Quelle épargne pour mon enfant?

Quelle épargne pour mon enfant?

Quelle épargne pour notre enfant?

Après l’avoir attendu et établi des tas de projets autour de sa naissance, notre bébé est né. Jour après jour, il grandit. En tant que parents, nous interrogeons chacun de nos comportements pour être sûr de toujours faire « au mieux ». Et un jour, fatalement, on réfléchit à son avenir : ses études, son permis, ses projets… Se pose alors la question suivante : Et si j’épargnais ?

Épargner pour nous, cela va de soi, mais épargner pour son enfant est parfois plus difficile : l’argent « bloqué » jusqu’à la majorité fait peur à certains, d’autres au contraire n’hésitent pas à se « servir » dans les caisses de l’enfant pour mener à bien leurs projets de parents, en se disant qu’il sera bien temps de remettre plus tard, ce qui met à mal l’épargne engagée…

Tout d’abord, se rassurer.

Ouvrir un compte d’épargne à son enfant n’est pas obligatoire, mais cela peut être très, très judicieux.
Quels que soient les revenus du ménage, ouvrir un compte d’épargne « simple » n’est pas coûteux. Cela ne demande pas de fonds particuliers (une mise initiale de 15 euros est suffisante), n’exige pas de virements réguliers, n’engage pas de frais, ni à l’ouverture, ni en cours d ‘année, ni à la fermeture.

D’autres types d’épargne sont possibles pour les plus téméraires, qui pourront alors demander à leur banquier des alternatives plus rémunératrices, mais plus « risquées », contrairement au livret A qui offre un taux d’intérêt faible, mais stable.

L’attitude à adopter

S’obliger à un versement régulier permettra au compte de l’enfant de s’alourdir un peu ! Cela peut être une petite somme par mois, par trimestre, par an.

Sandra : « Je verse 30 € par mois à ma fille depuis sa naissance. Le virement est automatique, je n’ai rien à faire. A sa majorité, elle disposera de presque 7000 € pour payer ses projets. »

Brigitte : « Avec nos faibles revenus et nos trois enfants, j’ai peu d’argent à consacrer à l’épargne de mes enfants. Mais tous les ans, le jour de leur anniversaire, ils reçoivent 100 € sur leur compte. Je paramètre le virement quelques jours avant depuis mon compte bancaire personnel. Avec les intérêts, à leur majorité, ils auront entre 1800 et 2000 € pour financer un projet, leur permis, par exemple. »

Anaïs : « Les grands-parents font souvent des chèques aux enfants à Noël. Mais ils ont déjà tout, alors souvent, j’encaisse l’argent sur leur compte personnel. Je me dis que l’argent leur sera plus utile plus tard, ils sont déjà tellement gâtés. »

Bien choisir la banque

Il est important de choisir la banque de l’enfant avec soin. Même si les démarches sont très limitées une fois le compte ouvert (et souvent on peut les faire en ligne), il faut penser, à l’adolescence, que l’enfant aura envie et/ou besoin d’accéder à ce compte. C’est peut-être même dans cette banque qu’il ouvrira son premier compte courant.

Certains parents se retrouvent contraints de fermer le compte de leur enfant (qui ne peut le faire seul sans leur accord avant sa majorité) pour en ouvrir un autre dans une banque plus accessible (avec des « offres jeunes » intéressantes ou une proximité en centre-ville, par exemple).

Épargner grâce à des achats

Une fois que votre enfant possède un compte d’épargne à son nom, vous pouvez augmenter son capital grâce au compte Koala par exemple.
Peu connu, le principe est pourtant aussi simple qu’interessant: après inscription sur le site internet porteur du projet, chaque achat chez un commerçant partenaire (Vertbaudet, Petit Bateau, Fnac, etc.) reverse un pourcentage (officiellement entre 1 et 20% du montant total, mais le plus souvent entre 2 et 5 %) du montant dépensé sur le compte d’épargne de l’enfant. Mais pourquoi donc, Parce que pour ces enseignes, le client (nous) gagne en fidélité… Les petits ruisseaux faisant les grandes rivières, assez rapidement, quelques euros viendront s’ajouter à ceux déjà bien au chaud…

Quelques conseils

Si l’épargne de votre enfant est pour vous une vraie priorité, vous pourrez augmenter le montant de celle-ci grâce à quelques astuces :

  • Sensibiliser la famille (les grands-parents, parrains et marraine, oncle et tante) au fait que l’enfant a un compte en banque.
  • Apprendre à l’enfant à épargner dès son plus jeune âge (« La petite souris t’a apporté 2 euros, tu peux tout dépenser et t’acheter des bonbons, mais tu peux aussi en acheter un peu moins, pour seulement 1 €, et garder l’autre euro pour t’acheter quelque chose d’autre, de plus gros, un peu plus tard. »), il aura alors plus facilement envie, quelques années plus tard, de mettre de côté une partie de ses premiers salaires (babysitting, petits boulots…).
  • Guetter les offres promotionnelles des banques, qui offrent parfois entre 20 et 80 € à l’ouverture d’un compte, à certains moments de l’année.

Epargner quand l’enfant est encore petit est un bon moyen d’économiser à peu de frais de l’argent qui servira plus tard, à un âge où les dépenses deviennent inévitables et onéreuses. Bien géré, cet argent sera une aide pour les débuts dans la vie d’adulte, les parents seront fiers de voir leur enfant prendre son envol et leur apporter la reconnaissance nécessaire pour cette marque supplémentaire de dévouement et d’amour.

Maëlle Margail.

 

A lire aussi:

Comment parler d’argent à ses enfants ?

Et si votre enfant naissant avec une cuillère dans la bouche ?!

La petite souris, une étape dans la vie !

  • Ma grossesse
    semaine après semaine

    Retrouvez chaque semaine :

    • Des infos personnalisées
    • Les conseils de nos experts
    • Un rappel des démarches
    • Nos bons plans
    Je m'inscris

    Renseignez la date prévue de votre accouchement

  • Jeux concours - Les cadeaux de Maman Vogue