Ce qu’être grande sœur m’a appris

Ce qu’être grande sœur m’a appris

Grande sœur un jour grande sœur toujours ! Quoique l’on en dise, celles qui sont nées les premières c’est-à-dire avant les autres enfants de la famille sont fières de leur place dans la fratrie. Un vrai rôle qui leur a pesé, parfois, mais qui leur a beaucoup appris et a bien souvent forgé leur caractère.

Que celle qui n’a jamais dit aux cadets « Moi, je suis le chef d’œuvre et vous, vous êtes des copies » lève le doigt…

Un rôle de meneuse

Même si les plus jeunes auraient des velléités de rébellion, la grande sœur est la meneuse du groupe. C’est elle qui a les bonnes idées et aurait souvent un peu trop tendance à vouloir les imposer : « On joue à la maîtresse et je suis la maîtresse, vous vous êtes les élèves ».

Bien plus tard, lorsque tout le monde est devenu adulte c’est aussi elle qui va choisir le cadeau commun qui sera offert aux parents à Noël ou qui décidera la composition du menu du prochain repas de famille. Parfois elle aimerait bien que les autres prennent aussi des décisions et parfois les autres aimeraient aussi avoir voix au chapitre. Mais rien n’y fait, c’est la cheftaine depuis toujours…

La confidente à l’écoute

La grande sœur c’est celle qui a tout fait la première, avant tout le monde alors forcément c’est celle que l’on appelle quand on est perdu. « Allo, mon bébé crie, je crois qu’il a faim mais je ne suis pas sûre, tu as fait comment toi avec les tiens quand tu les as allaités ? ». Au moindre souci, prenez votre téléphone, allongez-vous sur un canapé et appelez-la pour lui raconter ce qui vous tracasse. N’hésitez pas à téléphoner également quand tout va bien. Elle a l’habitude, d’ailleurs, sa mère aussi aime bien l’appeler pour lui raconter sa vie !

La « précurseuse » qui ouvre la voie

« J’ai l’impression d’avoir essuyé les plâtres » est l’expression qui revient le plus souvent dans la bouche des grandes-sœurs. En effet, c’est avec elle que vos parents sont devenus parents. Et forcément ils ont fait quelques erreurs et il y a eu des petits ratés. Ils ont notamment été plus exigeants avec elle. Alors d’accord, vous avez hérité de toutes ses vieilles robes mais c’est grâce à elle que vous avez pu obtenir la permission de minuit. 🙂

Développer un sentiment de protection

Généralement la grande sœur n’a pas un tempérament rebelle. Elle aurait au contraire un certain sens des responsabilités à l’égard de ses petits frères et sœurs et un sentiment de protection exacerbé. D’ailleurs, qui allait-on voir à la récré quand on se faisait embêter ? Problème pour les cadets : la grande sœur en fait parfois des caisses et se permet même de donner des conseils éducatifs à ses propres parents. En général un simple « T’es pas ma mère » la remet à sa place. Mais dites-vous bien une chose : elle a besoin de vous protéger, c’est plus fort qu’elle. Même quand vous aurez passé les 50 ans elle dira toujours que vous êtes sa PETITE sœur ou son PETIT frère. Il vous mieux vous y habituer le plus tôt possible…

Le sens du devoir

Depuis quelle est tout petite, la grande sœur a un sens du devoir très développé. D’ailleurs même si vous avez peu d’écart d’âge, c’est toujours à elle que les parents confiaient la maison quand ils sortaient. Et bonne nouvelle : quand vos parents auront l’âge d’aller en maison de retraite, elle se portera volontaire pour s’occuper d’eux. En attendant, quand il s’agit de les emmener à leurs rendez-vous médicaux, de s’occuper de leurs papiers et de tous les petits soucis du quotidien c’est elle qui s’y colle !

Un tempérament fort !

Les parents auront beau dire, la pression qu’ils mettent à la plus âgée de leur fille est assez importante. En tout cas c’est ce qu’elle pense. « Montrer le bon exemple » est un leitmotiv pour la plupart des grandes sœurs qui souhaitent montrer le bon chemin aux plus jeunes. Rester sage, obéir, ne surtout pas créer de soucis. Il ne faut pas s’étonner ensuite si la plupart des grandes sœurs ont un avis tranché sur tout et le font savoir. Chiantes ? Non : exigeantes ! Mais sous ce côté râleur se cache bien souvent un grand cœur…

Perrine de Robien

Lire aussi : Ma sœur cette tante formidable 

© pinterest unknown

Perrine de Robien

Rédactrice web, maman de 4 enfants et épouse d'un mari kaki !

Après avoir été professeur des écoles, elle a repris des études de journalisme pour pouvoir faire ce qu'elle aime par dessus tout : écrire et si possible vous faire sourire.

Ses sujets de prédilection ? L'éducation et l'organisation.