Rencontre avec Céline, créatrice de Ma Prune Céleste

Rencontre avec Céline, créatrice de Ma Prune Céleste

Vous le savez, on aime bien partir à la rencontre des « mamans vogue », celles qui nous inspirent par leur jolie famille, leurs photos sur Instagram, par leur côté entrepreneur quand elles décident de monter leur société, celles qui nous éclairent par leur vision des choses de la vie… C’est Céline Heye qui nous a inspiré cette semaine, et ses doigts en or… mais peut-être la connaissez vous déjà ?!

Peux tu te présenter en quelques lignes ?

J’ai 39 ans et je suis originaire de Lille, je suis très attachée à ma région même si je regrette de temps en temps (surtout quand il pleut)  de ne pas être née dans une région où le temps est plus clément!

Je suis l’aînée d’une fratrie de 5 filles et depuis toute petite je rêve de reproduire le “schéma familial” et d’avoir 4 filles. Je suis donc très gâtée par la vie et par mon mari qui a su exaucer mon vœu!
J’ai commencé ma vie pro en travaillant à paris dans une agence d’événementiel, j’adorais mon boulot mais quand j’ai eu Céleste l’envie de rentrer à lille a été plus forte.
J’ai alors créé avec une amie un magasin de produits destockés haut de gamme. Mais c’était en plein dans l’expansion des venteprivee.com and co et nous n’avons pas fait le poids par rapport a eux.

Comment l’idée de créer des vêtements pour les enfants est-elle venue ? Comment caractériserais-tu Ma Prune Céleste ?

J’étais enceinte de Prune quand j’ai fermé ma boite. Je me suis donc mise à la couture pour mon futur bébé et pour gâter les bébés des copines. Je suis plutôt manuelle et j’adore la mode enfantine, la couture a donc été une vraie révélation. Poussée par mes amies, j’ai créé un blog et j’ai commencé à avoir des commandes au fur et à mesure.

J’ai beaucoup de plaisir à m’installer devant ma machine, à imaginer puis à voir le petit vêtement se créer. C’est la création de petits dressing sur mesure au charme un peu désuet.

Je crois beaucoup au sur-mesure, en la possibilité de choisir un tissu, de changer un col ou une manche, ou encore d’ajouter un détail qui rend le vêtement unique. Maintenant que Castille est rentrée à l’école, j’aimerais consacrer plus de temps à « ma petite entreprise » et la développer tout en gardant cet esprit. J’adore recevoir les photos des enfants en « Ma Prune Céleste » que les mamans ont la gentillesse de m’envoyer.

ma prune celeste - maman vogue

A quel rythme travailles-tu? De chez toi? Quelles sont les choses les plus difficiles pour toi ?

Je travaille de chez moi quand les filles sont à l’école. ça a ses avantages et ses inconvénients. L’avantage principal c’est que je suis plus disponible pour les enfants. Je continue à travailler quand elle rentre de l’école mais je suis disponible si besoin pour les devoirs. Par contre, C’est plus difficile de faire une réelle coupure. Je travaille le soir quand les filles sont couchées. Je fais mes smocks ou je couds les boutons.
J’adore toute la partie créative; j’ai pas contre beaucoup plus de mal avec tout le côté administratif.

Un compte Instagram, dans quel but ?

Instagram a remplacé les blogs. C’est plus facile, plus rapide. aujourd’hui, on peut difficilement vivre sans les réseaux sociaux. J’avoue que je suis un peu accro. Ce que j’aime sur IG c’est le partage, les bons plans, les bonnes adresses,…
Pour les photos, je les prends moi même  ça prend du temps de créer de jolies mise en scènes mais j’aime ça ! Suivez moi ! @mapruneceleste

maman vogue robe ma prune celeste

Maman de 4 filles, peux tu nous en dire plus sur ta vision des choses !

