Rencontre avec Claire_s2c, auteur du roman graphique « ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants…ou pas!! »

Rencontre avec Claire_s2c, auteur du roman graphique « ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants…ou pas!! »

Le 26 juin 2020 sortait en librairie le roman graphique « Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants… ou pas !! » aux éditions Mame et signé Claire Sallé de Chou. Elle y parle de son couple en situation d’infertilité et de leurs combats avant la naissance de leur petite fille. Rencontre avec Claire qui nous en dit un peu plus sur elle, son parcours et son livre.

Maman vogue : Bonjour Claire, peux-tu te présenter, ainsi que ta famille en quelques mots ?

Claire : Je m’appelle Claire (sans blague) j’ai 37 ans, je suis illustratrice, graphiste et auteur de BD. Je suis mariée à mon fabuleux blond depuis 8 ans et nous avons une fille de 3 ans, Bertille.

MV : Pourquoi avoir choisi d’écrire un livre, et que raconte-t-il ?

Claire : Alors en vrai c’est un roman graphique ; pour parler de façon plus triviale : une bande-dessinée où je raconte librement notre parcours de couple en espérance d’enfant. Je raconte tout ce que nous avons vécu pour avoir notre fille. J’ai choisi de dessiner car c’est ma façon à moi de m’exprimer et j’en avais bien besoin…nous en avions besoin. J’ai aussi fait ce choix car à l’époque où nous n’avions pas notre fille et souffrions énormément, j’ai cherché de la lecture sur ce sujet et force était de constater qu’il n’existait vraiment pas grand chose. Je me suis donc dit qu’il y avait un sujet et qu’il fallait que je dessine cette BD que j’aurais aimé trouver dans les bacs à l’époque.

MV : Pourquoi avoir préféré le style du roman graphique ? Quels avantages présente-t-il ?

Claire : Tout d’abord parce que c’est mon métier de dessiner. Je dessine depuis que je tiens un crayon dans ma main, et ma façon à moi de raconter les histoires c’est de les dessiner. L’avantage c’est que j’arrive à faire passer des émotions fortes visuellement parlant, que c’est un format facile et que tout le monde peut lire rapidement. Il convient donc même aux personnes qui  n’aiment pas trop lire ou qui n’ont pas trop de temps à y consacrer. Une lecture un peu plus ludique peut être qu’un ouvrage classique. Vive les BD !

MV : Ce livre était-il en projet depuis longtemps ? Combien de temps t’a-t-il fallu pour le concrétiser ?

Claire : J’ai toujours voulu dessiner des BD : la boucle est bouclée ! Ce livre je l’ai dans ma tête et mon cœur depuis 2015 : à l’époque j’avais un blog de BD (c’était la grande époque des blogs) et un jour, suite à un examen particulièrement pénible et à une réflexion maladroite d’un médecin, j’avais le cœur lourd et j’ai décidé de publier une courte BD « note de blog » où je racontais un peu notre galère. Les réactions ont été si gentilles, nombreuses et bienveillantes que je me suis dit qu’il faudrait en faire une « vraie » BD plus poussée. J’ai laissé le projet mûrir longtemps, et il y a un an j’ai décidé qu’il fallait que je mène ça à bien. Je voulais vraiment être éditée par les éditions MAME, alors je les ai contacté, et la machine a été lancée. Un an de travail après, naissait mon tout premier roman graphique témoignage « Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants…ou pas ! »

MV : Comment vous êtes-vous sentis soutenus durant ce temps d’espérance d’enfant ? Qu’est-ce qui au contraire, vous a blessé, peiné ou énervé ?

Claire : Nous avons été plutôt chanceux car nos proches ont tous été adorables. Chacun à sa façon nous a vraiment soutenu. J’avais aussi cette incroyable chance d’avoir beaucoup de soutien d’inconnus grâce aux réseaux sociaux, notamment grâce à cette fameuse note de blog où j’avais confié notre situation. Même si nous avons souvent été blessé, globalement nous avons été vraiment bien entouré et aimé.

Ce qui nous a blessé, peiné ou énervé c’est surtout les remarques de personnes au courant et qui ne prenaient aucune pincette avec nous, on encore pire, ceux qui étaient dans le déni de notre situation, ou ceux qui font des remarques sciemment méchantes…il y en a aussi hélas. De toutes façon lorsque l’on est dans la peine et la souffrance, un rien peut nous blesser. Mais ce qui est sûr, c’est que nous n’en voulons jamais longtemps à ceux qui l’ont fait sans volonté de nous peiner….alors que l’indifférence totale est plus difficile à avaler.

Ce qui nous a aidé c’est clairement notre amour et notre soutien mutuel, notre Foi, et toutes les grâces du sacrement de mariage (sûrement !) et puis aussi cette idée que tant que c’est possible….c’est possible !

MV : Parle-nous un peu de votre parcours en Naprotechnologie (NaProTechnologie est l’abréviation de Natural Procreative Technology.

C’est une méthode de procréation naturelle médicalement assistée, visant à restaurer la fertilité féminine et masculine, éventuellement en traitant des pathologies, et à éviter les fausses-couches). Raconte-nous les étapes, les avantages, les contraintes etc. Pourquoi et comment vous êtes-vous tourné vers ce parcours ?

Claire : Nous nous sommes tourné vers ce parcours parce qu’on nous en a parlé et qu’il nous semblait beaucoup plus humain et doux que la PMA pour commencer. Nous voulions donc essayer en montant crescendo.

