qui a quasiment 9 mois!

Parisienne d’adoption depuis 12 ans, nous venons de quitter Paris pour nous installer à Rambouillet, au vert !

J’ai suivi des études de droit, et j’ai même obtenu mon diplôme d’avocat, en même temps que j’apprenais que j’étais enceinte de Gaspard. Flippée à l’idée de ne pas voir mon bébé grandir, j’ai tout de suite pris le tournant de monter mon propre business.

Comment l’idée de créer une marque de bijoux  est-elle venue ?  

J’ai passé beaucoup de temps à réfléchir à mon nouveau projet pro pendant ma première grossesse, j’avais des idées plein la tête, plus ou moins réalisables à court terme. J’avais besoin de faire quelque chose avec mes mains, après avoir passé plusieurs années la tête dans les bouquins. Mon côté créatif bouillonnait intérieurement. J’ai toujours été fascinée par les bijoux, ceux de ma grand-mère, ceux de ma maman que j’aimais essayer plus jeune. Alors c’était une évidence, j’allais créer ma marque de bijoux !

Comment caractériserais tu le style de tes collections ? Comment choisis-tu tes produits ?  Tes fournisseurs ?

Mes bijoux sont des intemporels, je ne suis pas « la mode » et encore moins le rythme des collections automne/hiver et printemps /été.

J’aime créer des bijoux fins que j’ai envie de porter. (d’ailleurs je fais un blocage sur les boucles d’oreilles n’en portant pas.. mais on m’en réclame très souvent, alors promis j’y travaille ! )

J’ai choisi d’avoir mes fournisseurs à Paris, et je suis contente d’avoir tissé depuis 4 ans des relations de confiance avec chacun d’entre eux. Et puis c’est tellement plus facile de pouvoir discuter face à face, de choisir les nuances de dorure chez mon doreur, d’accrocher mes chaines avant qu’elles soient plongées dans les bains d’or. The Marceline c’est du Made in Paris 🙂

bijoux maman vogue image5
ZZ 1

 A quel rythme travailles-tu? De chez toi? Avec des collaborateurs ?

J’ai toujours eu mon atelier à la maison, dans une partie du salon à Paris et depuis septembre, mon atelier est dans notre jardin, un environnement très différent et qui me plait.

Je travaille seule au quotidien mais je me fais aider depuis peu par une monteuse qui me décharge d’un partie de la production. Il faudrait que j’apprenne à déléguer plus, pour éviter de passer des nuits à travailler dans les périodes de rush…

Quelle est ta plus belle rencontre ?

Mon mari ! On s’est rencontré très jeune, on s’est séparé, on s’est retrouvé. Et en fait, c’était une évidence depuis le début… Il est le seul à me comprendre à 1000% !

Quelles sont les choses les plus difficiles pour toi ? Un petit secret ? 

Travailler seule, et de chez soi a tellement d’avantages… mais il faut accepter la solitude. J’apprécie cette solitude car je suis très indépendante, mais j’aimerais parfois avoir des « collègues » pour prendre une pause thé, papoter. Alors pour y remédier, j’appelle une copine et on se fait un teatime au tel ! 

Un compte Instagram, pourquoi ?

Je suis arrivée sur IG il y a environ 4 ans grâce à une amie qui m’a convaincue de créer un compte. Je n’y comprenais rien et puis j’y ai vite pris goût. J’ai démarré avec un compte très perso (en privé) que j’ai ensuite ouvert en compte pro. Cela a été un vrai atout pour développer The Marceline, mes clientes me suivent au quotidien et j’aime y partager un peu de ma vie perso (mais pas trop.. 🙂 ), mes coups de coeur, et mettre en scène mes bijoux. Je trouve cela très stimulant… C’est un lieu d’échange vraiment bienveillant.

Et le bonus, est que j’ai fait plein de rencontres, certaines se sont même transformées en amitié.

image22

Maman de 3 petits gars, peux tu nous en dire plus sur ta vision des choses !