La grossesse:

Je suis maman de 4 filles.  Céleste 12 ans – Prune 9ans – Philippine 6 ans – Castille 2ans
Je n’ai pas adoré être enceinte. Je suis malade comme un chien pendant les 3 premiers mois et après je me sens raplapla. Par contre, j’adore accoucher, c’est sans aucun doute les 4 plus belles journées de ma vie. On n’a jamais demandé le sexe du bébé; c’était donc une vraie surprise et un moment magique de découvrir ce bébé!
Maintenant que je sais que je n’aurais plus d’autres enfants, je suis nostalgique de cet état.

Pour Céleste, j’ai eu un baby blues. J’étais complètement anémiée suite à un accouchement compliqué et ma famille était à Lille alors que l’on habitait encore Paris. Mais pour les 3 autres aucun problème. Pour l’aîné, c’est la découverte, c’est plus stressant. Pour les suivants on est rodé; plus on a d’enfants, plus on est cool d’ailleurs; on est obligé de lâcher du leste.

Jeune maman:

Je suis plutôt cool comme maman. Je leur laisse découvrir le monde au travers de leur propre expérience même si je dois prendre sur moi car je suis assez mère poule.
Je suis assez fusionnelle jusqu’à 5/6 ans après je m’oblige à leur laisser leur liberté. Je trouve que l’entrée en CP marque une sorte de tournant dans leur enfance. Il quitte une sorte de naïveté de l’enfance et sont plus curieux du monde qui les entoure.

Je n’ai pas d’aide pour les enfants, mon activité me permet d’être présente et disponible pour elles. Cette donne a bien sûr fait peser la balance dans mon choix de créer ma société plutôt que de prendre un travail de salarié. Mon mari participe activement à la vie de famille. Il fait partie de la nouvelle génération de papa. C’est top et indispensable avec nos vies aujourd’hui.

Des principes à ne pas lâcher ?

Quelques principes qui me paraissent importants et que j’essaye d’appliquer à moi même et d’inculquer aux filles.
-se respecter
– essayer de se parler les uns les autres avec bienveillance
– et surtout profiter du moment présent.

Un petit rituel avec les filles ?

Le rituel qui me plait : l’histoire du soir. J’aime découvrir leur choix de lecture, on s’installe sur le lit de Philou et même Prune participe encore. Céleste est trop grande mais elle monte toujours pour dire bonsoir à ses soeurs tout de même.

DSC_0053[1] DSC_0465

Le Travail :

Quel genre de rythme as tu ? Comment gères tu le travail avec tes enfants ?

Je suis plutot du genre “bohème”. Je suis complètement désorganisée mais je me soigne ! L’heure terrible du 17h/19h est un peu mon angoisse. Entre le goûter, les conduites, les devoirs, le repas a préparer, le bazar qui s’installe, les chamailleries et l’envie de finir mon taf de la journée…. quelquefois le ton monte mais j’essaye de relativiser et je me dis que ce n’est pas grave si elles ont des pâtes et pas de légumes au repas et si elles sont couchées 1/2h plus tard. Go, go, go pour « l’éducation positive »!

Depuis la rentrée, j’essaye d’instaurer 10minutes « plaisir »: un petit jeu en attendant que le repas soit prêt ou autre chose. On verra si on s’y tient sur la durée.

Culpabilises tu de travailler souvent par rapport à ta famille ?

Non je ne me culpabilise pas. C’est ma bulle. Je ne pourrais pas ne pas avoir d’activité, j’ai besoin de m’épanouir dans autre chose qu’au travers de ma famille . J’aimerais avoir plus de temps pour moi mais j’ai l’impression que plus on vieillit plus le temps passe vite. J’aimerais des journées de 36h!

DSC_0478 DSC_0458

Les Mamans

Marie, Paola, Bérénice, Florence, Tiphaine, Astrid, Lorraine... Plus d'une centaine de mamans participent à l'élaboration de ce site, pour une plus grande diversité de conseils, d'avis, de bons plans, de coup de pouce et de témoignages.

Vous voulez nous aider ? Vous avez besoin de conseils ? Vous voulez donner votre témoignage ?
N'hésitez-pas à nous contacter !