Nous avons d’abord pris contact avec une instructrice formée à la NaPro (on peut retrouver les coordonnées sur leur site qui est très bien fait). Ensuite ça a été 3 rendez-vous en couple, pendant lesquels l’instructrice nous a expliqué comment cela fonctionnait : observation de la glaire quotidienne, observation de tous les autres symptômes possibles, maux de tête, de dos, de ventre, etc, noter le tout sur un tableau avec un code spécifique. Une fois ces 3 cycles observés et notés, nous sommes allés voir un medecin formé à la méthode qui, grâce aux observations, a pu nous prescrire des examens, puis les traitements adaptés. Tout s’affine au fur et à mesure.

Les avantages selon nous : un parcours où le couple est pris dans sa globalité, tout comme le corps humain ; un vrai respect de la personne ; le fait d’avoir une instructrice qui apporte un accompagnement personnalisé, ce qui a été un vrai plus pour nous : la nôtre était une perle. Les traitements et examens sont vraiment adaptés au cas par cas ; la méthode reste donc très naturelle et non-invasive selon moi (tout en étant quand même active, on retrouve les même médicaments qu’habituellement).

Les inconvénients : cette méthode n’est pas non plus miraculeuse, c’est de la médecine, qui a toujours ses limites. Il y a donc certains cas qui ne peuvent être traités par la NaPro. L’observation et le remplissage du tableau peuvent être pénibles à faire sur une longue période. Le médecin : il n’y a pas beaucoup de médecins, et à l’époque il n’y en avait pas à Paris, il faut donc se déplacer loin pour aller les voir.

Les contraintes, je pense que cela peut être les même que n’importe quelle méthode : il faut aller faire des prises de sang à des stades très précis (lors de l’ovulation, avant, après..), certains jours à certaines heures, tout comme d’autres examens, ce qui est logique mais contraignant : que tous ceux qui ont la chance de réussir à faire un bébé naturellement se disent bien…qu’ils ont énormément de chance !

MV : Aujourd’hui, lorsque vous parlez de votre parcours à un couple en espérance d’enfant, vous sentez-vous « légitime » ?

Evidemment vous avez connu leurs souffrances mais vous ne pouvez pas leur assurer que leur dénouement sera le même que le vôtre. Comment leur montrer votre (et notre) soutien ? Même si c’est très subjectif, quelle est pour vous l’attitude à avoir face à un couple en espérance d’enfants ?

J’avoue qu’au début j’ai été un peu freinée quand j’ai voulu sortir ma BD : ma plus grande peur était de faire de la peine à un couple dans notre situation : c’est pour ça que la dernière partie de ma BD existe : elle a vraiment été dessinée pour eux, pour tous ceux qui souffrent.

La légitimité je pense l’avoir : j’ai vécu tout ce dont je parle, j’ai souffert dans mon corps et dans mon cœur. Je ne suis pas là pour donner l’exemple ou parler au nom de tous, je suis là pour raconter ce que nous avons vécu et si possible faire sourire 2 min un couple qui souffre et qui se retrouverait dans mes dessins. Leur donner de l’espoir serait aussi quelque chose de magnifique, et puis aussi montrer à tous ceux qui ne sont pas passé par là ce que peut vivre un couple en espérance d’enfant.

Le soutien on le montre en disant à ceux qui espèrent toujours « je suis à tes côtés, je pense à toi et même si je ne peux pas comprendre ce que tu vis : je compatis ». Rien que ça, fait déjà un bien fou !

Mon soutien à tous ceux qui sont en cas d’espérance d’enfant, que ce soit pour un premier enfant, un deuxième, un troisième… c’est ce roman graphique : vous n’êtes pas seuls ! La dernière partie est exactement ce que je veux leur dire et ma façon de les soutenir.

Pour moi a meilleure attitude à avoir c’est de faire preuve de gentillesse, d’empathie, envoyer des petits messages qui font du bien, ne pas nier leur peine et leur souffrance, avoir la délicatesse de leur parler en toute intimité en leur demandant comment ils préfèrent que soit abordé le sujet, ou s’ils préfèrent ne pas en parler.

Je crois que la pire attitude à avoir c’est l’indifférence et la négation de leur souffrance : quand on espère un enfant on en peux pas « penser à autre chose » c’est impossible. J’ai eu beaucoup de retour trop choux depuis le lancement de ma BD de gens qui allaient l’offrir à des amis dans cette situation : il y a plein de gens bienveillants et plein d’amour, le geste fait tellement plaisir.

MV : Après ce beau projet qui a du bien t’occuper, en as-tu d’autres pour les semaines, mois, années à venir ?

Claire : Oh que oui ! Déjà des romans à illustrer, mais j’ai A-DO-RÉ dessiner ce roman graphique et j’aimerais beaucoup continuer. Affaire à suivre !

Merci, Claire, de nous avoir donné de ton temps, et pour ce beau roman graphique qui touchera plus d’une personne, j’en suis certaine ! Le livre est disponible dans beaucoup de librairies et en ligne, ceux qui n’ont pas encore eu l’occasion de le découvrir peuvent désormais y remédier en se le procurant, et savourer cette pépite pleine d’émotions. On peut te retrouver sur instagram sur ton compte @claire_s2c, sur facebook et sur ton site http://claires2c.com/.

Alice de Champs

Crédit photo : « Ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants… ou pas !! » aux éditions Mame et signé Claire Sallé de Chou.

Alice de Champs