  • grossesse:

J’ai beaucoup aimé être enceinte de mon premier, je ne travaillais pas à ce moment là donc ça a été une grossesse juste magique. A chaque fois, je suis fascinée par ce tout petit rien qui devient un petit être vivant en si peu de temps… La magie de la vie !

Qu’est ce qui te manque le plus quand tu n’es plus enceinte ?!

Je ne suis pas nostalgique de mes grossesses car les dernières ont été très fatigantes mais la gentillesse généralisée auprès des femmes enceintes me manque quand même un peu !

Ce qui est sûr, c’est que plus j’ai d’enfants et plus j’ai envie d’en avoir ! Quand j’étais plus jeune je disais toujours que j’aurai 5 enfants… je me suis ravisée mais on ne résistera pas à un petit quatrième je pense! Et je suis sure que ce sera encore un petit mec! 🙂 et ça me plait!

As-tu eu un baby blues ?

Je n’ai pas du tout connu ce sentiment après mes deux premières grossesses, alors quand ça m’est tombé dessus 1 mois 1/2 après la naissance d’Ernest, je n’ai pas compris ce qui se passait. Mon mari aidé par ma meilleure amie qui est sage-femme et qui a vu rapidement les signaux, m’ont prise en main pour m’en sortir. Je ne pensais pas que cela pouvait m’arriver et j’ai beaucoup culpabilisé car j’avais vraiment TOUT pour être heureuse… je pense que les mamans ne sont pas assez informées et pourtant cela touche plus de femmes qu’on n’imagine et si je peux donner un conseil quand cela arrive: acceptez l’aide de votre entourage…

image11

  • Jeune maman:

Es tu plutôt maman cool ou maman stressée ?

Un bon mélange des deux. Mais ce qui est sûr c’est que quand je suis cool les enfants le sont aussi, mais quand je suis stressée ils sont terribles !!!

As-tu de l’aide pour t’occuper des enfants ? 

Après avoir passé les cinq dernières années avec toujours un enfant avec moi, j’ai enfin décidé, depuis septembre cette année, d’avoir une nounou qui s’occupe d’Ernest au quotidien, va chercher les deux grands à l’école et s’occupe d’eux le mercredi. C’est très nouveau pour moi, mais j’apprécie vraiment d’avoir des journées complètes de travail, et de rentrer disponible pour eux le soir. 

Si tu devais choisir 2/3 principes fondamentaux que choisirais-tu ?

Il y en a plein que j’aimerais réussir à leur apprendre mais je m’acharne un peu plus sur certains :

  • la politesse, envers les autres mais aussi entre eux, entre nous.
  • l’entre-aide, et ça marche plutôt bien quand je vois Gaspard qui explique méticuleusement à ses petits frères comment construire tel ou tel jeu, ou comment mettre ses chaussures..

Et les enfants sont plein de rêves, alors je m’efforce de leur faire croire en leurs rêves même les plus fous…

Un petit rituel auquel tu es très attachée avec tes enfants ?

Depuis septembre, je ne vais plus les chercher à l’école mais c’est moi qui les dépose le matin et j’aime nos 10 minutes de marche tous les 4, l’un sur la trottinette (chaque matin on tourne) et l’autre tenant la poussette d’Ernest : 10 minutes où on papote, de tout et de rien !

Et j’ai un petit rituel avec Gaspard qui adore m’accompagner quand je pars tôt le dimanche matin pour aller à un vide grenier, on ne regarde pas les mêmes choses mais c’est un moment juste tous les deux.

Tes astuces pour gérer les repas au mieux ?

La cuisine ce n’est pas mon truc, et je n’ai pas envie de confrontation pendant ces moments là. Mais quand il y a un menu qui leur plait moins je me transforme en chanteuse / danseuse complètement dinguo et je leur fais un numéro pour qu’ils oublient ce qu’ils ont dans leur assiette ! Succès garanti.

Es tu fusionnelle avec tes enfants ou leur apprends-tu une certaine forme de liberté très tôt ?

J’ai un côté très mère poule avec eux, mais je les trouve très indépendants alors je pense qu’ils apprennent petit à petit une certaine forme de liberté. A leur âge je trouve cela difficile quand même de les laisser totalement libre… ! Sinon c’est pâte à modeler écrasée sur les tapis et peinture sur les murs de leur chambre!

Ce qui te fais craquer chez tes enfants?

J’aime les entendre rire, et quand les deux grands font des danses improbables devant leur petit frère pour le faire rire, alors là c’est mouchoir pour maman ! Je suis une hypersensible !

image3Travail :

 Quel genre de rythme a- tu ?

Je travaille tous les jours ou presque pour The Marceline. Que ce soit pour réaliser les commandes journalières, répondre aux mails, travailler sur les différents projets en cours. Cela empiète beaucoup sur la vie personnelle. Mais je cherche à trouver le bon équilibre.

Comment gères tu le travail avec tes enfants ? Trouve- tu cela difficile à vivre ? 

Depuis septembre je suis aidée alors cela change tout. Mais ce n’est pas pour autant que je ne retravaille pas le soir… c’est très difficile de couper et les journées ne sont pas assez longues. Mais j’ai une grande liberté qui me rend disponible pour les enfants s’ils ont besoin de moi. Et c’est vraiment une chance dont j’ai pleinement conscience.

Et puis j’ai désormais décidé que je ne travaillais pas 2-3 soirs par semaine. Et ça fait du bien !

Es-tu du genre super organisée ou au contraire complètement bohème ?

Je plane pas mal et je rêverais d’avoir une organisation au carré… J’essaie de plus en plus d’organiser ce qui tourne autour des enfants, mais mon bureau ressemble à un joyeux bazar, organisé tout de même mais où je suis la seule à m’y retrouver… Le fait d’avoir un nouvel atelier hors de la maison me permet d’être dans ma bulle

Culpabilises-tu de travailler souvent par rapport à ta famille ?

Je ne culpabilise pas vraiment car je n’aurai pas pu ne pas travailler. C’est un vrai besoin pour moi, qui me permet d’être épanouie pleinement. Je trouve cela important pour mes enfants… Alors c’est sur que pour eux ce n’est pas toujours facile, surtout avec la nouvelle organisation depuis la rentrée. Mon ainé Gaspard me répète depuis peu qu’il trouve qu’il ne me voit plus… ils me réclament tous les deux pour venir les chercher à l’école…

Ton mari te soutient-il dans ton projet ? De quelle manière ?

Rien n’aurait été possible s’il ne m’avait pas soutenu depuis le début ! Sans lui, je n’aurais pas osé abandonné le droit… et puis il est un peu comme mon associé dans The Marceline, je partage tout avec lui, mes doutes, mes idées. Je lui demande son avis sur tel ou tel bijou, telle ou telle photo, sur la stratégie de marque…. Il me pousse et me motive en permanence. J’ai beaucoup de chance! 

Tes astuces pour souffler ?

Quand j’arrive à saturation, j’essaie de m’octroyer un petit moment toute seule (balade, shopping, soin beauté) Mon mari s’occupe volontiers des garcons et me décharge vraiment facilement au quotidien ! C’est un papa poule 🙂

Et puis, on a la chance d’avoir des parents qui acceptent de nous garder les enfants le temps d’un week-end en amoureux!

Des projets?

Je travaille depuis quelques mois sur une nouvelle identité pour The Marceline, qui deviendra MARCELINE tout court ! 🙂 Un nouveau site est en cours de construction avec une nouvelle collection. Rendez-vous en novembre, j’ai vraiment hâte !!

DSCF1916

Laure de Fazende

Journaliste spécialisée dans les joies et les petits tracas de la grossesse. Laure répond à vos interrogations, vous soutient, se réjouit avec vous de ce grand bonheur qu’est l’arrivée d’un bébé.

Jeune maman d'un petit bonhomme de 4 mois

  • Ma grossesse
    semaine après semaine

    Retrouvez chaque semaine :

    • Des infos personnalisées
    • Les conseils de nos experts
    • Un rappel des démarches
    • Nos bons plans
    Je m'inscris

    Renseignez la date prévue de votre accouchement

  • Jeux concours - Les cadeaux de Maman Vogue